Grève des fonctionnaires au Kenya.

Afriquejet, 06/09/2012 :

Fonction publique : La grève des fonctionnaires kenyans menace de perturber les services essentiels –

Le Kenya est sur le point d’entamer des discussions avec les enseignants en grève au lendemain du licenciement de tous les médecins internes qui ont suivi le mot d’ordre de déclencher une nouvelle grève jeudi prise par tous le personnel enseignant des universités. La «révolution pour de meilleures conditions de vie» a surgi dans un contexte de menaces proférées par d’autres structures gouvernementales de se joindre à la grève pour réclamer un salaire plus décent, ce qui devrait augmenter le coût des dépenses du gouvernement dans les prochains mois.

Le secrétaire général du syndicat des personnels universités (UASU), Muga K’Olale, a déclaré que la grève a été décrétée pour acculer le gouvernement à honorer un accord de rémunération de 2010 pour reprendre le travail. Il a ajouté que «Le gouvernement a brillé par son silence».

L’Union nationale des enseignants du Kenya (KNUT) et l’Union des enseignants du cycle post-primaire du Kenya (KUPPET) ont décrété la grève pour réclamer l’augmentation de 200 à 300 pour cent de leurs salaires.

L’accord avait été conclu en 1997 suite à la plus longue grève décrétée par les enseignants contre le gouvernement de Daniel Arap Moi, qui a pris sa retraite en tant que président en 2002.

Les médecins travaillant dans les hôpitaux publics, au nombre d’environ 300, ont débuté la série de grèves pour réclamer plus de 1200 dollars américains par mois chacun.

Selon la presse locale, le ministre des Services médicaux, Anyang Nyongo, a déclaré que les exigences salariales sont trop élevées pour être supportées par le contribuable et que le gouvernement n’avait aucune obligation particulière de le faire.

Le ministre a souligné que le gouvernement est simplement tenu de fournir un bon cadre de pratique pour les médecins stagiaires et dont la grève a paralysé le travail dans la plupart des hôpitaux publics.

M. Simon Monda, qui représente les travailleurs en grève, a déclaré que le syndicat était prêt à négocier avec le gouvernement.

«Je ne suis pas sûr que nos membres sont prêts à maintenir le cap pendant longtemps avec ce genre de situation», a-t-il déclaré.

« Nous devons discuter pour nous entendre sur la voie à suivre. Nous sommes prêts à négocier avec le gouvernement parce que ce sont les patients et les populations du Kenya qui souffrent », a déclaré M. Sultan Matendechere, qui s’exprimait au nom des médecins internes en grève.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s