Archives quotidiennes : 01/09/2012

Hong Kong : Manifestation contre les cours de patriotisme

AFP, 1 septembre 2012 :

Des milliers de manifestants se sont rassemblés samedi à Hong Kong dans le but de contraindre le gouvernement à abolir les cours de patriotisme chinois avant la rentrée.

Quelque 40 000 parents et élèves se sont réunis devant le siège du gouvernement sous la pluie, selon la radio-télévision publique RTHK qui a cité des organisateurs, alors que la police a avancé le chiffre de 8100 manifestants.

Lire la suite

Publicités

Funérailles de 24 mineurs assassinés par les forces de répression

L’Essentiel, 1 septembre 2012 :

Les obsèques de la plupart des 34 mineurs grévistes abattus par la police le 16 août à la mine de platine de Marikana ont été célébrées dans diverses régions d’Afrique du Sud et au Lesotho.

Les funérailles de 24 victimes de la fusillade ont été organisées samedi et deux autres devaient l’être dimanche, selon une liste fournie par le gouvernement. Au village de Mdumazulu, dans la région du Cap oriental (sud-est de l’Afrique du Sud), un service funèbre honorait samedi Phumzile Sokhanyile, 48 ans, et sa mère Glorious Mamkhuzeni-Sokhanyile, 79 ans qui n’a pas survécu en apprenant la mort de son fils.

Mme Mamkhuzeni-Sokhanyile, qui souffrait d’hypertension et était asthmatique, s’est effondrée une première fois quand elle a appris la mort de son fils, deux jours après la fusillade. Le lendemain, elle s’est effondrée à nouveau en voyant des images de la fusillade de Marikana à la télévision. Elle a été déclarée morte à son arrivée à l’hôpital.

Lire la suite

Travailleurs sans papiers :  » C’est pire qu’avant  »

La Nouvelle République, 1er septembre 2012 :

Une manifestation est organisée, aujourd’hui, à Tours, pour réclamer la régularisation des travailleurs sans papiers. Un collectif se bat à Tours.

Ils vivent en France depuis de nombreuses années et ont travaillé dans des domaines divers comme le bâtiment, la sécurité ou les services à la personne. Ils, ce sont les membres du collectif des travailleurs sans papiers de Tours. Le collectif est sorti de l’ombre en novembre 2011, alors qu’un drame venait de se produire. « Un d’entre nous s’est suicidé après avoir appris le non-renouvellement de son titre de séjour », explique un des leaders du collectif. Depuis, ces hommes et ces femmes, privés désormais du droit de travailler, réclament un réexamen de leur situation. La préfecture d’Indre-et-Loire a certes accordé quelques régularisations. Mais cinq autres membres du collectif viennent de recevoir, en ce mois d’août, une obligation de quitter le territoire.

Lire la suite