Archives quotidiennes : 28/09/2012

Malaise à la poste du Carihem : les agents postiers en grève illimitée.

Hier matin, une quinzaine d’agents postiers ont tenu le piquet de grève sur le site de distribution du Carihem.

Hier matin, une quinzaine d'agents postiers ont tenu le piquet de grève sur le site de distribution du Carihem.

Hier matin, une quinzaine d’agents postiers ont tenu le piquet de grève sur le site de distribution du Carihem.

Pour les agents postiers de l’agence de distribution de colis du Carihem, trop, c’est trop : 13 accidents du travail recensés entre janvier et mars, le recrutement de sous-traitants en lieu et place des départs en retraite d’agents postiers, et pour couronner le tout, un management par le stress de la part de la nouvelle direction locale, arrivée il y a un an.

« L’application « Surf NG », par exemple, permet de suivre le tracé des colis en temps réel au moyen d’une balise de type GPS, décrypte Emmanuel Bonvarlet, délégué Sud. En réalité, si le chef d’agence observe un trou sur le chronogramme, on est sommés de nous justifier une fois rentré. » En clair : cette application « moderne » assimile les minutes passées auprès de l’usager (par exemple une personne âgée) à des pauses. « Alors que souvent, il s’agit d’attendre que l’usager en question fasse un chèque », explique Yann, en poste depuis plus de trois ans. « C’est la politique du chiffre en action, estime Nabil. On considère les usagers comme des clients, en ruinant la qualité de service. »

Lire la suite

Publicités

Marseille : l’incendiaire se trouve Place Beauvau

Communiqué de La Voix des Rroms, 28 septembre 2012 :

L’évacuation par « des riverains » d’une trentaine de Rroms à Marseille et la mise à feu de leurs affaires marquent le début des pogromes anti-tsiganes en France. La police de M. Valls, présente sur place, n’a procédé à aucune interpellation « en l’absence d’agression physique ». Mais le vrai incendiaire est leur ministre de tutelle lui-même, puisque depuis l’été dernier il martèle inlassablement le message de l’urgence du « démantèlement des campements illicites », qu’il juge « un défi au vivre ensemble ».

Depuis 20 ans, à chaque expulsion de Rroms, la police indique aux médias qu’elle s’est faite « sans heurts ». Car les Rroms ne cherchent pas de heurts. La police non plus, du moins pas ouvertement. Comme aucun des protagonistes ne cherchait de heurts, par l’affirmation d’un « défi au vivre ensemble », le gouvernement a réussi à créer le troisième protagoniste à Marseille. A force d’appâter des gens avec ce message pour leur faire faire la sale besogne sous l’œil d’une police inactive, si ce n’est bienveillante, le ministre a réalisé son rêve de voir sa supputation concrétisée.

La déshumanisation et la diabolisation des Rroms il y a deux jours, lorsque des parents d’enfants qui se livraient à des vols de téléphones portables ont été qualifiés d’esclavagistes et de trafiquants d’enfants participe pleinement à l’ouverture illimitée de la chasse aux Rroms. L’inaction de ce qu’on appelle « forces de l’ordre » fait de ces dernières des complices par omission de pogromes. Nous exigeons du gouvernement une condamnation ferme de ces actes et l’ouverture d’une enquête pour qu’ils ne restent pas impunis.

Lire la suite

Pogrom anti-roms à Marseille

France Inter, 28 septembre 2012 :

Hier, jeudi soir, quartier Sud de Marseille, des riverains ont mené une opération commando contre un campement de Roms. Une exaction préméditée, sans violence physique certes, mais d’une violence sociale sans précédent.

Révélée par le quotidien La Provence, cette action été préméditée. Les riverains avaient averti les autorités, « si rien n’était fait, ils le feraient eux mêmes »… Les policiers sont arrivés sur place sur les coups de 19h afin de séparer la trentaine de riverains et les familles roms, qui ont reflué avec caravanes et véhicules, laissant derrière elles quelques affaires qui ont été incendiées dans la soirée. Aucune interpellation n’a eu lieu en l’absence d’agression physique…

Article publié par ZEC plus ultra, 28 septembre :

Pogrom au programme : vers de nouvelles ratonnades

Au printemps, François Hollande déclarait dans une lettre aux associations :  » Je souhaite que lorsque un campement est démantelé, une solution alternative soit proposée.  » Depuis son arrivée au pouvoir il est secondé par Vals pour les travaux d’ Intérieur dans une logique socialiste d’expulsion des Roumains et des Bulgares ( sans parler des autres).

