Archives mensuelles : août 2012

Afrique du Sud : les mineurs de Marikana inculpés du meurtre de leurs camarades !

Le Monde, 30/08/2012 :

Rassemblement à la mine Marikana, le 23 août, après les funérailles des victimes.

Rassemblement à la mine Marikana, le 23 août, après les funérailles des victimes.

Les 270 mineurs arrêtés le 16 août lors de la fusillade policière à Marikana, en Afrique du Sud, ont été inculpés, jeudi 30 août, du meurtre de 34 de leurs camarades, en vertu d’une clause technique de la loi, a indiqué jeudi le parquet. Plusieurs juristes sont surpris de l’utilisation d’une loi datant du régime de l’apartheid. Le ministre de la justice a, quant à lui, demandé des explications. 

« La cour a inculpé aujourd’hui tous les mineurs de meurtre, conformément à la loi », a indiqué le porte-parole du parquet,Frank Lesenyego. Cette clause légale prévoit que soient inculpées de meurtre toutes les personnes arrêtées sur le site d’une fusillade impliquant la police, que les victimes soient des policiers ou non. Cette inculpation concerne les 259 mineurs arrêtés le 16 août et les blessés qui ont été arrêtés à leur sortie de l’hôpital. Le juge Esau Bodigelo qui les a entendus jeudi a fixé la prochaine audience au jeudi 6 septembre, et a ordonné leur maintien en détention.

Etonné par cette inculpation, le ministre de la justice, Jeff Radebe, a demandé des explications vendredi. « Il ne fait aucun doute que la décision du parquet a induit un sentiment de choc, de panique et de confusion dans la société sud-africaine », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Lire la suite

« Les industriels mettent délibérément en danger les ouvriers »

TerraEcoNet, 31 août 2012 :

Interview – Un chercheur qui refuse la Légion d’honneur, c’est rare. C’est le cas d’Annie Thébaud-Mony, spécialiste des cancers professionnels. Elle alerte depuis trente ans sur l’épidémie de cancers parmi les ouvriers. En vain.

Annie Thébaud-Mony, 68 ans, est directrice de recherche honoraire à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale. Fin juillet, elle a refusé la Légion d’honneur que Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, souhaitait lui accorder. Dans une lettre adressée à la ministre, la chercheuse en santé publique qui s’est spécialisée dans les maladies professionnelles explique que son refus a pour but de dénoncer « l’indifférence » qui touche, selon elle, la santé au travail et l’ « impunité » des « crimes industriels ». Elle nous en dit plus.

Terra eco : On vous a proposé la Légion d’honneur pour couronner votre carrière. Vous l’avez refusée. Pourquoi ?

Annie Thébaud-Mony : Il y aurait selon moi une certaine indécence à être décorée alors que cela fait trente ans que je travaille sur la mort ouvrière, que je tire le signal d’alarme sur la situation dans laquelle travaillent les ouvriers, les risques qu’ils encourent pour leur santé, les risques industriels auxquels ils sont exposés, sans constater de réelle amélioration des conditions de travail. Les préconisations que j’ai pu faire n’ont pas été suivies d’effet par les pouvoirs publics.

Lire la suite

Nouvelle mobilisation contre les licenciements chez Camponovo

Malgré la pluie, plus d’une centaine d’habitant(e)s de Besançon ont encore manifesté ce vendredi 31 août contre la fermeture de la librairie Camponovo et le licenciement des 39 salariées qui y travaillent. C’est les larmes aux yeux que les représentantes des salariées ont annoncé la fermeture de la librairie du 1 septembre au 13 octobre et la mise au chômage technique des travailleuses.

Selon la direction, cette période de chômage technique aurait pour but de prolonger les négociations en vue d’un éventuel repreneur. Pourtant, ce matin même, le PDG a fait capoter une vente en oubliant de venir avec les documents. Tout donne l’impression que le patron cherche avant tout à liquider le magasin et à licencier ces salariées qui, dans le secteur du commerce, ont osé s’organiser et défendre leurs droits.

Lire la suite

Rassemblement en solidarité avec les salariés de la Mission Locale de Besançon

Appel des salarié(e)s et de la CGT de la Mission Locale de Besançon :

La Mission Locale du bassin d’emploi du Grand Besançon a été placée en redressement judiciaire le 11/07/12 car elle était en cessation de paiement fin juin.

Fin 2011, l’association accusait un déficit de 281 000 euros et n’avait plus de fonds propres pour remédier à cette situation devenue soudainement catastrophique.

Erreurs de gestion et/ou manque de financements ?

Quoiqu’il en soit, la structure de 45 salariés se dirige vers la liquidation judiciaire ou vers un plan massif de licenciements.

Les salariés qui ne sont en rien responsables de ce désastre financier ne se résignent pas et appellent à la mobilisation générale pour défendre leur mission de service public (faliciter l’insertion sociale et professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans) et leurs emplois.

Lire la suite

Il y a 16 ans, l’évacuation de l’église St Bernard : Manifestation unitaire le 1er septembre

Communiqué CGT :

Il y a 16 ans, le 23 août 1996, les 300 sans papiers, hommes, femmes et enfants réfugiés dans l’église Saint Bernard à Paris étaient évacués dans la violence…

A l’époque, 30 000 manifestants indignés ont obtenu une vague de régularisations. Mais l’exploitation des travailleurs sans papiers a perduré, avec la complaisance des gouvernements successifs, tandis que la politique de « quotas d’expulsions » mise en place par N. Sarkozy désignaient dans le même temps les travailleurs migrants (avec ou sans papiers) et plus largement les étrangers comme responsables du chômage, de l’insécurité, de la fraude, des trafics, dans la plus pure ligne de l’extrême droite.

