Archives de Tag: Initiative Communiste-Ouvrière

Pour le droit à la libre expression à Genève comme ailleurs

Un camarade a été condamné à payer une amende de 500 francs suisses et 200 francs suisses de frais de dossier pour « manifestation non autorisée » (soit 700 francs suisses au total), suite à une simple diffusion de tracts lors de l’ouverture de la conférence de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) à Genève le 30 mai 2016. Il s’agissait une fois encore de saisir l’occasion de l’ouverture de la conférence de l’OIT pour tenter de faire entendre la voix des travailleurs d’Iran et en particulier de ceux qui sont emprisonnés pour leur activité syndicale.

Voici l’ordonnance pénale en question :

amende1

Lire la suite

Genève : Pas d’amende pour une distribution de tracts

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Pascal, militant syndical connu de Besançon et camarade de l’Initiative Communiste-Ouvrière a été condamné à payer une amende de 500 francs suisses et 200 francs suisses de frais de dossier pour « manifestation non autorisée », suite à une simple diffusion de tracts lors de l’ouverture de la conférence de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) à Genève le 30 mai 2016.

ilo1

En effet, cette année encore, des membres du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran et de l’Initiative Communiste-Ouvrière ont saisi l’occasion de l’ouverture de la conférence de l’OIT pour tenter de faire entendre la voix des travailleurs d’Iran et en particulier de ceux qui sont emprisonnés pour leur activité syndicale. Des tracts ont également été distribués pour dénoncer la répression en France dans le contexte de la lutte contre la loi travail.

Lire la suite

BourgeoisExit : Pour les Etats-Unis Socialistes d’Europe de Reykjavík à Ankara !

Article de Camille Boudjak publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

La victoire du « Brexit » en Grande-Bretagne a fait couler beaucoup d’encre. Les milieux nationalistes de gauche, entre autre, y voient une « victoire contre l’austérité » quant ce n’est pas une « victoire face à la bourgeoisie ». Depuis plusieurs années déjà, tout un milieu dénonce régulièrement l’Union Européenne, l’Euro, les critères de Maastricht, etc. comme source de tous les maux et mène campagne pour le retrait de l’Union Européenne, jouant parfois y compris avec les sentiments chauvins les plus puants et les plus dangereux, à termes, pour l’unité de la classe ouvrière.

Retour sur le Brexit

Il convient tout d’abord, comme après 2005 où certains célébraient une « victoire du non de gauche » en France, de ne pas se bercer d’illusions. En 2005, bien malin celui qui pouvait différencier les bulletins « non de droite » des « non de gauche ». Une partie de la gauche et même de l’extrême-gauche a certes fait campagne pour le « non » mais on trouvait aussi des réactionnaires comme Le Pen, Pasqua ou Devillers. En Grande-Bretagne, si des groupes d’extrême-gauche ont fait campagne pour un « Leftxit » (un « Brexit » de gauche), comme le SWP ou le Parti Communiste Britannique, d’autres ont fait à l’inverse campagne pour le maintien dans l’Union Européenne (comme Workers Liberty, Left Unity ou Socialist Resistance), ces organisations n’ont eu qu’un poids minime dans le résultat du référendum. Les principales forces politiques qui ont fait campagne pour le Brexit sont l’UKIP (extrême-droite) et l’aile droite du parti conservateur. Laisser entendre qu’un vote pour lequel a milité le fan club de Margareth Tatcher pourrait être un « vote de classe » voir une « victoire de la classe ouvrière », c’est au mieux mettre des ornières, au pire se moquer du monde. D’ailleurs, avant même le Brexit, la Grande-Bretagne avait déjà négocié des exemptions sur plusieurs directives de l’Union Européenne, dont celle qui limite le temps de travail à 48 heures hebdomadaires.

Lire la suite

Après le coup d’Etat d’Erdogan

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Il n’y avait aucun espoir à avoir dans le coup d’Etat militaire pour apporter une vie meilleure à la population de Turquie. Non seulement, d’une façon générale, les coups d’Etat militaires ne permettent que la mise en place d’un régime dictatorial, mais dans le cas de la Turquie, le souvenir est encore vif de celui qui a été perpétré en 1980 et qui a servi à écraser le mouvement ouvrier, à réprimer toute opposition puis à mener une guerre sanglante dans les régions kurdes.

Mais si le putsch militaire a été maîtrisé, il va servir à Erdogan de prétexte pour renforcer encore la répression contre le mouvement ouvrier, les féministes, la population kurde, la minorité alévie et plus largement l’ensemble des progressistes.

Lire la suite

Le ministère du travail contre le droit de grève

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Le 27 juin, le ministère du travail a, contre l’avis de l’inspection du travail, autorisé le licenciement « pour faute lourde » d’Yvon Caprice, délégué CGT à Sodexo Marseille. Que reproche la direction à ce militant ouvrier ? Simplement d’avoir exercé son droit de grève !

En décembre 2015, la cuisine centrale des cantine marseillaise est en grève. Un accord de fin de conflit est signé entre la direction et des délégués syndicaux, mais 18 salariés continuent la grève ce qui est tout à fait légal selon le code du travail français. Dans le secteur privé, aucun préavis n’est nécessaire pour se mettre en grève, une grève est considérée comme licite dès lors que l’employeur a connaissance des revendications et que l’arrêt de travail est collectif. C’est ce qui nous permet de débrayer spontanément pour appuyer des revendications. A ce jour, rien n’interdit donc de continuer une grève si un accord signé entre la direction et des délégués ne nous convient pas.

Lire la suite

49.3 ou pas, la loi travail on n’en veut pas !

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Valls a utilisé le 49.3 pour faire passer en force la loi El Khomri de casse du Code du Travail. Avec à peine 3% des députés issus des catégories ouvriers et employés, il est clair que, 49.3 ou pas, le parlement ne saurait représenter les intérêts du monde du travail. 49.3 ou pas, gouvernement de droite ou de gauche, leur « démocratie » n’est qu’une forme de la dictature de la classe capitaliste sur l’ensemble de la société.

Pouvoir-ou

Ce n’est pas au parlement, c’est encore et toujours dans la rue et dans les entreprises que se mène la bataille principale contre la loi travail. Ce qu’une poignée de politiciens décide dans les salons ou un hémicycle, des centaines de milliers voir des millions de travailleuses et de travailleurs peuvent le faire abroger. De Villepin avait bien utilisé l’article 49.3 pour faire passer le CPE… avant que l’on obtienne son retrait.

Lire la suite

Carnage à Bagdad – soutenir plus que jamais les luttes sociales et féministes

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Au moins 120 personnes ont été tuées et plus de 160 blessées dimanche 3 juillet dans un attentat terroriste à Bagdad, revendiqué par Daesh, dans une rue commerçante du quartier de Karrada très fréquentée. Il ne s’agit malheureusement que d’un bilan provisoire qui s’est déjà alourdi depuis ce matin.

Encore une fois, en massacrant des gens faisant leur courses ou se promenant en famille, les barbares obscurantistes visent toute une population.

Lire la suite