Archives de Tag: métallurgie

Belfort : Rassemblement de soutien aux ouvriers d’Alstom

L’Est Républicain, 13 septembre 2016 :

Une manifestation a rassemblé environ 400 personnes hier soir sur la place d’Armes de Belfort, face à l’hôtel de ville.

Initialement, elle avait été prévue en marge du conseil municipal extraordinaire consacré à la situation d’Alstom que la municipalité avait prévu d’organiser ce lundi. Mais le calendrier a été chamboulé en raison du départ du député-maire pour Paris où il a rencontré, hier soir à Bercy, Christophe Sirugue, secrétaire d’État à l’Industrie, avant de se rendre ce matin chez le PDG d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge.

Lire la suite

Belfort : Mobilisation contre les licenciements à Alstom !

L’annonce de la fin de la production à Alstom Belfort et la suppression de 400 emplois dans cette usine est une attaque contre toute la population laborieuse du Territoire de Belfort. Un emploi supprimé dans une usine c’est environ trois emplois supprimés dans les entreprises de sous-traitance et les emplois induits (commerces, services, etc.).

Manifestation à Belfort le 12 septembre, 19 h, devant la mairie de Belfort avec les travailleuses et travailleurs de l’usine Alstom. Et le 15 septembre, à 10 heures Maison du Peuple, dans le cadre de la journée de grève nationale contre la loi travail et la politique anti-ouvrière du gouvernement.

Lire la suite

Grève pour l’embauche des précaires à la fonderie alu

La Nouvelle République, 9 septembre 2016 :

Une partie des salariés de la fonderie alu étaient en grève hier. Ils réclament l’embauche des intérimaires présents dans l’entreprise.

fonderiealu

En dehors du cadre des négociations salariales annuelles, c’est le premier mouvement social d’importance à la fonderie alu depuis que Saint-Jean-Industrie a racheté l’entreprise ingrandaise à Montupet en 2012. Hier, à l’appel du syndicat CGT (*), syndicat majoritaire de la fonderie, une partie des salariés ont fait grève pour obtenir l’embauche des intérimaires présents dans l’entreprise, qui fabrique des pièces pour l’industrie automobile. Avant l’été, cette revendication avait déjà fait l’objet d’une pétition. Une initiative suivie par des débrayages fin juillet.

Lire la suite

Alstom : la direction veut imposer la fin de la production à Belfort

Ce 7 septembre, la direction d’Alstom a annoncé sa volonté de cesser la production à Belfort pour la délocaliser vers Reichshoffen à plus de 200 kilomètres.

En tout ce sont directement 400 postes sur les 500 du site de Belfort qui sont menacés. La direction leur promet qu’ils pourront travailler sur le site alsacien ou sur les dix autres sites du groupe en France… mais ce sont des promesses en l’air ! Un ouvrier qui a sa vie à Belfort (la moyenne d’âge à l’usine Alstom est d’une cinquantaine d’années), qui parfois a construit ou a une compagne qui travaille dans le Territoire de Belfort ne pourra jamais faire plus de deux heures de route chaque jour pour aller au travail à Reichshoffen ! Et ajoutons que comme à chaque fermeture de site, ce sont aussi les ouvriers des entreprises de sous-traitance qui seront touchés par l’arrêt de la production à Belfort.

Lire la suite

Grève à la Fonderie alu le 8 septembre

La Nouvelle République, 31 août 2016 :

La CGT de la Fonderie Saint-Jean Industries, spécialisée dans la fabrication de culasses (effectif : 435 salariés dont 15 GLE et 90 intérimaires), a décidé d’une « journée d’action et de grève de 24 h le jeudi 8 septembre » à la Fonderie alu d’Ingrandes-sur-Vienne « pour l’emploi et contre la précarité ».

fonderie

Ce préavis de grève fait suite « aux débrayages massifs, fin juillet, des travailleurs pour demander l’embauche des intérimaires en CDI et de personnels supplémentaires qui manquent dans tous les ateliers et services ».

Lire la suite

Aalen : Manifestation pour l’emploi chez Triumph

La direction de Triumph a annoncé la fermeture du centre de logistique de Aalen (Bade-Wurtemberg) début 2018. Avec cette fermeture ce sont au moins 270 emplois sur 380 qui seront supprimés et la direction annonce déjà 75 licenciement (à 90% des femmes) d’ici 2017.

Aussi ce 20 juillet, 300 ouvrières et ouvriers du centre de logistique Triumph ont manifesté, avec banderoles, drapeaux, sifflets et tambours, des portes de l’entreprise à la mairie de la ville. Pour bien des travailleurs, il est clair qu’après 2018, la direction de Triumph finira, si on la laisse faire, de licencier aussi la centaine de salariés restants. De nouveaux rendez-vous sont prévus à la rentrée pour refuser le plan social et la fermeture du site.

Mobilisation en Bavière pour l’emploi chez Siemens

Ce 20 juillet, alors que la direction fait planer des menaces de fermetures d’usines Siemens en Bavière, que 733 suppressions d’emplois ont été annoncé sur le site de Nuremberg et 700 en Basse-Bavière par exemple, plus 4600 travailleuses et travailleurs ont participé à différentes actions à travers le Land à l’appel de l’IG Metall et des Comités d’Entreprise de plusieurs usines.

Pont de la solidarité à Nuremberg

A Ruhstorf (Basse-Bavière), 1.100 salariés ont manifesté. A Nuremberg (Moyenne-Franconie), plus de 2000 ouvrières et ouvriers des sites Simens de Nuremberg, Fürth et Erlangen se sont retrouvés sur le pont Simens rebaptisé « Pont de la Solidarité ». A Bad Neustadt (Basse-Franconie), ce sont plus de 1500 personnes qui ont participé à un rassemblement pour le maintien des emplois et de la production en Bavière.

Lire la suite