Lire la suite

Castorama supprime des emplois pour « sécuriser » ses bénéfices…

Alors que tous les acteurs s’accordent sur «la nécessité d’anticiper et de partager l’information au sein des entreprises, de réunir les conditions permettant une meilleure sécurisation de l’emploi », Castorama persiste à dissimuler une stratégie qui tend à préserver ses bénéfices au prix de la suppression de nombreux postes.
La CFDT a voté lors du CCE du 26 septembre un droit d’alerte ainsi qu’un délit d’entrave contre Castorama SAS pour dissimulation de documents.

Pour la CFDT, Castorama ne respecte ni ses salariés, ni les instances représentatives, ni la mobilisation engagée par l’ensemble des acteurs politiques, économiques et sociaux pour la sécurisation de l’emploi.

Lire la suite

La lutte continue à Brittany Ferries

Les marins de la Brittany Ferries semblaient décidés jeudi à rejeter un protocole d’accord avec la direction visant à réduire les coûts salariaux, au risque de voir la Sica, première coopérative légumière française et principal actionnaire de la compagnie, se retirer de celle-ci.

« Les navigants rejettent le protocole, personne n’en veut », a assuré à l’AFP Cyril Toulan, élu CFDT au comité d’entreprise de la compagnie.

Syndicats CFDT et CGT et direction sont parvenus à un accord mercredi soir à Roscoff (Finistère) sur les principaux points au centre d’un conflit social qui paralyse l’entreprise depuis vendredi. Mais avant sa signature éventuelle par les élus syndicaux, le texte a été soumis au personnel navigant (hors cadres).

« On va vers du dur », a estimé M. Toulan, indiquant que le secrétaire général de la Sica de Saint-Pol-de-Léon (Finistère) avait lancé un ultimatum aux organisations syndicales. « Si on ne signe pas le protocole d’accord, M. Jacob et la Sica vont se désengager de la Brittany Ferries », a-t-il expliqué.

Lire la suite

A Chémery, les gaziers en grève pour l’emploi.

Hier matin, Storengy, filiale de GDF-Suez était en grève. A Chémery, premier site de stockage de gaz français, on s’inquiète pour les emplois.

Un piquet de grève symbolique « mais nous sommes à 80 % de grévistes », assurent Philippe Chanteraud, délégué du personnel CGT et Gilles Quastana, délégué du personnel Sud du dépôt de gaz Storengy, situé à Chémery.

Le mouvement a été décidé pour tous les sites de la filiale de GDF-Suez du territoire à l’initiative de la Fédération des mines et de l’énergie de la CGT qui dénonce « le manque d’investissement pour développer le gaz en surface ».
A Chémery, la problématique est plus concrète et concerne entre autres le stockage de Soings-en-Sologne, dont l’activité est pour le moment mise en sommeil. « C’est la première fois en France qu’un stockage n’est pas rempli pour l’hiver, constate Gilles Quastana. On tire aujourd’hui la sonnette d’alarme. »
Les syndicats estiment notamment que le site n’est pas assez utilisé et que les taux de remplissage sont insuffisants. « La différence entre l’été et l’hiver c’est le stockage. On a été fortement sollicité cette année entre le 2 et le 12 février. On joue avec le feu. »

Lire la suite

Les trains belges en grève le 3 octobre.

Le mouvement affectera également les trains Thalys et Eurostar, de mardi en fin de soirée à jeudi matin.

Les syndicats belges ont annoncé jeudi qu’une grève paralysera l’ensemble du réseau ferroviaire, y compris les trains internationaux Thalys et Eurostar, mercredi 3 octobre, faute d’accord sur la restructuration de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB).

Concrètement, les trains s’arrêteront de circuler dès 22 heures mardi 2 octobre et ils ne reprendront leur service normal que jeudi matin. La grève sera donc «totale» toute la journée de mercredi, a déclaré à l’AFP un responsable du syndicat socialiste CGSP-cheminots, Serge Piteljon, après l’échec de négociations jeudi entre le gouvernement et les organisations syndicales.

Les TGV Thalys, assurant la liaison entre Paris, Amsterdam et Cologne (Allemagne) en passant par la Belgique et les Eurostar reliant Londres à Bruxelles sont concernés par la grève, a-t-il précisé. Depuis 2005, le rail belge est composé de trois structures principales : l’opérateur SNCB et le gestionnaire du réseau Infrabel, toutes deux chapeautées par une structure faîtière, SNCB-holding, auxquelles il faut ajouter de nombreuses filiales.

Lire la suite