Archives de Catégorie: Malte

En Europe, une femme sur trois victime de violences

Les chiffres font froid dans le dos ! Une femme sur trois vivant dans l’Union européenne (UE) a été victime de violences physiques ou sexuelles au moins une fois dans sa vie depuis l’âge de 15 ans, selon une étude publiée mercredi par l’Agence européenne (*) des droits fondamentaux (FRA), la plus vaste jamais réalisée.

3645055_000-par2283337_640x280

Cela correspond à 62 millions de femmes dans l’Union européenne, alors que l’Agence estime qu’une femme sur 20 a été violée à l’âge de 15 ans ou plus. L’étude se fonde sur les témoignages dans les 28 pays de l’UE de 42 000 femmes, âgées de 18 à 74 ans, recueillis lors d’entretiens individuels réalisés en tête à tête entre mars et septembre 2012. «On a besoin d’agir. Trop de femmes souffrent en Europe!», a lancé le directeur de la FRA, le Danois Morten Kjaerum lors de la présentation du rapport. Les chiffres révélés par l’enquête ne peuvent et ne doivent tout simplement pas être ignorés», a-t-il insisté.

Publicités

Les murs de la honte de l’Union Européenne

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Selon les ONG, 20.000 réfugiés et migrants sont morts ces vingt dernières années en tentant de traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Union Européenne. Généralement, on ne trouve pas la moindre ligne sur ces morts dans les journaux, et voilà, qu’après les drames récents survenus aux larges de Lampedusa et de Malte, politiciens de droite et de gauche s’émeuvent et versent des larmes de crocodile sur ce qu’ils appellent un « drame de l’immigration ». Comme le notait déjà Rosa Luxembourg, « Le prolétaire ne peut attirer sur lui l’attention de la société qu’en tant que masse qui porte à bout de bras le poids de sa misère. Même le dernier d’entre eux, le vagabond, devient une force publique quand il forme masse, et ne formerait-il qu’un monceau de cadavres. ».

Mais les larmes de crocodile ne sont pas encore séchées que les discours aux relents humanistes redeviennent la froide et inhumaine politique raciste de l’Union Européenne et de sa guerre contre les migrants et les réfugiés. Grand prince, l’Etat italien va accorder la nationalité italienne aux victimes du naufrage de Lampedusa, et même leur offrir ce qu’il refuse aux migrants vivants, un petit coin de terre pour les enterrer. Il est vrai que cette généreuse symbolique vis à vis de cadavres revient moins cher que de rapatrier les corps auprès de leurs familles restées sur la corne de l’Afrique. Pour les survivants, par contre, c’est la matraque des politiques xénophobes : une amende pour immigration illégale suivie de l’expulsion.

Lire la suite

Les frontières meurtrières de l’Union Européenne

Avec les récents drames de Lampedusa et de Malte, les politiciens de l’Union Européenne ont versé des larmes de crocodiles, allant jusqu’à offrir la nationalité italienne aux morts de Lampedusa pour mieux expulser les survivants. Mais au-delà de ces deux tragédies, où le nombre de victimes a fait la une de l’actualité, ce sont 20.000 migrants et réfugiés qui ont péri en tentant de traverser la Méditerranée ces 20 dernières années.

frontières_Europe

Et ces 20.000 morts ne concernent que les noyades lors de la traversée de la Méditerranée… la carte ci-dessus (en anglais) montre l’ensemble des victimes recensées aux frontières de l’Union Européenne de janvier 1993 à mars 2012. En bleu les noyades, en jaune les suicides, en violet les morts par asphyxie, en vert les morts de faim ou de froid, en orange les morts par homicide ou manque de soins médicaux, et en gris les morts par accidents, champs de mines et autres.

Lire la suite

Naufrage au large de Malte: le bilan de 33 morts pourrait évoluer

AFP, 13 octobre 2013 :

La Méditerranée s’est à nouveau transformée en cimetière après un naufrage au sud de Malte qui a coûté la vie vendredi à des dizaines de migrants, 33 selon un bilan provisoire, en majorité syriens, huit jours après la mort près de Lampedusa de 359 personnes fuyant la Corne de l’Afrique.

Un navire de la marine militaire italienne transportant 56 survivants du naufrage est attendu ce dimanche à Porto Empedocle.

Dans le bateau, qui a chaviré vendredi après-midi, se trouvaient des centaines de réfugiés dont la destination finale était la petite île italienne de Lampedusa.

Lire la suite