Archives quotidiennes : 24/09/2012

Explosion de l’usine AZF : un an de prison ferme pour le directeur du site.

La Cour d’appel de Toulouse a déclaré, lundi 24 septembre, l’exploitant de l’usine AZF Grande Paroisse (groupe Total), et son ex-directeur Serge Biechlin coupables d’homicides involontaires « par négligence ou imprudence » dans l’affaire de l’explosion de l’usine AZF, un arrêt aussitôt suivi par l’annonce d’un pourvoi en cassation qui devrait être déposé dans l’après-midi par la défense des condamnés.

L'audience d'appel pour homicides involontaires contre le directeur de l'usine Serge Biechlin et son propriétaire Grande Paroisse a duré quatre mois et demi pour s'achever le 15 mars.

L’audience d’appel pour homicides involontaires contre le directeur de l’usine Serge Biechlin et son propriétaire Grande Paroisse a duré quatre mois et demi pour s’achever le 15 mars.

La Cour a suivi l’accusation, attribuant la catastrophe qui a fait trente et un morts et deux mille cinq cents blessés le 21 septembre 2001 à un accident chimique dû au mélange de deux produits incompatibles.

Serge Biechlin a été condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis, et à 45 000 euros d’amende, et la compagnie Grande Paroisse à 225 000 euros d’amende, tandis que la compagnie pétrolière Total – propriétaire de Grande Paroisse – et son ancien PDG Thierry Desmarest ont été mis hors de cause. Les juges d’instruction avaient déjà écarté à plusieurs reprises les demandes de mises en examen les visant. M. Biechlin devrait effectuer la partie ferme de sa peine sous le régime de la semi-liberté.

Dès la fin de la lecture du délibéré, l’avocat de la défense, MeDaniel Soulez Larivière, a qualifié la décision de la cour d’appel de « plus passionnelle que rationnelle » et a ajouté que « c’est une affaire qui ne fait que commencer ».

Lire la suite

Publicités

Figeac. Hôpital : la grève continue.

Samedi le personnel hospitalier organisait un pique-nique dans les jardins de l’hôpital. Le but était de rassembler un maximum de monde pour mieux faire savoir pourquoi le personnel soignant est en grève. Ce sont environ 200 personnes qui ont écouté les intervenants.

Lors du pique-nique revendicatif, samedi dans le jardin de l'hôpital.

Lors du pique-nique revendicatif, samedi dans le jardin de l’hôpital.

Depuis le 11 septembre le bras-de-fer continue, sans que la situation avance : le dialogue entre le directoire et les responsables est bloqué. À ce jour la grève est reconduite, les piquets de grève continuent leur action dans la cour, nuit et jour. A noter que le personnel se met en grève sur ses heures de repos. Tous les services fonctionnent normalement, ainsi que les consultations externes. Le seul ralentissement se fait sentir dans le traitement administratif.

Et la colère monte, gagne du terrain, laissant présager un durcissement du conflit. Un intervenant expliquait bien pourquoi refuser le passage en 12 heures de travail : «le corps humain peut assumer 10 heures de travail par jour maximum. Au delà, la réactivité, l’efficacité ne peut être assumée, et peut nuire au travail demandé», insistait-il. Il reste peu de temps pour engager le dialogue. Dès demain, une réunion de travail de la direction est prévue pour la mise en place des 12 heures.

La Dépêche du Midi

Préavis de grève pour les agents du conseil général.

Les syndicats qui représentent les agents dont les services sont attachés au conseil général de l’Indre dénoncent, disent-ils, depuis plusieurs mois, des manques de moyens.

Avec, comme conséquences, expliquent les syndicats, « la non-intervention des travailleurs sociaux dans les délais pour les bénéficiaires de l’APA, des délais d’attente inacceptables pour le service social… »

Aujourd’hui, c’est « la fermeture de 12 des 21 centres d’exploitation des routes » qu’ils remettent en cause. Un préavis de grève a donc été déposé par la CGT, CFDT et la FSU pour jeudi 27 septembre de 0 h à 24 h.

Une manifestation partira de la place de la République, à Châteauroux, à 10 h avec un rassemblement à 12 h, place de la Victoire-et-des-Alliés où ils demanderont à être reçus par le président du conseil général, mais aussi par le préfet, représentant de l’État.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2012/09/24/Preavis-de-greve-pour-les-agents-du-conseil-general

Préavis de grève chez TIGF après l’annonce par Total de cessions à venir.

BAYONNE – Les syndicats de TIGF, la filiale de Total gérant son réseau gazier dans le sud-ouest de la France, ont déposé lundi un préavis de grève de quatre jours après l’annonce par Total de la cession à venir de 15 à 20 milliards d’actifs, craignant que TIGF ne soit dans le lot.


Nous avons conscience que les semaines à venir vont être décisives, indique l’intersyndicale de Total Infrastructures Gaz France (TIGF) dans un communiqué.

Oui, nous savons que le bras de fer que nous engageons avec notre actionnaire va être intense, notre détermination sera à la hauteur, assurent les signataires (CFDT-CFTC-CGT-FO-SICTANE Unsa).

Les syndicats annoncent une grève à partir du 28 septembre et jusqu’au 2 octobre, visant à réduire l’activité au minimum, concernant au premier chef les personnels travaillant en 3×8 sur les moyens de production, mais aussi, pour un temps plus limité, le personnel de jour, le vendredi et le lundi entre 8h00 et 10h00 du matin.