Lire la suite

Salariés de Ginko en grève, travailleurs de Besançon solidaires

Le lundi 3 septembre, les salariés de Ginko de l’agglomération de Besançon seront en grève pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail. Les travailleurs de Ginko veulent aussi dénoncer par cette journée de grève le nouveau plan de circulation imposé par la direction qui entrera en service à la rentrée induit 149 départs de bus en moins chaque jour sur les lignes urbaines à Besançon.

L’Union Locale CGT de Besançon appelle à la solidarité avec les travailleurs de Ginko en grève : rassemblement le lundi 3 septembre à 10 heures devant la City vers le Pont Canot (Besançon).

Violences policières au Chili

AFP, 31 août 2012 :

En même temps qu’augmentait la fréquence des manifestations étudiantes sur la réforme de l’éducation, les dénonciations d’abus policiers, y compris de coups et agressions sexuelles sur mineurs, se sont multipliées au Chili.

À peine un an après une précédente tourmente consécutive à la mort d’un adolescent abattu par un policier qui avait tenté ensuite de dissimuler les faits, la police, institution éminemment respectée des Chiliens, est notamment accusée d’avoir battu, humilié et dévêtu des lycéens dans une caserne. Les forces de l’ordre affrontent aussi des accusations d’usage disproportionné de gaz lacrymogènes et de canons à eau, fréquemment utilisés pour disperser les manifestations, parfois violentes, qui se multiplient depuis 2011 dans le cadre d’un vaste mouvement de protestation pour obtenir une réforme du système éducatif.

« Ils m’ont fait entrer et retirer mes vêtements. (Puis) ils m’ont fait agenouiller nu », a raconté à des médias locaux Ignacio Muñoz, président du centre des élèves du lycée Maria Luisa Bombal de Rancagua (sud), qui a été retenu menotté pendant cinq heures aux côtés de neuf autres personnes, dont deux mineurs, après l’évacuation de l’établissement qu’ils occupaient. À la suite de cette opération, quatre policiers seront sanctionnés pour n’avoir pas respecté la procédure dans ce type d’intervention, ont annoncé les autorités. Les étudiants interpellés ont quant à eux saisi les tribunaux.

Lire la suite

Croatie : la longue agonie des salariés des raffineries de pétrole

Le Courrier des Balkans, 31 août 2012 :

Manifestations, grèves de la faim des travailleurs… Le groupe Dioki, avec ses raffineries de Zagreb et d’Omišalj, sur l’île de Krk, flirte depuis un an avec la faillite : alors que les salaires des employés ne sont pas payés depuis septembre 2011, les repreneurs potentiels se succèdent. Dernier en date : le groupe turc Çalışkan, qui s’est engagé à verser les salaires impayés…

La raffinerie d’Omišalj

Tout l’été, le bureau du Premier ministre Zoran Milanović a répété que le gouvernement était déterminé à résoudre le dossier de la raffinerie Dina-Petrokemija, située sur l’île de Krk, et de l’ensemble du groupe pétrochimique Dioki, deux entreprises en énorme difficulté économique, en assurant que « le gouvernement était très actif pour défendre les emplois ».

La vérité est pourtant sensiblement différente. Jusqu’à présent, les travailleurs des deux entreprises n’ont reçu que des promesses jamais tenues. Depuis le mois de décembre et la victoire de la gauche, les ministres Mirando Mrsić, Radimir Čačić et Slavko Linić ont continué à répéter que « les salaires seront payés la semaine prochaine », et que « la production reprendra demain ». Pourtant, au début de l’été, les retards de salaires s’élevaient à six mois pour la seule année écoulée.

Lire la suite

Lufthansa : Premier débrayage à l’aéroport de Francfort

20 Minutes, 31 août 2012 :

Une grande partie des vols Lufthansa à Francfort, le plus grand aéroport d’Allemagne, ont dû être annulés vendredi matin, en raison d’une grève du personnel navigant commercial de la première compagnie aérienne allemande, a indiqué l’un de ses porte-paroles.

Travailleuses de Lufthansa en grève, aéroport de Francfort le 31 août

«Nous avons été obligés de supprimer à cause de la grève une grande partie des 360 vols prévus entre 05h00 (03h00 GMT) et 13h00 (11h00 GMT)», a déclaré un porte-parole de Lufthansa, dont «la plupart sont des court et moyen-courriers, sur l’Allemagne et l’Europe». «Seuls quelques long-courriers sont touchés», a-t-il précisé.

Dans un entretien à la télévision allemande ARD, le chef du syndicat du personnel navigant commercial Ufo, Nicoley Baublies, a prévenu que «le chaos devrait se prolonger dans l’après-midi», en raison des conséquences de la grève de ce matin.

Lire la suite

Afrique du Sud : Quand la police assassine, ce sont des grévistes que l’on inculpe pour meurtre

La dépêche AFP du 30 août confirme l’ampleur du massacre commis par les forces de répression à l’encontre des travailleurs de la mine de Marikana le 16 août. Ainsi, le photojournaliste Greg Marinovich, qui a passé quinze jours à Marikana, a parallèlement affirmé jeudi sur le site d’information Daily Maverick que la plupart des grévistes tués par les forces de l’ordre l’ont été de sang-froid.


Après la fusillade en direct à la télévision, qui aurait fait une dizaine de victimes, « des policiers très armés ont pourchassé et tué les mineurs de sang-froid », écrit le photographe sud-africain.

« Une minorité a été tuée lors de l’événement filmé où la police dit qu’elle a agi en état d’autodéfense. Le reste a été un meurtre à grande échelle », certains mineurs ayant été abattus à bout portant, affirme-t-il.

Lire la suite