Intel : 80 % des effectifs vont être supprimés en France

Le Monde, 22 juillet 2016 :

L’annonce a fait l’effet d’une bombe. Mi-avril, le groupe informatique américain avait annoncé un vaste plan de licenciement, prévoyant la suppression de 11 % de ses effectifs au niveau mondial, soit 12 000 emplois. Pour les salariés français, la pilule est particulièrement difficile à avaler : 80 % des effectifs tricolores devraient disparaître, soit près de 750 emplois.

Une situation que les employés du groupe, sous le choc, critiquent vivement aujourd’hui. Dans un communiqué diffusé vendredi 22 juillet, les employés français de la firme américaine dénoncent « une politique de désengagement de la part du géant des puces informatiques sur le territoire national » et demandent des « explications et un soutien des politiques ».

Tchad : Grève historique à l’ONRTV

Deutsche Welle, 22 juillet 2016 :

Du jamais vu, parole de Tchadien! Les membres du personnel de la télévision d’Etat, l’ONRTV, sont en grève depuis ce vendredi. Ils devraient l’être jusqu’à lundi. La direction de l’établissement estiment ce mouvement illégal.

Les employés réclament une amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Surtout qu’une redevance audiovisuelle est censé garantir une autonomie budgétaire et financière à cet établissement public. Un franc CFA est prélevé tous les jours à chaque appel téléphonique des contribuables tchadiens. Où est passé l’argent se demandent les employés de l’ONRTV?

Boudou : Les travailleurs saisonniers en grève ont obtenu gain de cause

La Dépêche, 22 juillet 2016 :

Après 16 jours de négociations, la grève est enfin terminée pour les sept saisonniers espagnols qui demandaient le paiement de leurs heures supplémentaires. Ce vendredi, l’exploitant agricole a versé la somme due. Les travailleurs vont rentrer en Andalousie.

Canada : Grève au Maxi de Lac-Mégantic

Radio Canada, 22 juillet 2016 :

Les employés de l’épicerie Maxi de Lac-Mégantic ont déclenché une grève générale illimitée jeudi soir après une journée de négociations infructueuses avec l’employeur. Selon le conseiller syndical Bernard Cournoyer, le magasin est fermé : les cadres ont muré les fenêtres.

En 2015, les employés ont changé d’allégeance syndicale : ils sont passés de la FTQ à la CSD. Après analyse du dossier, le syndicat a constaté que les travailleurs gagnent en moyenne 5 % de moins que dans les autres épiceries Maxi de la région. « L’employeur nous dit que c’est normal qu’ils soient payés moins cher à Lac-Mégantic, puisque les maisons coûtent moins cher. Pourtant, sa canne de beans, sa banane, sa patate, il la vend le même prix qu’ailleurs. Le travailleur du Maxi de Lac-Mégantic fait le même travail qu’à Sherbrooke », déplore le conseiller syndical, Bernard Cournoyer.

Lire la suite

Beaumont-sur-Oise : Les jeunes crient leur colère au cours de la marche blanche

La Gazette du Val d’Oise, 22 juillet 2016 :

Environ 2000 personnes ont pris part à la marche en hommage à Adama Traoré, vendredi, dans les rues de Beaumont-sur-Oise.

“Pas de justice, pas de paix.” Les proches d’Adama Traoré crient leur colère dans les rues de Beaumont-sur-Oise. Vendredi après-midi 2000 à 2500 personnes ont participé à la marche en hommage au jeune homme décédé après son interpellation par les gendarmes, mardi 19 juillet, le jour de son 24e anniversaire.

Lire la suite

Vidéos : manifestation contre les licenciements à l’usine BAT de Bayreuth

Plus de 5000 personnes ont manifesté ce 22 juillet contre les 950 licenciements prévus à l’usine BAT de Bayreuth.

Lire la suite

Bayreuth : Plus de 5000 personnes manifestent contre les licenciements à l’usine BAT

Suite à l’annonce de la direction de cesser la production de cigarettes à l’usine BAT (Brittish American Tobacco) de Bayreuth pour la transférer vers l’Europe de l’Est et de supprimer 950 emplois sur les 1400 du site, le syndicat NGG (syndicat de l’alimentation, de la restauration et des boissons) avait appelé à une manifestation ce 22 juillet. On prévoyait au moins 3000 personnes, mais ce sont plus de 5000 personnes qui ont répondu à l’appel.

BTbat1

Parmi les personnes présentes, des travailleuses et des travailleurs de l’usine, leurs familles, des salariés des boîtes de sous-traitance (600 emplois y sont menacés si l’usine ferme) mais aussi des habitantes et habitants de la capitale de Haute-Franconie venus montrer leur solidarité face aux menaces de licenciements. Brigitte Merk-Erbe, la maire de la ville, est venue témoigner de son soutien ainsi que Michaela Rosenberger, secrétaire nationale du syndicat NGG.

Lire la suite