Archives d’Auteur: rinou14

Inde: 150 millions de grévistes contre des projets de privatisations

L’express

des-millions-d-indiens-manifestent-contre-des-projets-de-reformes-et-de-privatisations-du-gouvernement-nationaliste-hindou-le-vendredi-2-septembre-2016-a-bombay_5661627.jpg

Des millions d’Indiens manifestent contre des projets de réformes et de privatisations du gouvernement nationaliste hindou, le vendredi 2 septembre 2016 à Bombay. REUTERS/Danish Siddiqui

Ils se sont mis en grève pour montrer leur opposition aux projets de réformes et de privatisations d’entreprises publiques, conduits par le gouvernement nationaliste hindou de Narendra Modi.

Lire la suite

Publicités

Au Royaume-Uni, grève historique des urgences médicales

LE MONDE | 26.04.2016

Les "junior doctors" manifestent, mercredi 6 avril, devant le ministère de la santé, dans le centre de Londres.

Les « junior doctors » manifestent, mercredi 6 avril, devant le ministère de la santé, dans le centre de Londres. JUSTIN TALLIS / AFP

En 68 ans d’existence, le Service national de santé (NHS), qui fait la fierté des Britanniques, n’avait jamais connu un conflit aussi radical. Mardi 26 et mercredi 27 avril, même les urgences ne seront pas assurées dans les hôpitaux anglais (Ecosse et Pays de Galles disposent de NHS autonomes). Les « junior doctors », catégorie comparable aux internes français, sont appelés à une « grève totale » pendant deux jours, entre 8 heures et 17 heures. Le mouvement devrait être fortement suivi tant le conflit qui les oppose au ministre de la santé, Jeremy Hunt, s’est envenimé ces derniers mois. « Ne venez à l’hôpital qu’en cas de véritable urgence. Sinon, allez voir votre pharmacien », conseille le site du NHS. Plus de 100 000 rendez-vous pris pour les deux jours de grève et près de 13 000 opérations, y compris des accouchements programmés, ont été annulés. Des médecins spécialistes ou plus gradés ont été appelés à la rescousse pour remplacer les dizaines de milliers de « junior doctors » qui doivent manquer à l’appel.

Lire la suite

Pour dénoncer les viols à Djibouti, 10 femmes se mettent en grève de la faim

MarieClaire

femme djibouti greve de la faim

Dix réfugiées politiques djiboutiennes ont arrêté de se nourrir depuis le 15 mars dernier. Le but ? Alerter le grand public sur le fléau du viol, utilisé par l’armée comme « moyen de réprimer l’opposition au gouvernement ».

Lire la suite

Discussions interrompues entre salariés et dirigeants, la grève sera reconduite mercredi

Imazpress, ipreunion.com

 

Le mouvement de grève des 280 salariés de la BNP sera reconduite mercredi 6 avril 2016, selon la CFDT, sur l’ensemble de l’île. Ce mardi, les négociations mouvementées ont repris à 14 heures et se sont interrompues aux alentours de 17h. Lundi aussi, aucun accord n’avait été trouvé. Un peu plus tôt ce mardi, la direction indiquait pourtant qu’elle souhaitait parvenir à une sortie de crise ce jour.

Le personnel demande une augmentation pérenne de 100 euros par mois et une prime annuelle de 1500 euros.

Lire la suite

Loi Travail. 1000 manifestants à Istres pour « répéter » le 9 avril

Maritima.info

Galvanisés par l’ampleur croissante de la mobilisation, ils étaient un millier à défiler ce matin dans les rues d’Istres à l’appel de l’intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU pour demander une nouvelle fois le retrait « pur et simple » de la Loi Travail.

« Nous ne lâcherons rien ! » Le slogan affiché sur la banderole en tête de cortège est efficace, d’autant plus qu’il est suivi d’un millier de manifestants dans les rues d’Istres. Ce simple « tour de chauffe » avant le grand rendez-vous social du 9 avril annonce déjà l’ampleur de la mobilisation de samedi. « Ce n’est qu’une mise en bouche, la lutte continue avec plus de monde à chaque fois« , explique Yann Manneval, secrétaire de l’Union Départementale CGT. « D’autres manifestations suivront, les mouvements de grève se multiplient, avec la convergence des lycéens et des étudiants. On obtiendra gain de cause, il ne peut pas en être autrement, ce serait un recul trop important« . Non, décidément, la Loi Travail ne passe pas, particulièrement ses volets consacrés au licenciement économique, aux heures supplémentaires, et au plafonnement des indemnités prud’homales. « Une loi normalement, est faîte pour protéger le plus faible, hors ici elle protège une fois de plus le capital et ceux qui détiennent le pouvoir d’action« , déclare Freddy Mika, animateur du Snuipp-FSU 13. « Ce que l’on veut c’est que ce texte soit retiré, pour qu’on puisse le réécrire afin de protéger le plus faible« . La forme employée par le gouvernement a également choqué les manifestants, qui lui reprochent de vouloir passer en force. « Il fallait la discuter cette réforme et voir ce que l’on pouvait faire avec les organisations syndicales« , lance Josiane, membre de la Ligue des Droits de l’Homme. « C’est une atteinte au droit du travail« , conclut-elle.

95% des salariés en grève, les agences fermées

IMAZPRESS info, 04 avril
Le mouvement se durcit dans les agences de la BNP ce lundi 4 avril 2016, et la quasi totalité des 280 employés est en grève. Une assemblée générale s’est tenue à 9h30 dans le hall du siège social de BNP Paribas, rue Juliette Dodu à Saint-Denis. Les nouvelles négociations avec la direction, organisées en début d’après-midi, n’ont pas encore permis de parvenir à un accord. Seules les opérations en libre-service sont possibles, mais l’accueil et les rendez-vous avec les conseillers sont suspendus dans toutes les agences de l’île.

Pour rappel, les salariés de la BNP Paribas sont en grève illimitée depuis jeudi 31 mars 2016, à l’appel de la CFDT et de la CFTC. Les 16 agences de l’île sont fermées et les grévistes se relaient depuis jeudi pour occuper les locaux du siège jour et nuit.

Lire la suite

Le syndicaliste iranien Mahmoud Beheshti Langroodi en grève de la faim depuis le 26 novembre !

(Communiqué de l’Union syndicale Solidaires)

Mahmoud Beheshti Langroodi, porte-parole de l’Association des enseignants iraniens, est en grève de la faim depuis le 26 novembre.

Emprisonné depuis le 6 septembre, il revendique notamment :
- l’annulation de sa condamnation à 9 ans de prison,
- la tenue d’un procès public devant un jury et en compagnie d’un avocat.
Peu après son arrestation, il avait déjà fait une grève de la faim de six jours pour protester contre son incarcération injuste.

Le cas de ce syndicaliste c’est pas isolé

Depuis des années, les enseignants mènent des luttes pour obtenir un salaire au-dessus du seuil de pauvreté, le droit d’avoir des syndicats indépendants, le droit à l’enseignement gratuit et l’arrêt de la privatisation des écoles.
En 2015, ils se sont notamment mobilisés en janvier, en mars, en avril et en mai. Ils ont également manifesté le 22 juillet.

A chaque fois, la réponse du régime a été l’intimidation, l’arrestation et la prison.
Hashemi Baghani, Ismail Abdi et un certain nombre d’autres enseignants ont, par exemple, été également condamnés à de lourdes peines de prison.

L’Union syndicale Solidaires affirme sa solidarité avec Mahmoud Behsheti Langoodi.

Elle demande sa libération ainsi que celle des autres militants emprisonnés.

Paris, le 15 décembre 2015