Archives de Catégorie: Slovaquie

Les enseignants en grève contre le mépris en Slovaquie

La Libre Belgique, 29 février 2016 :

Au cœur de l’hiver, le chauffage de l’école est encore tombé en panne. Pendant deux semaines, Sofia et Adamko, 6 et 8 ans, ne sont pas allés en classe. Ensuite, il y a eu les vacances de Noël, puis les enseignants de l’école primaire se sont mis en grève. Depuis un mois, les enfants sont donc seuls à la maison toute la journée, pendant que Jana et Igor, leurs parents, travaillent.

En Slovaquie, environ 15 % des enseignants du pays sont mobilisés depuis le mois d’octobre à l’appel du collectif ISU, qui se revendique non syndiqué. Grève illimitée, manifestations, chaînes humaines, écoles fermées (un quart d’entre elles les jours de défilé) : c’est le mouvement le plus long de l’histoire de ce petit pays d’Europe centrale.

Lire la suite

Publicités

Luttes pour les salaires à PSA

Tract de la CGT PSA Poissy :

A Trnava :

C’est en découvrant dans la presse qu’en France une prime d’intéressement de 1 000€ était versée le 6 mars, que plusieurs centaines de salariés ont fait grève contre le blocage des salaires qui dure depuis 2 ans et pour revendiquer des augmentations de salaires de 9 %.

C’est une première dans cette usine où les salaires tournent autour de 700 € !
Nos camarades slovaques ont bien conscience que la direction se fait des bénéfices énormes en vendant les C3 et les 208 qu’ils fabriquent pour les revendre cher en Europe de l’ouest.

Lire la suite

Débrayage des ouvriers à PSA Trnava

Le 6 mars, à Trnava, plusieurs centaines de salariés ont fait grève pour réclamer des augmentations de salaire. Ils ont mille fois raison ! C’est en se mobilisant que l’on mettra fin au blocage des salaires en imposant des augmentations de salaires ! (extrait d’un tract de la CGT PSA).

Depuis, les syndicats de l’usine slovaque ont fait savoir que si la direction continue de refuser une hausse de 9% sur les salaires, les travailleurs pourraient partir en grève illimitée.

Slovaquie : le mur “anti-roms” va être détruit

Euronews, 26 août 2013 :

Le maire de Kosice en Slovaquie a assuré que le mur en béton “anti-roms” allait être détruit. Ce mur de 30 mètres de long et de deux mètres de haut a été construit en juillet autour d’un parking proche d’un quartier a forte population rom.

Kosice1

La mairie de quartier a démenti le caractère ségrégationniste de ce mur, assurant qu’il sépare seulement un parking d’un terrain vague et qu’il était facile d’en faire le tour. Elle regrette cependant de ne pas avoir attendu un permis de construire en bonne et due forme pour ériger le mur.

Kosice : Des couleurs sur le mur de l’apartheid

A Kosice, en Slovaquie, la mairie a fait ériger un mur de béton de plus de 2 mètres de haut pour séparer un quartier rrom du reste de la ville. Ces derniers jours, l’artiste Tomas Rafa et une équipe de bénévoles, aidés des enfants et des jeunes du quartier, ont peint le drapeau rrom sur le mur. Par cette action artistique, Tomas Rafa veut attirer l’attention sur le racisme et la ségrégation de la population Rrom en Slovaquie. Il a fallu six jour à Tomas Rafa et à son équipe pour finir leur oeuvre, et il ont aussi eu le soutien de militants et de rappeurs du
village tchèque Krupka.

Kosice1

Kosice2

Lire la suite

Kosice : Apartheid au coeur de l’Europe

AFP, 12 juillet 2013 :

Un mur en béton anti-Roms a été érigé à Kosice, métropole de la Slovaquie orientale, près d’un parking proche d’un quartier à forte population rom, a rapporté vendredi la presse slovaque en ligne.

Il s’agit du huitième mur de ce type érigé depuis 2009 dans cette région et du 14e dans le pays, selon le site d’information http://www.romovia.sme.sk. « On ne parle jamais à l’avance de la construction des murs de segrégation, pour que personne ne déjoue le projet », a indiqué à ce site l’ancien plénipotentiaire du gouvernement slovaque pour les communautés roms, Miroslav Pollak.

Lire la suite

Slovaquie : Grève illimitée dans l’éducation

Euronews, 26 novembre 2012 :

Les enseignants en Slovaquie ont entamé ce lundi une grève illimitée. Ils réclament une hausse des salaires de 10%. Le gouvernement dit ne pas pouvoir se permettre une telle une augmentation en pleine période d’austérité.

Selon le syndicat national des enseignants, les trois quart des écoles primaires et des collèges sont fermées. Le mouvement touche aussi quelques universités.