Le préavis intervient alors que Total, cherchant à donner des gages à ses investisseurs, a annoncé lundi la cession de 15 à 20 milliards de dollars d’actifs entre 2012 et 2014.
Lire la suite

Cory Moll (Apple Workers Union): « Je suis très fier du mouvement de grève français ».

Le syndicaliste à l’origine du mouvement social dans les Apple Stores aux Etats-Unis apporte son soutien aux grévistes français. Après la réussite de son combat pour augmenter les salaires outre-Atlantique, il explique vouloir poursuivre son action et la coordonner avec ses collègues à l’étranger.

Les salariés d’Apple France ont raison de faire grève. C’est ce qu’a tenu à nous dire vendredi Cory Moll, le salarié d’Apple qui, l’année dernière, a lancé le mouvement de contestation contre les conditions de travail des employés des boutiques de la firme américaine. Ce jeune syndicaliste de 31 ans s’est donné pour mission d’améliorer les conditions de travail dans les Apple Stores américains. Pour cela, il n’a pas hésité à se plaindre publiquement des bas salaires, des problèmes d’encadrement et des pratiques managériales injustes de son employeur. Depuis, son mouvement, rebaptisé l’Apple Workers Union (le syndicat des employés d’Apple) pour inclure tous les employés de la firme à la pomme, prend de l’ampleur aux Etats-Unis et en Europe, et a poussé Apple à changer ses pratiques.

Vendredi 21 septembre, pour la sortie mondiale de l’iPhone 5, il n’a pas hésité à manifester sa solidarité avec ses collègues grévistes français, devant son magasin à San Francisco.

Dans une interview exclusive pour L’Expansion.com, Cory Moll explique ses motivations et sa relation complexe avec son employeur.

Quel est votre sentiment sur le mouvement de grève des employés d’Apple Retail en France?

J’en suis très fier. Je trouve inadmissible qu’Apple en France n’ait pas de fontaine d’eau par exemple. Ici, on en a et on n’y pense même pas. En fait, il faudrait qu’elle soit dans le magasin pour que les clients en profitent aussi. Même chose pour les tickets restaurants. Je ne vois pas comment on peut offrir un bon service le ventre vide ! Ce sont vraiment des choses basiques qu’une grande entreprise comme Apple ne devrait pas avoir de mal à proposer à tous ses employés. Ici, aux Etats-Unis, on prend cela pour argent comptant et on oublie qu’ailleurs les conditions ne sont pas aussi confortables.

Lire la suite

Mouvement de grève dans 5 bureaux de poste de la Haute-Vienne.

Une grève d’une journée touche 5 bureaux de poste du Limousin ce lundi 24 septembre. Les salariés grévistes protestent contre la suppression de 3 postes de guichetiers sur les 11 que comptent les bureaux de Panazol, St-Just, Le Palais, St-Léo et Sauviat. 

Les salariés de la Poste ont protesté le 24 septembre 2012 devant la poste de Panazol contre la suppression de 3 postes de guichetiers

Les salariés de la Poste ont protesté le 24 septembre 2012 devant la poste de Panazol contre la suppression de 3 postes de guichetiers

D’après le personnel gréviste cette perte de postes pourrait entraîner une diminution des horaires d’ouverture. Le 24 septembre les bureaux étaient donc fermés au Palais, St-Léo et Sauviat. A Panazol, seul la distribution du courrier et l’accès aux automates étaient possible. A noter qu’aucune perturbation ne touche le bureau de St-Just.

Dans un communiqué la direction de la Poste dément cette suppression de postes. En revanche, le groupe va mettre en place « une organisation adaptée afin de mieux répondre aux besoins de ces clients » mais affirme que « l’ensemble des agents resteront affectés » sur les 5 bureaux de poste.
Une ré-organisation que le groupe explique par une baisse de 20% de l’activité dans ces 5 bureaux lors des deux dernières années.

http://limousin.france3.fr/2012/09/24/mouvement-de-greve-dans-des-bureaux-de-poste-du-limousin-91707.html

Prud’hommes. 30 000 € de dommages et intérêts pour le salarié licencié.

Salarié d’une association de lutte contre les addictologies, Jean-Noël Delzenne s’estimait mis au placard. Le conseil de prud’hommes d’Angers lui a donné raison et condamne l’association à 30 000 € de dommages et intérêts.

Jean-Noël Delzenne avec les parents qui le soutiennent aux prud’hommes d’Angers, le 4 jillet.

Jean-Noël Delzenne avec les parents qui le soutiennent aux prud’hommes d’Angers, le 4 jillet.

L’histoire :

Jean-Noël Delzenne travaillait pour l’association Alia qui regroupe plusieurs structures luttant contre la drogue, l’alcool. Lui était spécialisé dans l’aide aux jeunes toxicomanes et salué par les parents comme l’homme que l’on pouvait appeler à tout moment.

En 2010, la direction d’Alia décide de « recadrer » son poste. Jean-Noël Delzenne ne peut plus aller sur le terrain. Il ne peut plus mener d’entretiens. Il ne peut plus conduire d’actions à la prison d’Angers. « Je devais rester au bureau, c’était une horreur pour moi. »

Lire la suite