Archives de Tag: manifestations

Manifestations contre l’extrême-droite en Allemagne

Hanovre : Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce samedi après-midi face à un rassemblement des racistes de l’AFD. Moins d’une trentaine de sympathisants de l’AFD (extrême-droite) pour un meeting en plein air au centre-ville, en présence de la secrétaire national Frauke Petry. Protégés par d’importantes forces policières, les politiciens d’extrême-droite ont tenu leur meeting sous les huées, les slogans et les sifflets de la population.

antifahanovre

Göttingen : 1500 personnes (selon les organisateurs) ont manifesté ce samedi dans les rues de Göttingen contre le racisme et l’extrême-droite sous le mot d’ordre « Ganz Göttingen hasst die NPD ». Il s’agissait d’une contre-manifestation pour dénoncer une marche des néo-nazis du NPD. Les néo-nazis étaient une centaine. A noter que la gare a été bloquée un moment pour empêcher l’arrivée de néo-nazis d’autres régions d’Allemagne. La veille, une manifestation antifasciste avait déjà rassemblé plusieurs centaines de personnes. A noter que l’association d’aide aux réfugiés en mer Méditerranée Sea-Watch avait lancé une action « 20 euros pour aider les réfugiés pour chaque minute de présence des néo-nazis » et a ainsi collecté 1000 euros.

Lire la suite

Gabon : la France appelle au calme après 50 ans de soutien au régime Bongo

Communiqué de Survie, 1 septembre 2016 :

Le vote de l’élection présidentielle au Gabon a eu lieu ce Samedi 27 août. Alors qu’Ali Bongo semble avoir perdu l’élection, d’après les résultats produits par l’opposition à la sortie des urnes, celui-ci a décidé, comme en 2009, de s’imposer par la force. Depuis mercredi soir, différentes manifestations sont violemment réprimées par les forces militaires et policières. Si le nombre de mort est impossible à déterminer pour l’instant du fait des restrictions de déplacement couplés à la coupure d’internet, il est avéré qu’Ali Bongo ne se limite pas au gaz lacrymogène mais fait bien tirer sur sa population à balles réelles, ainsi qu’à l’arme lourde et via des hélicoptères.

Le gouvernement français appelle aujourd’hui à la fin des violences, ainsi qu’à la publication des résultats bureau par bureau, adoptant une posture de soutien à la démocratie. Survie rappelle que la France n’a pourtant fait que soutenir, depuis 50 ans et jusqu’à aujourd’hui, le régime du clan Bongo. En 2009 déjà, Ali Bongo n’aurait jamais pu réussir son passage en force sans l’intervention zélée de différents acteurs français [1]. La France a continué à soutenir le régime, lui octroyant de nombreuses marques de reconnaissance diplomatique (réceptions à l’Elysée, déplacements de ministres français). Ce soutien s’exerce notamment via la coopération militaire et sécuritaire auprès de l’armée et la police gabonaise, celles-là même qui tuent actuellement les civils gabonais. En 2014, le gouvernement français se vantait d’avoir formé prêt de 4000 militaires gabonais, qui utilisent notamment du matériel français.

Lire la suite

Éthiopie : L’accaparement des terres au cœur de la crise

L’Humanité, 10 août 2016 :

La répression des manifestations pacifiques de ces derniers jours a fait près de cent morts. En cause : les conflits fonciers et les griefs politiques à l’égard des Tigréens qui s’emparent du pouvoir.

La politique d’instrumentalisation des appartenances ­ethniques par le Front démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens, qui monopolise le pouvoir depuis 1991, est-elle en train de lui revenir en boomerang ? Ces derniers jours, le régime a réprimé dans le sang les manifestations qui secouent les régions d’Oromia et d’Amhara, faisant près de 100 morts et des centaines de blessés, selon un bilan établi par Amnesty international. La capitale, Addis-Abeba, n’est pas épargnée : samedi, les protestataires réunis à Meskel Square ont été brutalement dispersés et la police a procédé à des dizaines d’arrestations. Pour tenter d’éviter toute contagion, les autorités bloquent, depuis vendredi, l’accès aux réseaux sociaux. Sans succès, puisque le mouvement de contestation connaît une ampleur inédite. « C’est un mouvement de masse de désobéissance civile qui n’est pas organisé par les partis politiques, les gens en ont assez de ce régime et expriment leur colère partout », a expliqué à l’AFP Merera Gudina, figure de l’opposition et président du Congrès du peuple oromo.

Lire la suite

Manifestation et répression à Addis-Abeba

Le pouvoir a violemment réprimé, allant jusqu’à tirer à balles réelles, les manifestations organisées à Addis-Abeda et dans d’autres villes d’Ethiopie ce 6 août contre la répartition inégales des richesses et la misère qui touche les régions Oromia et Amhara. Selon Amnesty International, au moins 97 manifestants ont été tués par les forces de répression à travers le pays (voir l’article).

Lire la suite

Répression sanglante des manifestations en Ethiopie

AFP, 8 août 2016 :

Le gouvernement éthiopien a réprimé dans le sang les manifestations antigouvernementales du week-end, les forces de sécurité tuant par balles plusieurs dizaines de personnes dans les régions Oromo (centre et ouest) et Amhara (nord).

L’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty International a fait état lundi de près de 100 morts et plusieurs centaines de blessés, accusant les forces de sécurité d’avoir tiré à balles réelles sur des « manifestants pacifiques ».

« Selon nos informations, entre 48 et 50 manifestants ont été tués dans la région Oromo », a pour sa part déclaré à l’AFP Merera Gudina, figure de l’opposition éthiopienne et président du Congrès du Peuple Oromo. « Ce bilan pourrait être beaucoup plus élevé car il y a de nombreux blessés » par balle, a-t-il ajouté.

Lire la suite

Zimbabwe : nouvelles manifestations contre la politique économique de Mugabe

RFI, 8 août 2016 :

Depuis quelques mois les manifestations anti-Mugabe se multiplient contre le président du Zimbabwe. Fait inédit : une grève générale a paralysé les écoles et les transports le 6 juillet. Les manifestations sont violemment réprimées par les services du chef d’Etat, au pouvoir depuis 36 ans.

Ces manifestations sont le résultat d’une situation économique alarmante au Zimbabwe. Mercredi 3 août, les manifestants étaient mobilisés contre le projet d’instauration de « billets d’obligation » à parité avec le dollar pour remplacer le dollar zimbabwéen qui n’est plus utilisé depuis 2009. Les protestataires ont été dispersés à coup de matraques et de gaz lacrymogène. Certains opposants ont même été arrêtés par la police.

Lire la suite

Mobilisation en Bavière pour l’emploi chez Siemens

Ce 20 juillet, alors que la direction fait planer des menaces de fermetures d’usines Siemens en Bavière, que 733 suppressions d’emplois ont été annoncé sur le site de Nuremberg et 700 en Basse-Bavière par exemple, plus 4600 travailleuses et travailleurs ont participé à différentes actions à travers le Land à l’appel de l’IG Metall et des Comités d’Entreprise de plusieurs usines.

Pont de la solidarité à Nuremberg

A Ruhstorf (Basse-Bavière), 1.100 salariés ont manifesté. A Nuremberg (Moyenne-Franconie), plus de 2000 ouvrières et ouvriers des sites Simens de Nuremberg, Fürth et Erlangen se sont retrouvés sur le pont Simens rebaptisé « Pont de la Solidarité ». A Bad Neustadt (Basse-Franconie), ce sont plus de 1500 personnes qui ont participé à un rassemblement pour le maintien des emplois et de la production en Bavière.

Lire la suite