Archives quotidiennes : 17/09/2012

ArcelorMittal : Les ouvriers bloquent les voies

L’Essentiel, 17 septembre 2012 :

Une cinquantaine de salariés de l’usine ArcelorMittal à Florange (Moselle) ont bloqué lundi la gare d’approvisionnement en acier du site, provoquant également des perturbations sur le réseau SNCF, a-t-on appris de source syndicale. «Une intersyndicale CFDT-CGT-FO s’est réunie et a décidé de cette action, depuis ce matin 9h00, pour une durée indéterminée», a expliqué un responsable de la CFDT, Jacques Minet.

Les ouvriers ont pris position sur les voies de la gare d’Ébange où circulent d’ordinaire quotidiennement une vingtaine de convois acheminant des brames pour le train de laminage à froid de l’usine. La circulation de quatre trains régionaux et un train grande ligne, ainsi que plusieurs convois de fret, a été bloquée durant la matinée, a indiqué un porte-parole de la SNCF. «Pour l’instant, il n’y a pas de forces de l’ordre sur le site», a par ailleurs précisé M. Minet, rappelant qu’il y aurait «de nouvelles actions chaque jour».

Lire la suite

Doux : Sixième jour d’occupation de l’abattoir de Graincourt par des salariés

La Voix du Nord, 17 septembre 2012 :

Une centaine de salariés occupaient toujours ce lundi, pour la sixième journée consécutive, l’abattoir Doux de Graincourt, condamné à la fermeture faute de repreneur, a-t-on appris auprès d’un représentant de la CGT.

« Le site est toujours occupé. Tant qu’on n’a pas satisfaction sur certaines de nos revendications, on occupe le site », a déclaré à l’AFP Fabrice Anot, délégué CGT de l’abattoir de Graincourt, le seul des six sites industriels (abattoirs et transformation) du groupe Doux condamné à la fermeture.

Plus de la moitié des 254 salariés occupent le site depuis mercredi matin, pour réclamer notamment à l’Etat le rachat de l’usine pour un euro symbolique, la recherche d’un repreneur, ainsi qu’une remise en état des bâtiments.

Lire la suite

Moutier (Jura Suisse) : Manifestation contre les licenciements à l’usine Tornos

ATS, 17 septembre 2012 :

Une manifestation de soutien pour les employés menacés de l’entreprise Tornos a rassemblé plusieurs centaines de personnes à Moutier. Les manifestants ont appelé les autorités fédérales à s’impliquer pour préserver l’avenir industriel de la Suisse.

Plus de 500 personnes ont témoigné lundi soir à Moutier (BE) leur solidarité envers les employés de Tornos. Le fabriquant de machines-outils a annoncé il y a une dizaine de jours la suppression de 225 emplois.

Plusieurs orateurs ont stigmatisé l’attitude du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, accusé de passivité. « Nous ne pouvons tolérer le discours inepte de Johann Schneider-Ammann », a déclaré le secrétaire régional de Unia Transjurane Pierluigi Fedele. Le nom du chef du Département fédéral de l’économie a aussi été sifflé.

Lire la suite

Guinée-Bissau : des enseignants entament une grève de 60 jours

Le Nouvel Observateur, 17 septembre 2012 :

Des enseignants des secteurs primaire et secondaire publics de Guinée-Bissau réclamant des arriérés de salaires, ont déclenché une grève de 60 jours lundi, perturbant la rentrée scolaire dans des écoles à Bissau, a constaté un journaliste de l’AFP.

Aucune indication n’était disponible sur la participation des enseignants à ce mouvement de contestation, qui a conduit à l’annulation de cours dans certains établissements à Bissau comme dans le quartier Cupilum de Baixo (proche du centre-ville), selon le journaliste de l’AFP.

Les cours n’ont pu démarrer dans d’autres établissement en raison d’inondations mais ils ont été lancés officiellement dans la périphérie sud de la capitale, lors d’une cérémonie en présence d’associations d’élèves et de parents d’élèves.

Lire la suite

La Ville de Paris condamnée pour « abus de contrats aidés »

AFP, 17 septembre 2012 :

La Ville de Paris a été condamnée à onze reprises à embaucher en contrat indéterminé (CDI) des personnels employés abusivement en contrat aidé, ou à leur verser des indemnités de licenciement, a annoncé lundi la CGT.

« Ces condamnations résultent d’un recours toujours trop massif à des emplois précaires », a dénoncé la CGT dans un communiqué.

La première condamnation est tombée le 28 mars, les dernières vendredi, a précisé Alain Derrien, responsable juridique CGT des cadres et techniciens des services publics parisiens, qui a assisté certains plaignants devant les prud’hommes.

