Archives de Catégorie: Venezuela

Quatrième série de photos du 1er Mai 2013

Quatrième série de photos du 1er Mai 2013 à travers le monde (voir ici la première, la deuxième et la troisième séries de photos).

Almeria (Espagne) :

Almeria

Amsterdam (Pays-Bas) :

Amsterdam

Lire la suite

Venezuela : La mort d’un chef d’Etat bourgeois

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière, 7 mars 2013 :

Il n’est pas dans les habitudes de l’Initiative Communiste-Ouvrière de commenter les décès des « grands de ce monde ». Mais avec la mort d’Hugo Chavez, de nombreux groupes, partis et organisations de la gauche radicale ou même de l’extrême-gauche multiplient les communiqués pour saluer « le révolutionnaires », et au mieux, lorsque des critiques sont formulées comme son soutien aux dictatures de Libye, de Syrie ou d’Iran, elles sont faites comme si le président vénézuélien avait été « un camarade avec qui on avait des divergences ».

Non, Hugo Chavez n’était pas de notre camp, celui des travailleurs. La base de son opposition aux Etats-Unis, qui plait tant à la gauche anti-impérialiste, était celle du nationalisme, c’est-à-dire une opposition verbale à des dirigeants de multinationales américaines pour mieux défendre les intérêts de la bourgeoisie nationale vénézuélienne. Au-delà des discours populistes et anti-impérialistes, l’Etat géré par Hugo Chavez a toujours su s’en prendre avec violences aux militants ouvriers et en particulier à ceux qui luttent pour des syndicats indépendants de l’appareil d’Etat et du patronat. Comme dans les autres pays du monde, l’appareil d’Etat au Venezuela, dirigé par Chavez, est toujours resté un instrument de la bourgeoisie tourné avant tout contre la classe ouvrière.

Lire la suite

Venezuela: Le procès de Ruben Gonzalez est à nouveau reporté

Le procès en pénal de Ruben Gonzalez est à nouveau reporté, au 10 avril. Arrêté en 2009 pour faits de grève, sa peine de 7 ans de prison avait été annulée suite à une mobilisation internationale. Ruben Gonzalez est la figure la plus emblématique de la criminalisation de la protestation sociale au Venezuela.

542690

(lire en espagnol la dépêche Provea: http://www.derechos.org.ve/2013/02/20/por-ausencia-de-la-fiscalia-diferido-juicio-a-sindicalista-ruben-gonzalez/)

Venezuela : Le mythe de la révolution bolivarienne

Interview avec Stéphane Julien après la réélection d’Hugo Chavez publié dans Communisme-ouvrier N°26, bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière (novembre 2012) :

Hugo Chavez, régulièrement vu en compagnie des dictateurs sanguinaires comme Ahmadinejad, capitalise aussi une certaine sympathie chez certains militants de « gauche », voir chez les hommes politiques se présentant de gauche comme par exemple Jean-Luc Melenchon. Le Venezuela est d’ailleurs vénéré et présenté comme un exemple à suivre de la part d’une partie de « gauche » française et européenne et la réélection de Chavez a été chaudement saluée. Mais qu’en est-il vraiment ?

Stéphane Julien : Ce n’est pas nouveau qu’une partie de la gauche internationale soit sourde et aveugle dans son soutien à tout démagogue qui se drape d’un discours anti-impérialiste, ou pour être plus précis anti-américain. C’est d’autant plus « naturel » que depuis l’isolement puis la dégénérescence de la révolution russe dans les années 1920 nombre de militants misent sur des fractions soi-disant « progressistes » des bourgeoisies nationales et confondent socialisme et capitalisme d’Etat. Fondamentalement, c’est toujours l’idée puissante, même si elle n’est que rarement exprimée avec franchise, que la classe ouvrière internationale est incapable de porter elle-même la révolution, qui explique ces tactiques de repli. La gauche française, notamment, est fortement marquée par le nationalisme de gauche hérité de sa période stalinienne social-patriote. La posture du gouvernement vénézuélien lui rappelle Cuba, et on essaie de ne pas être trop regardant sur les rapports concernant les droits humains dans le pays (Human Right Watch, Provea…), la criminalisation des luttes sociales, le soutien aux dictatures, les importants accords commerciaux avec l’Iran… Un militant libertaire vénézuélien a publié un livre démontrant la « révolution comme spectacle ». Mais au fond, je ne crois pas que les militants européens soient dupés par ce spectacle, je crois que ça les arrange bien d’y croire. Ceux qui défendent le régime vénézuélien ne sont tout simplement pas des défenseurs de l’autonomie ouvrière.

Lire la suite

Venezuela : Des « responsables du contrôle ouvrier » contre les ouvriers

Venezuela : Les responsables du soi-disant « contrôle ouvrier » dénoncent aujourd’hui le « terrorisme syndical impulsé par Ruben Gonzalez et son groupe » qui « sabote la production » à Ferrominera Orinoco: il faudrait que le plan de production soit réalisé pour la « Grande Mission » de « notre commandant président Hugo Chavez » (qui est comme par hasard en campagne pour sa réélection). Pas de bol pour ces bureaucrates : Gonzalez a gagné les récentes élections syndicales à Ferrominera Orinoco. Si le syndicat sabote la production, le « contrôle ouvrier » sabote la lutte de classe.

Rubén González soutenu par sa base

Article publié sur le site de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Des élections syndicales viennent d’avoir lieu à Ferrominera de l’Orénoque, entreprise au Venezuela dont le syndicaliste Rubén González est a nouveau convoqué au tribunal en août pour faits de grèves. Avec 92,6 % de participation, les résultats donnent une nette victoire à la liste Ruben Gonzalez, soutenu par le CCURA, qui obtient 52, 65 %, la liste chaviste obtenant 47,34 %. C’est une victoire pour l’autonomie ouvrière et le refus de la criminalisation des luttes au Venezuela.

On ne pleure pas tous pour les mêmes raisons

Article de Stéphane Julien publié sur le site de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Le candidat du Front de gauche aux dernières présidentielles, Jean-Luc Mélenchon, a prolongé sa participation à un Forum social au Venezuela, gros producteur pétrolier (plus du tiers des réserves de la planète), par un séjour de soutien politique au président Hugo Chávez en campagne pour sa réélection : « Ici, au Venezuela, je participe un peu à la campagne électorale qui a commencé en vue des élections présidentielles d’octobre prochain ». Et le pouvoir ne lésine pas sur les démonstrations de foules, avec t-shirts et casquettes rouges, pour épater ses invités français. J.-L. Mélenchon en est tout ému : « Ce fut comme un ailleurs de tout ce que j’ai connu. Jamais je n’ai vu telle ferveur politique se concentrer de telle façon dans les corps et les visages. A mi-chemin je m’aperçus que j’avais le visage en larmes. . »

Le jour même où étaient postées ces lignes sur le blog de J.-L. Mélenchon, le 16 juillet, Rubén González, secrétaire général du Syndicat des travailleurs de Ferrominera Orinoco, était reconvoqué au tribunal pour des faits de grèves pour lesquels on le croyait sorti d’affaire en mars 2011. Le lendemain, Human Rights Watch sortait un nouveau rapport accablant sur le Venezuela.

Lire la suite