Archives de Catégorie: Bélarus

Contre la guerre : Lettre ouverte du Syndicat Indépendant du Bélarus

Dans une lettre ouverte datée du 3 mars et adressée au mouvement syndical de Russie, Nikolai Zimin, président du Syndicat Indépendant du Bélarus (Беларускі Незалежны прафсаюз) appelle à s’opposer à l’escalade militaire en Ukraine.

Belarus

Dans ce texte, il rappelle notamment que « Le régime oligarchique capitaliste de Russie ne pense pas aux conséquences qui pourraient résulter de l’action militaire ». Comme toute guerre, cette guerre c’est la « crise économique qui affecte les travailleurs russes. Le pouvoir prend dans vos poches en lançant des slogans nationalistes. Pensez-vous que les politiciens payeront de leurs poches leur guerre ? C’est un merveilleux prétexte pour détourner la population des nombreux problèmes économiques et sociaux internes ».

Lire la suite

Publicités

Manifestation à Minsk

AFP, 8 octobre 2011 :

Un millier de personnes ont manifesté samedi dans le centre de Minsk à l’appel de l’opposition, protestant contre la hausse des prix et la répression dans cette ancienne république soviétique en proie à une crise économique aiguë et dirigée d’une main de fer par Alexandre Loukachenko. Les opposants ont exigé que le gouvernement du président Loukachenko fasse cesser la hausse des prix, libère les prisonniers politiques et tienne des élections libres, selon un correspondant de l’AFP sur place.

« Nous ne voulons pas payer pour la crise », disait une des pancartes brandies dans la manifestation. « Si les autorités ne font rien, il y aura des émeutes de la faim », a lancé un leader syndical, Guennadi Fedynitch.

Au moins sept manifestants ont été interpellés à la fin de la manifestation par les forces de police qui étaient présentes en grand nombre, selon le correspondant de l’AFP.

Le génocide nazi des Tsiganes en URSS occupée (1941-1944)

Il y a environ un an, on se souvient des déclarations racistes de membres du gouvernement à l’encontre des Roms, et depuis les expulsions et Obligations de Quitter le Territoire Français (OQTF) à l’encontre de Roms bien souvent citoyens européens, les expulsions de campements roms et la chasse et discriminations à l’encontre des Roms n’ont pas cessés en France. En Italie aussi, les Roms sont désignés comme bouc-émissaires, et ils sont discriminés et victimes de violences racistes sur tout le continent, en particulier en Roumanie, en Hongrie ou dans l’ex-Yougoslavie. Une des revendications des Roms est la reconnaissance du génocide dont ils ont été victimes dans toute l’Europe par le régime nazi. Dans un article publié en avril 2010 par « Le patriote résistant », Jean-Luc Bellanger  montre l’étendu du génocide Rom par les nazis dans l’URSS occupée de 1941 à 1944.

Estimation du nombre de victime du génocide des Roms dans l'Europe nazie

Le génocide nazi des Tsiganes en URSS occupée (1941-1944)

Les assassinats de masse perpétrés par les nazis dans les territoires occupés de l’Est européen visant les populations tsiganes ainsi que les malades mentaux sont encore peu connus. Des chercheurs allemands ont commencé à explorer les archives russes, ukrainiennes ou biélorusses qui ne manquent pas d’éléments pour attester de ces crimes. (…)

Voici un petit livre, 142 pages, dont le sous-titre est : Rapport d’expertise pour le Centre de documentation et de culture des Sinti et Roma allemands (1). Le président de ce « Conseil central des Sinti et Roma », Romani Rose, explique en introduction le pourquoi de cette étude : l’assassinat des Tsiganes qui se trouvaient durant les années de guerre  dans les territoires du « Reich grandallemand» (Grossdeutscher Reich) est relativement bien connu. Par contre ce qui s’est passé dans les territoires occupés de l’Est européen et dans les pays alliés des nazis reste en grande partie inconnu, et les recherches à ce sujet ont à peine débuté. En particulier les sources soviétiques attestant du génocide contre les Tsiganes ont été presque totalement négligées jusqu’à maintenant. Pourtant il n’a fallu que quelques mois à l’historien allemand Martin Holler, spécialiste de l’Est européen, pour rassembler, par des recherches intensives dans les archives russes et ukrainiennes, quantité de données encore ignorées. C’est le contenu de cet ouvrage.

Lire la suite

Bélarus : Vers l’interdiction des manifestations silencieuses

Reuters, 29 juillet 2011 :

La Biélorussie (Bélarus) va interdire explicitement les manifestations «silencieuses» qui se sont banalisées dans l’ex-République soviétique, selon un projet de loi publié vendredi.

Les manifestations, souvent organisées par le biais des réseaux sociaux sur internet, impliquent de part et d’autre du pays au moins dix millions de personnes chaque semaine. Les participants se regroupent dans des endroits convenus à l’avance, sans aucune banderole et se tiennent simplement en silence, ou bien applaudissent à l’unisson.

Lire la suite

Manifestation réprimée à Minsk

Dépêche AFP, 3 juillet 2011 :

La police du Bélarus a tiré des gaz lacrymogènes et frappé des opposants venus participer à une manifestation contre le régime dimanche dans le centre de Minsk et des dizaines de personnes ont été arrêtées le jour de la fête de l’Indépendance, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les opposants s’apprêtaient à participer à une manifestation non autorisée à l’appel du mouvement d’opposition Révolution à travers les réseaux sociaux qui avait invité les participants à une protestation silencieuse en tapant dans les mains.

Lire la suite

Loukachenko promet de « cogner » ceux qui appellent à la grève

AFP, 14 juin 2011 :

Le président du Bélarus Alexandre Loukachenko a prévenu mardi qu’il « cognerait » sur les opposants qui appellent à la grève et à manifester au moment où le pays fait face à une crise économique sans précédent.

« Les opposants appellent à la grève à Minsk, sur l’internet et dans les réseaux sociaux. Je vais regarder, observer et ensuite les cogner si bien qu’ils n’arriveront pas à fuir à l’étranger », a-t-il déclaré, selon la télévision bélarusse, lors d’une visite en province.

Lire la suite