Archives de Tag: réfugiés

Rassemblement contre les expulsions à Besançon

Ce jeudi 8 septembre, un nouveau rassemblement était organisé Place Pasteur à Besançon pour dénoncer les expulsions de familles réfugiées. Trois familles ont en effet été expulsées la semaine dernière par la Préfecture du Doubs, une autre fin juillet, et la Préfecture ne cache pas son intention d’expulser jusqu’à 80 familles dans les semaines qui viennent. Des chaises d’école ont été placées avec les noms des enfants scolarisés à Besançon et expulsés ou menacés d’expulsion. Cette nouvelle action était l’occasion d’appeler à la manifestation contre les expulsions le mercredi 21 septembre à 17 h 30 Place Pasteur (Besançon).

100_3703100_3704 Lire la suite

Publicités

Un chauffeur de car refuse de reconduire des réfugiés en Italie

L’Obs, 6 septembre 2016 :

Le conducteur d’une société d’autocars refuse d’appliquer l’ordre de réquisition du préfet des Alpes-Maritimes pour refouler des immigrés de l’autre côté de la frontière. La direction menace.

Il a fait preuve d’un rare courage. Un chauffeur d’une société de cars a refusé, lundi 5 août, de se plier à la réquisition de son véhicule ordonnée par le préfet des Alpes-Maritimes, qui lui intimait de reconduire en territoire italien des migrants. Une affaire révélée par le Groupe d’information et des soutien des immigrés (Gisti) et confirmée par nos informations.

Ce jour-là, quelque 200 migrants venus d’un centre d’accueil de Vintimille, en Italie, font irruption en France près de Menton. Par ordre de la préfecture, une équipe de la Police nationale tente de réquisitionner un bus dans le but de les renvoyer, en application de l’état d’urgence et du rétablissement des contrôles aux frontières italiennes au lendemain des attentats du 13-Novembre.

Lire la suite

Nouveaux rendez-vous à Besançon contre les expulsions

En trois jours, ce sont trois familles bisontines qui ont été expulsées (deux vers le Kosovo et une, géorgienne, vers la République Tchèque) par la Préfecture du Doubs. Fin juillet déjà, une famille a été expulsée vers le Kosovo. Selon les propos tenus par le secrétaire général de la Préfecture du Doubs, ce sont 80 familles qui risquent d’être expulsées dans les semaines qui viennent !

100_3702

Dans la semaine du 29 août au 3 septembre, trois rassemblements, regroupant à chaque fois plus de 100 personnes, ont été organisés pour dénoncer les expulsions. D’autres actions sont prévues :
– Rassemblement le jeudi 8 septembre, 17 h 30, Place Pasteur à Besançon
– Manifestation le mercredi 21 septembre, 17 h 30, Place Pasteur à Besançon

Rassemblement contre les expulsions à Besançon

Une centaine de personnes se sont encore mobilisées ce 2 septembre devant la Préfecture de Besançon contre les expulsions. En trois jours, ce sont trois familles qui ont été expulsées deux vers le Kosovo et une, géorgienne, vers la République Tchèque. Fin juillet déjà, une famille a été expulsée vers le Kosovo. Parmi les enfants expulsés, certains sont nés en France. Il est à noter, concernant la famille Feraj, que le père et les enfants ont été expulsés alors que la maman était hospitalisée. La Préfecture avait même assuré au collectif de soutien, quelques heures avant l’expulsion, que tant que la mère était à l’hôpital la famille ne serait pas expulsée. C’était un mensonge et la mère s’est retrouvée sortante de l’hôpital sans aucune affaire et sans la moindre information officielle concernant sa famille. Concernant la famille géorgienne, la fille, âgée de 12 ans, est atteinte d’une maladie génétique, soignée par l’hôpital de Besançon, et expulsée vers la République Tchèque. Si les lois concernant le séjour des étrangers en France sont déjà barbare et inhumaine, la Préfecture du Doubs (déjà championne de France dans la réclusion d’enfants étrangers) montre un zèle particulier dans l’application de ces lois. D’autres mobilisations et manifestations sont à prévoir dans les prochains jours et deux camarades se sont mis il y a trois jours en grève de la faim pour revendiquer le retour des expulsés.

100_3695 Lire la suite

Besançon : La rentrée des expulsions

Ma Commune, 31 août 2016 :

Après la famille kosovare Feraj, c’est au tour de la famille géorgienne Chkheidze d’être menacée d’expulsion. Ce mercredi 31 août 2016, la police est intervenue à Planoise dans un hôtel hébergeant cette famille afin de la déplacer en République Tchèque. Mais l’un des enfants de ce ménage est atteint d’une grave maladie génétique qui avait cessée de progresser depuis son arrivée en France.

Ce mercredi 31 août 2016, les forces de l’ordre se sont rendus au matin à l’hôtel Amarante à Planoise pour expulser la famille géorgienne Chkheidze du territoire français. Cet établissement, habilité par l’état, héberge huit familles, demandeuses d’asile. Seulement voilà, les recours du couple Chkheidze et de leur fille ont été épuisés selon la législation (accord de Dublin), c’est pourquoi la police est venue afin de procéder à une expulsion.

Lire la suite

Besançon : Manifestation devant la préfecture contre l’expulsion d’une famille kosovare

Est Républicain, 30 août 2016 :

« CES ÉLÈVES sont à l’école aujourd’hui, nous voulons les retrouver à la rentrée. » La pétition en ligne lancée le 21 juin à Besançon par RESF (réseau éducation sans frontières) et ses 190 signatures sera restée vaine pour Leonit, 6 ans, Lulzim, 9 ans, Lulzime, 13 ans, et Genita, 15 ans.

Avec leur père, ils ont été expulsés hier matin de Saint-Jacques, trois jours avant la rentrée scolaire, direction le centre de rétention d’Oissel, à côté de Rouen, en attendant un vol pour le Kosovo. Leur mère, prise d’un malaise, a dû être hospitalisée.

Lire la suite

Dijon : des militants associatifs soutiennent des demandeurs d’asile

France 3 Bourgogne, 21 août 2016 :

Des demandeurs d’asile se sont installés dans un ancien hôtel restaurant rue des ateliers à Dijon. Les membres du « collectif droit d’asile migrants » sont présents pour s’assurer qu’il n’y ait pas d’expulsion.

Un ancien hôtel situé 22 rue des ateliers à Dijon, vacant depuis plusieurs années, est occupé depuis quelques jours par une soixantaine de demandeurs d’asile.

Lire la suite