La mairie a fait appel des jugements, mais ceux-ci sont exécutoires, ce qui signifie qu’elle a d’ores et déjà dû s’y plier.

Lire la suite

La grève des enseignants continue à Chicago

AFP, 17 septembre 2012 :

Les enseignants des écoles publiques de Chicago (USA), qui constituent la troisième plus grande communauté éducative des Etats-Unis, vont débuter leur deuxième semaine de grève. Le maire de la ville, fief de Barack Obama, a fait part de son intention des les obliger à reprendre le travail.

Le mouvement de grève a débuté le lundi 10 septembre. Il concernait alors 25 000 enseignants des écoles publiques, de la maternelle au lycée.

Dimanche, la majorité des 800 représentants des syndicats des écoles publiques a voté pour sa reconduction. Ils espèrent ainsi que leurs représentants aient le temps d’examiner un protocole d’accord conclu ce week-end avec la municipalité.

Lire la suite

42 mineurs arrêtés en Afrique du Sud

AFP, 17 septembre 2012 :

La police sud-africaine a arrêté lundi 42 personnes pour rassemblement illégal près de la mine de platine de Rasimone, près de Sun City (nord), a-t-elle indiqué dans un communiqué.

« Quelque 1.500 personnes se sont réunies pour s’embarquer dans une grève illégale pour des augmentations de salaire au village de Robega près du puits nord de Rasimone, et la police a été appelée pour surveiller la situation », a-t-elle raconté, ajoutant que « la situation est calme et la police la surveille ».

« Il y avait des gens rassemblés dans le village près de Rasimone. Ils voulaient empêcher les autres de venir travailler », a indiqué à l’AFP Kea Kalebe, porte-parole de Royal Bafokeng Platinum, la société qui exploite la mine.

Lire la suite

Les salariés de PSA Aulnay s’adressent à vous

Tract des salariés de PSA Aulnay lors des opérations « péages libre », 14/09/2012

LES SALARIÉS DE PSA PEUGEOT CITROEN AULNAY S’ADRESSENT À VOUS

Comme vous le savez, PSA a l’intention de supprimer 8000 emplois en France et de fermer l’usine d’Aulnay sous-bois, en Seine Saint Denis.

8000 emplois, c’est 10 % des effectifs de PSA !

Quant à l’usine d’Aulnay, avec 3600 salariés, c’est la plus grosse usine de production de Seine Saint-Denis. En comptant les sous-traitants, la fermeture de cette usine entrainerait la disparition de près de 10 000 emplois.

En juillet dernier, au moment où PSA annonçait son plan, le gouvernement avait demandé une expertise sur la santé financière du groupe. Sans surprise le rapport gouvernemental va dans le sens des dirigeants de PSA et avalise, moyennant quelques aménagements, leur plan dont la fermeture d’Aulnay.

Lire la suite

PSA Aulnay : appel à la grève et à manifester jeudi devant l’Elysée

Corse Matin, 17 septembre 2012 :

Les salariés de l’usine PSA Peugeot Citroën d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ont reçu un appel à faire grève jeudi pour aller manifester devant l’Elysée, où une délégation doit être reçue par le président François Hollande, a annoncé lundi le délégué CGT de l’usine, Jean Pierre Mercier.

« Tous les syndicats du site d’Aulnay appellent à la grève et à manifester devant l’Elysée pour soutenir la délégation qui sera reçue », a-t-il indiqué à l’AFP.

« A sa demande, l’intersyndicale de PSA Aulnay sera reçue par le président Hollande », précise un communiqué du SIA (Syndicat indépendant de l’Automobile), majoritaire à Aulnay.

Lire la suite

Grève générale des salariés de la RENFE en Espagne.

Le trafic ferroviaire est très fortement perturbé ce lundi en Espagne. Une grève générale est organisée par les salariés du secteur pour protester contre une retructuration prochaine du réseau de transports du pays. Le service minimum doit être assuré mais au total plus de 300 trains ont été annulés.

“La privatisation possible de la RENFE, la compagnie ferroviaire nationale espagnole, risque d’entraîner une baisse des salaires et surtout des suppressions d’emplois”, explique un gréviste.

La crise continue d’assomer le pays. Cette grève de 24 heures qui touche aussi le métro et devrait être reconduite demain intervient alors que la banque centrale européenne et le Fonds monétaires international ont démenti l’existence de négociations sur une aide financière à l’Espagne comme l’avait laissé supposer un journal néerlandais vendredi.

http://fr.euronews.com/2012/09/17/greve-generale-des-salaries-de-la-renfe-en-espagne/