Archives quotidiennes : 12/09/2012

Afrique du Sud : Tirs de gaz lacrymogène contre des grévistes

Belga, 12 septembre 2012 :

Mercredi, des grévistes qui voulaient bloquer un train à proximité de la mine d’or de Gold Fields à Carletonville, près de Johannesburg, ont reçu des tirs de gaz lacrymogènes de la part des gardes de sécurité, d’après la direction.

Equipés de masques à gaz, les gardes privés de sécurité ont fait usage de substances lacrymogènes au moment où plusieurs centaines de mineurs tentaient d’intercepter un train de marchandises en posant des blocs de béton et des barres de métal sur la voie ferrée menant à la mine, d’après les déclarations de Sven Lunsche, un porte-parole de Gold Field.

Un des grévistes, Mfanayedwa Themba, cité par l’agence Sapa, a justifié cette action en expliquant : « ce train, c’est une partie de la mine. C’est une partie de nous ».

Lire la suite

Deux incendies d’usines tuent 314 personnes au Pakistan

Reuters, 12 septembre 2012 :

Deux incendies dans deux usines du Pakistan ont fait au moins 314 morts dans la nuit de mardi à mercredi.

A Karachi, la capitale économique et commerciale du pays, au moins 289 personnes ont péri dans une usine textile ravagée par les flammes, quelques heures après un autre incendie qui a fait 25 morts dans une fabrique de chaussures de la ville de Lahore.

Le bilan du feu de Karachi, dont on ignore les causes, s’est alourdi à mesure que les secours progressaient dans le bâtiment calciné. La majorité des victimes ont été piégées par les flammes alors qu’elles venaient chercher leur salaire.

Lire la suite

CGT PSA Sochaux. Rapport Sartorius : Une analyse très incomplète, Une conclusion inacceptable !

Communiqué de la CGT PSA Sochaux :

Rapport Sartorius
Une analyse très incomplète, Une conclusion inacceptable

On retiendra du rapport de M. Sartorius qu’il entérine l’arrêt d’une usine de production et se contente de dire qu’il aurait préféré que ce soit les salariés de Madrid qui paient la note, plutôt que ceux d’Aulnay.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est un peu court.

L’analyse de la situation ne va pas jusqu’au bout, en se contentant de répéter des lieux-communs sans s’interroger sur leur validité.

Enfin le rapport n’esquisse aucune piste alternative.

La CGT attend une étude plus sérieuse et moins orientée de la part de l’expert du CCE, et appelle les salariés à rester mobilisés pour défendre leurs emplois face à tous ceux qui voudraient les enterrer.

Lire la suite

PSA Aulnay : Décisions des salariés réunis en Assemblées Générales du 11 septembre

CGT PSA Aulnay, 12 septembre 2012 :

Décisions des salariés réunis en Assemblées Générales du 11 septembre
Revendication et actions

Ce 11 septembre, près de 700 salariés se sont réunis en Assemblées Générales pour faire le point de la situation et pour décider des actions à organiser.

Les Assemblées Générales ont bien noté l’acceptation par M. Montebourg d’organiser un processus de négociations tripartites (direction –Syndicats PSA Aulnay-Gouvernement) mais cela ne suffit pas.

Pour que ces réunions, qui doivent aboutir à un accord tripartite sur les garanties de maintenir tous les emplois, se déroulent sérieusement et en toute sérénité, il est absolument nécessaire que le plan de licenciement de PSA, qui doit être réactivé fin novembre, doit être définitivement bloqué.

Lire la suite

Polynésie « française ».Tubuai : les parents d’élèves organisent la «grève des cours»

Tahiti info :

La situation reste dans l’attente à Tubuai (îles Australes), à la fois au collège de Taahueia et au CETAD de Mataura (Centre d’éducation en technologie appropriée au développement), au moins jusqu’à demain, mercredi.
En raison de l’absence d’un certain nombre d’enseignants contractuels, depuis la rentrée scolaire, les parents d’élèves ont manifesté, hier matin, devant le collège pour réclamer des enseignants pour leurs enfants. Avec deux enseignants manquants au CETAD (60 élèves) et quatre au collège (186 élèves) depuis la rentrée du 16 août dernier, ce sont des dizaines d’heures d’enseignement qui font déjà défaut aux élèves dans certaines disciplines. Pour faire part de leur mécontentement, les parents d’élèves ont décidé que leurs enfants n’iraient pas au collège jusqu’à demain mercredi, date à laquelle ils espèrent la visite de l’un des représentants des administrations concernées : DES (direction de l’enseignement secondaire), vice-Rectorat, ministère de l’Education. Mais jusqu’ici, personne n’a répondu aux demandes des parents. Si demain cette proposition de rencontre, sur place à Tubuai, reste vaine, la «grève des cours», pourrait se prolonger, après une assemblée générale des parents d’élèves. Un moyen comme un autre d’alerter les autorités sur la situation locale.Lundi, pourtant, après la manifestation, un enseignant contractuel en anglais qui répartira son temps de travail entre le CETAD et le collège, est arrivé de Tahiti. C’est une avancée, mais il manque encore quelqu’un pour le poste en prévention/santé/envrionnement au CETAD, et trois enseignants contractuels pour le collège : en français, en sports et en arts plastiques. «Pourtant, il y a trois semaines au moment de la rentrée scolaire 2012, la direction de la DES certifiait que tous les postes pour Tubuai étaient pourvus» affirme un enseignant du CETAD de Mataura. Un vœu pieu ou une difficulté des administrations à faire face à la gestion des enseignants contractuels ? C’est bien pourquoi, les syndicats réclament l’ouverture de ces postes à des titulaires. Lire la suite

Grève massive dans l’éducation à Chicago

Nouvel Observateur, 12 septembre 2012 :

Une grève d’enseignants aux Etats-Unis ? Eh oui, c’est possible ! Et quelle grève… Depuis lundi matin, toutes les maternelles, les écoles, les collèges et les lycées publics de Chicago, troisième ville du pays, sont en grève. Toutes, sans exception. 250.000 enseignants sur le pied de guerre, 400.000 élèves sans cours. Une centaine d’établissements et d’églises assurant cependant une garderie. Des bataillons de policiers sont aussi mobilisés, en cas de débordements. Ambiance ! 25 ans qu’on n’avait vu ça à Chicago.
Un grand conflit à deux mois des élections, dans la ville d’Obama !

