Archives de Catégorie: Nauru

Recul des droits humains à Nauru

La Dépêche de Tahiti, 2 mars 2015 :

La situation des droits de l’homme à Nauru sera examinée par les Nations unies en novembre prochain. Et si le pays veut faire bonne figure, il faut que le gouvernement revienne sur ses dernières prises de position, préviennent des militants des droits de l’homme.

Daniel Webb, du Human Rights Law Centre, une organisation australienne de défense des droits de l’homme, pointe du doigt la politique menée depuis plus d’un an à Nauru : « Des employés de l’ONU et d’ONG telles que Amnesty International n’ont pas été autorisés à se rendre dans le pays. Le gouvernement a aussi augmenté de 3 900% les frais de dossier pour les visas accordés aux journalistes, ce qui exclut de fait les journalistes étrangers de Nauru. Et en l’espace de quelques jours, tous les magistrats ont été limogés. Tout cela fait qu’il n’y a plus de contrepoids au pouvoir exécutif, alors que c’est essentiel dans toute démocratie. »

Lire la suite

Publicités

En Australie, les réfugiés sont désespérés au point de se mutiler

La Libre Belgique, 17 janvier 2015 :

L’Australie s’est dite inquiète vendredi de la situation dans un de ses camps de rétention en Papouasie-Nouvelle-Guinée où des demandeurs d’asile – venant majoritairement d’Irak, d’Iran et d’Afghanistan – désespérés auraient avalé des lames de rasoir et de la lessive, selon une association.

L’Australie envoie les demandeurs d’asile qui arrivent par bateau dans des camps de rétention en Papouasie-Nouvelle-Guinée et sur l’île de Nauru dans le Pacifique. Même si leur demande d’asile est considérée comme légitime après instruction de leur dossier, Canberra ne les autorise pas à s’installer en Australie.

Lire la suite

Sixième jour de grève de la faim des réfugiés de Nauru

Radio Australia, 6 novembre 2012 :

Ils étaient 170 la semaine dernière, ils seraient 300 à l’heure actuelle. 300 sur les 400 demandeurs que compte le camp de rétention. C’est pour protester contre leurs conditions de vie et la durée indéterminée de leur séjour sur l’île de Nauru que 170 demandeurs d’asile ont au départ entamé cette grève de la faim.

30 personnes ont maintenant été placées sous surveillance médicale et souffriraient « d’épuisement et d’un coup de chaleur ».

Les services de l’Immigration ont minimisé l’ampleur de cette grève de la faim en affirmant que 300 repas avaient été consommés dimanche dernier.

Lire la suite

Ile de Nauru : grève de la faim de demandeurs d’asile

Le Courrier International, 5 novembre 2012 :

Demandeurs d’asile envoyés à Nauru par les autorités australiennes en attente de l’instruction de leurs dossiers.

« Le report du traitement des dossiers de demandes d’asile [de six mois] déclenche une grève de la faim », annonce le quotidien australien. Près de 300 demandeurs d’asile envoyés sur l’île de Nauru par l’Australie seraient engagés dans ce mouvement de protestation commencé le 1er novembre, rapporte le journal. Les autorités contestent ce chiffre, évoquant 170 personnes en grève de la faim. En octobre, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a mis en cause le processus d’éloignement des demandeurs d’asile mis en place par l’Australie.