Pas en notre nom, bienvenue aux réfugiés : rassemblements dans toute la France le samedi 5 septembre

Rassemblements prévus :

Paris : Samedi 5 septembre 17 h place de la République

Bordeaux : Samedi 5 septembre 17 h Parvis des Droits de l’Homme

Nice : Samedi 5 septembre 17 h place Garibaldi

Nantes : Samedi 5 septembre 17 h place Royale

Briançon : samedi 5 septembre 17 h place de l’Europe

Montpellier : Samedi 5 septembre 17 h Place de la Comédie

Plus de 3000 personnes, hommes, femmes, enfants, sont mortes ces derniers mois en essayant de rejoindre nos côtes, nos pays, nos villes.
Simples citoyens ne pouvant rester indifférents à une tragédie humaine qui déshonore la France et l’Europe, nous promettons de nous retrouver chaque semaine Place de la République:
Pour montrer notre solidarité et marquer notre indignation.
Pour demander l’accueil des réfugiés et le respect de la dignité humaine de tous les migrants.
Pour dire que l’Europe ne peut se hérisser de murs et transformer ses mers en charniers sans perdre son âme. Notre âme.
Pour affirmer que pareilles politiques répressives menant à tant de drames humains ne sauraient être menées en notre nom. Pas en notre nom!
Pour partager notre honte, mais aussi nos espoirs.
Les disparus de Méditerranée et les morts d’EuroTunnel, les noyés de la Mer Egée et les asphyxiés d’Autriche ont des noms et des destins.
Par-delà nos clivages politiques, nos divergences idéologiques ou nos choix religieux, laissons parler notre humanité et retrouvons-nous ce samedi 5 septembre à 17h Place de la République à Paris.

Signons, commentons, reprenons, partageons, et surtout descendons dans la rue samedi..

Lire la suite

Hongrie : 300 migrants s’évadent d’un camp, fermeture partielle d’un poste-frontière (police)

AFP

Des migrants passent la frontière au niveau du village hongrois de Röszke pour entrer en Serbie, le 28 août 2015 - AFP/Archives

Des migrants passent la frontière au niveau du village hongrois de Röszke pour entrer en Serbie, le 28 août 2015 – AFP/Archives

Quelque 300 migrants se sont évadés vendredi matin d’un camp hongrois de premier accueil situé près de la frontière serbe à Röszke, a annoncé la police, poussant la Hongrie à fermer provisoirement et partielllement ce poste-frontière autoroutier.

« Selon des estimations, 300 immigrants illégaux ont franchi la clôture du centre de rassemblement de migrants de Röszke à 11H30 (09H30 GMT), en deux vagues, et ont couru vers l’autoroute M5 », a indiqué la police dans un communiqué, soulignant que « des mesures pour leur interpellation ont été prises ».

Cette évasion a poussé les autorités à fermer partiellement le poste- frontière.

« Afin d’éviter des accidents, la police a provisoirement fermé le poste-frontière autoroutier de Röszke pour le trafic rentrant », a-t-elle indiqué dans un communiqué, soulignant qu’un itinéraire bis avait été mis en place.

Le camp de Röszke rassemble environ 1.500 migrants, interpellés dans leur grande majorité après leur passage de la frontière serbo-hongroise, l’un des principaux axes de transit en Europe centrale. Les migrants y sont accueillis le temps d’être immatriculés, avant d’être redirigés vers d’autres structures.

Cette évasion intervient dans un contexte tendu en Hongrie, où un nombre croissant de migrants cherchent à échapper aux forces de l’ordre afin de ne pas compromettre leurs chances d’obtenir l’asile en Allemagne.

Des milliers de migrants restaient dans l’attente de trains pour l’ouest de l’Europe vendredi matin en gare de Budapest, et environ 500 refusaient de quitter leur rame bloquée à Bicske, près de la capitale hongroise, ont constaté des journalistes de l’AFP et des médias hongrois.

Guatemala: l’ex-président Otto Perez passe sa première nuit en prison

http://www.rfi.fr/

Otto Perez Molina est derrière les barreaux. Quelques heures après sa démission, jeudi 3 septembre, le désormais ex-président du Guatemala a été placé en détention provisoire dans une caserne militaire. Un coup de théâtre qui intervient trois jours avant les élections prévues ce dimanche 6 septembre.

index

Trois jours avant les élections de dimanche, le Guatemala a vécu ce jeudi 3 septembre une intense journée, après la démission du président Otto Perez. Impliqué dans une affaire de corruption, l’ex-chef de l’Etat passe sa première nuit en prison. Et le pays a un nouveau président : Alejandro Maldonado a prêté serment jeudi 3 septembre devant le Parlement. Celui qui était jusque-là vice-président assurera l’intérim jusqu’à la prise de fonction du futur chef de l’Etat, en janvier. Il a annoncé un remaniement complet du gouvernement.

Lire la suite

Québec : six journées de grèves rotatives au menu

La Presse, 3 septembre 2015 :

Le front commun syndical des employés de l’État demandera à ses membres de lui donner le mandat de déclencher six journées de grèves rotatives si les négociations avec le gouvernement s’enlisent cet automne.

Des sources syndicales ont confirmé l’information à La Presse jeudi. Le front commun fera une annonce à ce sujet vendredi.

Lire la suite

Grève à XPO Dentressangle

La Nouvelle République, 4 septembre 2015 :

Les salariés de la plateforme logistique XPO, ex Dentressangle, ont poursuivi hier leur grève entamée mercredi, alors que leurs 52 emplois sont menacés par le désengagement de leur unique client, Carrefour.

Hier, ils ont rencontré leur responsable régional des ressources humaines et ont obtenu satisfaction pour leur première revendication : rencontrer le directeur général. Ce sera le 18 septembre. Reste leur demande principale : que le groupe trouve un ou plusieurs clients au site thouarsais pour éviter la disparition de ces 52 postes.

Madagascar: la grève s’enlise dans les universités

http://www.rfi.fr

Les enseignants-chercheurs malgaches sont en grève depuis plus de deux mois, sur fond de divisions syndicales. Ils réclament l’application de plusieurs décrets sur les salaires, signés pendant la période de Transition. De leur côté, les étudiants demandent à l’Etat de réagir pour permettre une reprise des cours.

000_Par7747266(1)_0

Un étudiant passé à tabac par les forces de l’ordre et emmené à demi-conscient à l’arrière d’un pick-up. Les images de l’arrestation de Jean Pierre Randrianamboarina suscitent de nombreux commentaires dans la presse malgache. Et les étudiants ne décolèrent pas. « Les étudiants sont tous fâchés. C’était vraiment trop violent. Nous revendiquons toujours la reprise des cours, ici, à la faculté. Et la remise en liberté sans concession de notre ami Jean-Pierre », dénonce Ismaël Bouba Michel, président de l’association des étudiants de gestion de l’université d’Antananarivo. Jean-Pierre Randrianamboarina, qui a reçu des soins à l’hôpital, a pu rentrer chez lui en attendant le jugement du tribunal.

Lire la suite

France : Lycée de Céret : les enseignants entrent dans le mouvement de grève

http://www.lindependant.fr le 3 septembre

lycee-de-ceret-greve-des-personnels-de-la-vie-scolaire_611054_516x343

Lors d’une heure d’information syndicale en présence de 58 personnels de l’établissement, la grève a été votée à l’unanimité à partir de demain.

Confortés par le soutien massif des enseignants, les personnels de la vie scolaire attendent une réponse de leur administration et un rendez-vous avec le DASEN.

« Il y a une rupture de confiance  avec  l’institution qui ne respecte pas ses engagements« .