Ici, ce sont les municipalités qui sont en charge de l’éducation, avec une quasi totale autonomie de gestion. Voilà des mois que la tension montait entre Rahm Emanuel, le bouillonnant maire de la ville, très proche d’Obama, et Karen Lewis, la présidente du très puissant syndicat des enseignants auquel adhère la grande majorité d’entre eux. Dimanche soir encore, alors que la tension était à son comble après une négociation marathon, beaucoup n’y croyaient pas. Un grand conflit à deux mois des élections, dans la ville d’adoption d’Obama dont le maire, Rahm Emanuel, est l’ex-chef de l’administration de la Maison Blanche ? Impossible. Eh bien si, ils l’ont fait !

Lire la suite

Le changement indispensable, c’est nous qui pouvons l’imposer !

Tract de rentrée de la CGT Renault Cléon :

Le changement indispensable, C’est nous qui pouvons l’imposer !

Mardi 9 octobre
Avec les travailleurs de PSA,
Préparons-nous à manifester au Salon de l’auto

Le nombre de chômeurs officiellement recensés vient de dépasser les trois millions. Cela veut dire en réalité près de quatre millions et demi de personnes sans emploi et sans salaire stables.

Pas un salarié qui n’ait, dans sa famille ou parmi ses proches, quelqu’un qui se retrouve dans cette situation ! Pas un seul salarié qui puisse être sûr d’être à l’abri durablement !

Quoi d’étonnant ? Aucune région, aucun département, aucune ville n’échappe à l’hémorragie qui se traduit par des licenciements et des fermetures d’entreprises.
Les suppressions d’emplois sont programmées à Air France, à Sanofi, à Carrefour, chez PSA, chez Doux, à Technicolor. Et combien d’autres qui se préparent ?

Lire la suite

Sanofi : «Nous ne négocions pas la casse»

La Dépêche, 12 septembre 2012 :

Jeudi, l’intersyndicale des salariés de Sanofi appelle à la grève. Une manifestation aura également lieu vers midi sur le site de l’Oncopole. Pour soutenir les Sanofi qui refusent le projet de la direction du groupe de faire fermer le site (614 emplois menacés) mais aussi s’élever contre tous les plans sociaux, la CGT 31 appelle aussi au rassemblement. Pascal Delmas, délégué CFDT chez Sanofi, évoque le plus gros rassemblement depuis le début de la protestation.

Depuis les débuts de votre combat cet été, la grève est une première.

C’est un changement en effet. Il y a bien des salariés qui s’étaient mis en grève spontanément, par ras-le-bol. Mais là, elle a été votée en assemblée. Beaucoup de salariés se sont engagés.

Vous avez aussi des renforts cette fois-ci.

Oui, nous allons accueillir plus de 130 Sanofi de Montpellier, un bus entier de manifestants de la région parisienne. Sur le site, il y a aussi toutes les coordinations CGT, CGC et CFDT. Et certaines unions départementales de syndicats ont appelé à la manifestation, certains partis comme le NPA, le PC ou le Parti de Gauche se rallient. Je pense qu’il y aura du monde.

Lire la suite

Les enseignants grecs en grève pour la rentrée

Le Figaro, 12 septembre 2012 :

Le cartable, les cahiers et la trousse de stylos sont prêts: la prérentrée a bien eu lieu, mardi en Grèce, avec la bénédiction religieuse orthodoxe traditionnelle et la distribution des emplois du temps. Mais ce mercredi, pour leur premier jour d’école, la plupart des enfants grecs resteront chez eux.

Les instituteurs des écoles publiques sont en grève. Ils ne sont pas les seuls. Les enseignants du secondaire et les professeurs d’université suivent le mouvement pour protester contre les nouvelles coupes budgétaires.

«Les salles de classes sont dans un état pitoyable, nous n’avons pas de matériel, l’école n’a pas assez d’argent pour payer l’eau et l’électricité», s’insurge Rigoris Kaloumiris, professeur de chimie dans un lycée d’Athènes. «On va devoir enseigner en manteau cet hiver. Ce n’est pas humain. Avec les restrictions budgétaires, il n’y a plus de professeurs pour les cours de soutien scolaire», se désole-t-il.

Lire la suite

Des mineurs bloquent des routes en Afrique du Sud

Belga (extraits), 12 septembre 2012 :

Plusieurs centaines de mineurs bloquaient les routes avec des barricades mercredi matin autour du site d’extraction de platine d’Anglo American Platinum (Amplats) près de Rustenburg, dans le nord de l’Afrique du Sud, a déclaré la police.

« Il y a une grève, des mineurs se rassemblent », a affirmé le porte-parole de la police Thulani Ngubane joint par téléphone.

Le site d’Amplats se trouve dans la même région que la mine de platine de Marikana, où une grève se poursuit depuis début août.