Archives de Catégorie: Grande-Bretagne

Sept jours de grève en vue à Eurostar

Radio Monaco, 11 août 2016 :

La première grève à l’appel de RMT (Rail, Maritime and Transport union) doit commencer le vendredi 12 août à 00h01 et durer jusqu’au lundi 15 août à 23h59. La deuxième doit avoir lieu sur trois jours, du 27 au 29 août. Eurostar a assuré que l’impact sur les conditions de circulation serait limité.

Le syndicat RMT reproche à la direction de ne pas respecter un accord sur les conditions de travail conclu en 2008.

Lire la suite

Publicités

Royaume-Uni : grève à la Southern Railway

RFI, 9 août 2016 :

A Londres, une grève du rail de cinq jours a débuté ce lundi 8 août au matin, suite à un appel à la grève du syndicat RMT. Les lignes desservant le sud de Londres et reliant la capitale au sud du pays seront partiellement à l’arrêt jusqu’à vendredi, avec des suppressions de trains et d’importants retards pour des centaines de milliers d’usagers.

Cette fois-ci, c’en est de trop pour les employés de Southern Railway, qui ne laisseront pas passer cette ultime coupe budgétaire.

Lire la suite

Londres : Rassemblement pour les deux ans du génocide contre les Yézidis au Kurdistan

Le 3 août 2014, Daesh, après avoir occupé Mossoul, se lançait dans une logique de génocide à l’encontre de la minorité yézidie au Kurdistan d’Irak et de Syrie. Ce 3 août 2016, des camarades se sont rassemblés à Londres pour commémorer le massacre de 2014 et dénoncer les crimes de Daesh à l’encontre de cette minorité.

lony1 Lire la suite

BourgeoisExit : Pour les Etats-Unis Socialistes d’Europe de Reykjavík à Ankara !

Article de Camille Boudjak publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

La victoire du « Brexit » en Grande-Bretagne a fait couler beaucoup d’encre. Les milieux nationalistes de gauche, entre autre, y voient une « victoire contre l’austérité » quant ce n’est pas une « victoire face à la bourgeoisie ». Depuis plusieurs années déjà, tout un milieu dénonce régulièrement l’Union Européenne, l’Euro, les critères de Maastricht, etc. comme source de tous les maux et mène campagne pour le retrait de l’Union Européenne, jouant parfois y compris avec les sentiments chauvins les plus puants et les plus dangereux, à termes, pour l’unité de la classe ouvrière.

Retour sur le Brexit

Il convient tout d’abord, comme après 2005 où certains célébraient une « victoire du non de gauche » en France, de ne pas se bercer d’illusions. En 2005, bien malin celui qui pouvait différencier les bulletins « non de droite » des « non de gauche ». Une partie de la gauche et même de l’extrême-gauche a certes fait campagne pour le « non » mais on trouvait aussi des réactionnaires comme Le Pen, Pasqua ou Devillers. En Grande-Bretagne, si des groupes d’extrême-gauche ont fait campagne pour un « Leftxit » (un « Brexit » de gauche), comme le SWP ou le Parti Communiste Britannique, d’autres ont fait à l’inverse campagne pour le maintien dans l’Union Européenne (comme Workers Liberty, Left Unity ou Socialist Resistance), ces organisations n’ont eu qu’un poids minime dans le résultat du référendum. Les principales forces politiques qui ont fait campagne pour le Brexit sont l’UKIP (extrême-droite) et l’aile droite du parti conservateur. Laisser entendre qu’un vote pour lequel a milité le fan club de Margareth Tatcher pourrait être un « vote de classe » voir une « victoire de la classe ouvrière », c’est au mieux mettre des ornières, au pire se moquer du monde. D’ailleurs, avant même le Brexit, la Grande-Bretagne avait déjà négocié des exemptions sur plusieurs directives de l’Union Européenne, dont celle qui limite le temps de travail à 48 heures hebdomadaires.

Lire la suite

Victoire des étudiants londoniens en grève contre le prix de leur loyer

L’Obs, 5 juillet 2016 :

Ils revendiquent la victoire, mais continuent leur bataille. Les étudiants londoniens du mouvement « Cut the rent », en grève depuis cinq mois contre le prix de leur loyer dans les résidences universitaires, ont obtenu plusieurs gestes de l’University College de Londres (UCL).

1.000 étudiants n’ont pas payé leur loyer en signe de protestation en avril, selon « Cut the rent ». Et le mouvement concerne plusieurs universités londoniennes, comme nous vous le racontions en mai.

Lire la suite

Londres : Rassemblement le 30 juin en solidarité avec les luttes en France

Appel à un rassemblement le jeudi 30 juin à 12 heures devant le consulat français à Londres ( French Consulate, 21-23 Cromwell Rd, SW7 2EN Londres) :

Les capitalistes et leurs Etats tentent partout de masquer leurs actions par la production d’une armée de sans-emploi afin de diviser la classe ouvrière et de réduire la part des travailleurs dans les richesses produites par la société.

solidarity

Leurs médias hurlent outrageusement leurs mensonges sur « la vie facile des travailleurs en France », « les violations inacceptables du droit des patrons à licencier comme et quand ils le souhaitent », etc. afin de défendre le capitalisme et sa conduite inhérente à son existence de mépris envers tous dans la course aux profits. Les modifications apportées dans le code du travail en France sont une nouvelle tentative pour de nouvelles mesures d’austérité et pour faire porter le poids de la crise du capitalisme sur le dos de la classe ouvrière.

Lire la suite

Brexit or not Brexit, à la classe ouvrière de payer !

En Grande-Bretagne, des politiciens nationalistes ont pu faire croire que le « Brexit » pouvait améliorer un tant soin peu le sort des classes populaires ils se sont rétractés plus vite encore qu’un candidat PS élu pour faire « moins pire que Sarkozy ». Ainsi, Nigel Farage, sorte de Le Pen britannique, avait promis : « Le Royaume-Uni envoie chaque semaine plus de 350 millions de livres chaque semaine à l’UE, nous allons rediriger cette somme vers le système de santé publique (National Health Service). » Un argument qui ne peut que peser dans un pays où les hôpitaux publics sont ravagés par l’austérité. A peine les résultats connus, le même Nigel Farge parle d’une « erreur » et que si des gens ont voté pour le Brexit sur la base de cet argument c’est « qu’ils se sont trompés ».

Décidément, ce Brexit n’apportera pas le moindre pound dans les poches des prolétaires britanniques… et les politiciens nationalistes, d’un côté comme de l’autre de la Manche, font partie des pires ennemis de la classe ouvrière !