Archives de Tag: commerce

Auchan City de Tourcoing : Victoire du monde ouvrier

24 Matin, 17 août 2016 :

La caissière virée après un préjudice de 85 centimes a été réintégrée à son poste par la direction du magasin Auchan City de Tourcoing.

L’affaire avait provoqué la colère des syndicats, CGT en tête. Début juillet, une caissière du magasin Auchan City de Tourcoing, avait été renvoyée pour faute grave après une erreur de caisse de 85 centimes d’euros.

Selon les informations de Nord Eclair, l’employée a été réintégrée le mardi 16 août.

Lire la suite

Publicités

Samedi 13 août à 14 heures : Rassemblement à Auchan City Tourcoing

UL CGT Tourcoing :

SAMEDI 13 AOUT A 14 HEURES, RETROUVONS-NOUS TOUS ENSEMBLE, DANS UN ESPRIT CONSTRUCTIF, DEVANT LE CENTRE COMMERCIAL, POUR EXIGER LA REINTEGRATION D’UNE CAISSIERE APPRECIEE DE TOUS ET INJUSTEMENT MISE A LA PORTE POUR QUELQUES CENTIMES ! EN ATTENDANT, LA PETITION DE SOUTIEN A STEPHANIE A DEJA RECUEILLI PLUS DE 5 000 SIGNATURES !

TourcoingVous avez tous entendu parler de cette affaire scandaleuse : une caissière de Auchan City virée de son boulot pour avoir laissé passer… une boîte de sauce tomate et deux paquets de nouilles ! Dans sa lettre de licenciement, la
direction du magasin parle de « malversation » et de « fraude » ! Vous ne rêvez pas ! Non, il ne s’agit pas de Balkany, Sarkozy ou Cahuzac, mais d’une mère de famille sans histoires !

Lire la suite

Une hôtesse de caisse d’Auchan City à Tourcoing « licenciée pour 0,85 € »

La Voix du Nord, 1 août 2016 :

Accusée d’avoir délibérément supprimé du ticket de caisse d’une cliente certains de ses articles, une hôtesse de caisse d’Auchan City a été licenciée. Défendue par la CGT, la salariée veut conduire l’affaire devant les Prud’hommes.

L’affaire remonte au samedi 9 juillet. Ce jour-là, Stéphanie*, employée au magasin Auchan City depuis son ouverture en 2011, est en charge des caisses minute. « Une dame est passée en caisse et m’a demandé de soustraire deux paquets de pâtes sur les quatre de ses achats, ce que j’ai fait de mon pupitre », explique la salariée. « À mon insu, alors que je surveillais les opérations depuis mon écran et les six caisses du poste, elle a rajouté un article qui n’a pas été scanné. » Ce qui n’a pas échappé au service de sécurité du magasin qui a stoppé la cliente, lui demandant de s’expliquer et de régler la somme due : 0,85 €.
« J’ai terminé mon service normalement et je n’ai pas été sanctionnée », poursuit Stéphanie. Mais le lundi suivant, quand Stéphanie se présente à son poste « un agent de sécurité m’a directement conduite auprès du chef de service. Celui-ci m’a remis un courrier me stipulant une mise à pied conservatoire de onze jours. » Stéphanie est alors convoquée à un entretien préalable au licenciement le 22 juillet. Convocation à laquelle elle ne répond pas : « J’étais bouleversée et mon médecin m’a mise en arrêt maladie », justifie celle qui apprend, le 28 juillet par courrier, son licenciement pour faute grave.

Lire la suite

Canada : Grève au Maxi de Lac-Mégantic

Radio Canada, 22 juillet 2016 :

Les employés de l’épicerie Maxi de Lac-Mégantic ont déclenché une grève générale illimitée jeudi soir après une journée de négociations infructueuses avec l’employeur. Selon le conseiller syndical Bernard Cournoyer, le magasin est fermé : les cadres ont muré les fenêtres.

En 2015, les employés ont changé d’allégeance syndicale : ils sont passés de la FTQ à la CSD. Après analyse du dossier, le syndicat a constaté que les travailleurs gagnent en moyenne 5 % de moins que dans les autres épiceries Maxi de la région. « L’employeur nous dit que c’est normal qu’ils soient payés moins cher à Lac-Mégantic, puisque les maisons coûtent moins cher. Pourtant, sa canne de beans, sa banane, sa patate, il la vend le même prix qu’ailleurs. Le travailleur du Maxi de Lac-Mégantic fait le même travail qu’à Sherbrooke », déplore le conseiller syndical, Bernard Cournoyer.

Lire la suite

Galeries Lafayette de Lyon : «Presque chaque jour, on retrouve un salarié en larmes»

L’Humanité, 17 juillet 2016 :

Les employés des Galeries Lafayette de Lyon Part-Dieu ont débrayé vendredi à l’appel d’une intersyndicale CFDT-CGT-FO pour dénoncer le sous-effectif et la détérioration de leurs conditions de travail. Au bout du rouleau, ils exigent des renforts.

Les salariés sortent au compte-goutte rejoindre les syndicalistes rassemblés devant les Galeries Lafayette de la Part-Dieu, le grand centre commercial de Lyon. Beaucoup ne débrayent qu’une heure ou deux, pour ne pas perdre trop de salaire, mais tiennent quand même à faire savoir leur ras-le-bol. A l’appel d’une intersyndicale CFDT-CGT-FO, de nombreux vendeurs et caissiers se sont mis en grève vendredi pour réclamer de meilleures conditions de travail. Syndiqués et non-syndiqués se confondent, endossant les chasubles des différentes organisations syndicales qui les défendent. « On était plus de 200 employés équivalent temps plein il y a un an et demi, aujourd’hui nous ne sommes plus que 165 ! », résume Nathalie Frachon, déléguée CGT dans le grand magasin. Par le jeu des non-remplacements de départs en retraite, de fins de contrat ou des ruptures conventionnelles, mais aussi en ayant recours à de nombreux démonstrateurs fournis par les marques pour vendre leurs produits au sein de la boutique plutôt que d’embaucher des personnels Galeries Lafayette. « Il y a maintenant plus de démonstrateurs que de salariés Galeries Lafayette dans notre magasin », affirme la cégétiste.

Lire la suite

Grève dans les magasins Walmart en Chine

Ce week-end, 200 employés de trois magasins Walmart de Chine se sont mis en grève contre la mise en place d’une augmentation du temps de travail par la direction. Les grévistes réclament aussi la mise en place de nouvelles élections syndicales dans les magasins.

Grève au magasin Walmart de Chengu

Ainsi, le 1er juillet, 130 employés du magasin No. 5782 à Nanchang se sont mis en grève et ont manifesté dans les rues en scandant des slogans comme « Travailleurs de Walmart debout ! ». Une trentaine d’employés du magasin No. 2039, aussi à Nanchang, et du magasin No.0209 à Chengdu, ont respectivement débrayé les 2 et 4 juillet.

Lire la suite

Arlon : des piquets de grève chez Ikéa

L’Avenir, 24 juin 2016 :

Ce vendredi, des piquets de grève empêchent l’accès aux parkings chez Ikéa à Arlon.

Difficile d’effectuer des achats chez le géant suédois Ikéa ce vendredi à Sterpenich (Arlon), un piquet de grève empêche l’accès aux parkings. Quelques clients se risquent à pied après avoir abandonné leur voiture sur le parking de Decathlon.

Lire la suite