Archives quotidiennes : 05/02/2016

Colère des travailleurs des collectivités locales au Sénégal

Pressafrik, 5 février 2016 :

L’Intersyndicale des travailleurs des collectivités locales a organisé hier son assemblée générale. Les camarades de Sidya Ndiaye en ont profité pour durcir le ton et, annoncé dans la foulée, leur décision d’observer une grève de 96 heures, à partir de ce lundi.

L’Intersyndicale des travailleurs des collectivités locales va paralyser le fonctionnement des collectivités locales pendant 96 heures. Cette décision fait suite, selon eux, au refus de l’Etat de respecter ses engagements.

Lire la suite

Publicités

Montbard : mouvement de grève chez Vallourec Bearing Tubes

Le Bien Public, 5 février 2016 :

Le motif du débrayage, prévu ce vendredi de 9h30 à 13h30, est le plan de suppressions de postes annoncé lundi par le groupe Vallourec. Quarante emplois sont en effet concernés sur le site de Vallourec Bearing Tubes à Montbard (environ 300 salariés).

A l’appel des syndicats CGT, CFDT et CFE-CGC, plusieurs dizaines de salariés se sont donc rassemblés devant les bureaux de l’entreprise ce vendredi.

Grève dans le milieu du pétrole en Côte d’Ivoire

RFI, 5 février 2016 :

La société d’Etat, Société nationale d’opérations pétrolières de Côte d’Ivoire, Petroci, qui opère dans le secteur pétrolier et gazier, est confrontée à un mouvement de grève. Une grève due à une cinquantaine de licenciements sur 609 employés que le personnel juge abusive. La direction avance un audit et une situation difficile liée à la chute du cours du baril de brut.

« Quand on nous dit que nous sommes licenciés pour mesures économiques, mais ils se foutent du monde parce que, dans ce cas-là, il y a des procédures. Aucune procédure n’a été respectée », explique un salarié de l’entreprise. Et ils sont furieux les employés de Petroci, et particulièrement les cinquante qui ont été licenciés en janvier dernier pour raison économique. Il faut dire que la chute du cours du brut à 30 dollars le baril n’arrange pas les affaires d’une société d’Etat, qui est apparemment confrontée à de sérieux problèmes de gestion.

Lire la suite

Les expulsions du 115 et la xénophobie de l’État – appel à manifester ce samedi à Caen

L’assemblée générale de lutte contre toutes les expulsions, collectif caennais créé en 2013, appelle à une manifestation en solidarité avec les expulsé-es des centres d’hébergement d’urgence et contre la xénophobie de l’État.
Rendez-vous est donné samedi 6 février, à 14h30, place du théâtre à Caen.

image

Depuis 2013, la préfecture du Calvados, le représentant de l’État, ne respecte plus ses engagements et obligations d’assurer un hébergement en CADA (centre d’accueil des demandeurs d’asile) ni l’obligation de fournir un hébergement dit « d’urgence », géré par le 115, à celles et ceux dans le besoin.

Lire la suite

En solidarité avec les Goodyear à Niort

La Nouvelle République, 5 février 2016 :

Comme dans de nombreuses villes de France, plusieurs dizaines de personnes se sont réunies devant le palais de justice de Niort, hier soir, pour manifester leur solidarité avec les syndicalistes de Goodyear. Un rassemblement à l’appel de la CGT et de FO pour dénoncer la condamnation, en janvier, à neuf mois de prison ferme de huit ex-salariés de l’entreprise d’Amiens-Nord, menacée de fermeture, pour avoir retenu durant trente heures deux cadres de Goodyear.

« Nos camarades n’ont pas été condamnés par le fait du hasard, pointe Michel Ferré, membre du secrétariat de l’UD-CGT. Il s’agit bien d’une justice de classe, le procureur de la République a poursuivi au nom de la Chancellerie. » Poursuivant : « Qu’ont-ils fait, au juste, nos camarades ? Il n’y avait aucune violence. On ne calera pas sur le sujet, la procédure d’appel est en cours ». A son tour Jocelyne Baussant, secrétaire générale de l’union départementale Force ouvrière, a fustigé la « répression syndicale », voire la « syndicalophobie » : « Ce gouvernement organise non seulement la répression mais aussi l’intégration des organisations syndicales pour les empêcher de jouer leur rôle, mais qu’elles soient le relais de leur politique », a-t-elle déclaré. Réclamant « la relaxe pour les salariés de Goodyear et tout autre militant mis en cause ».« Supprimer un emploi, n’est-ce pas une forme de violence condamnable ? »

Goodyear, derrière le conflit social, un scandale sanitaire

L’Humanité, 3 février 2016 :

Aujourd’hui, pour des centaines d’ouvriers, après leur licenciement, plane un risque de maladies graves dues à leur exposition prolongée à certains produits nocifs tels que les HAP-CMR utilisés dans la composition des pneus. Or la direction de Goodyear a soigneusement omis de les informer des risques encourus alors même que la loi l’y oblige. Du coup c’est la double peine pour les victimes et leurs familles, non seulement ils sont malades, pour ceux qui ne sont pas décédés, mais ils doivent se battre pour faire reconnaitre leurs pathologie comme maladie professionnelle.

Aidés par les organisations syndicales, ils ont créé une association et entamé une action collective (class action) contre la direction américaine de Goodyear. Il ont des chance de voir leurs droits reconnus .. à moins que les récentes peines infligées aux ex employés de l’usine ne les empêche l’aller défendre leur dossier outre atlantique. Une condamnation qui arrange bien Goddyear… Entre 2006 et 2012, Mourad Laffitte suit le conflit social des Goodyear qui frappe durement les 1300 salariés de l’entreprise américaine. Après un plan social dévastateur, il aborde le chapitre des conditions de travail de ces salariés et les risques sanitaires qu’ils encourent dans son documentaire « Googyear, la mort en bout de chaîne »

Toulouse : Manifestation de soutien aux salariés de Goodyear

La Dépêche, 5 février 2016 :

L’appel national au rassemblement contre la répression syndicale a réuni entre 500 et 700 manifestants hier à midi au square de Gaulle. Cette mobilisation était organisée par la CGT et FSU Solidaires «contre la criminalisation du mouvement social» en soutien aux 8 salariés de Goodyear condamnés à de la prison à Amiens, suite à une plainte du Parquet, pour avoir «séquestré» des cadres de leur entreprise.

«Il est honteux qu’un syndicaliste soit emprisonné» dit Geneviève, militante de gauche et retraitée de la fonction publique. «C’est important de montrer la solidarité dans ce contexte où on pénalise des travailleurs qui n’ont fait que défendre les droits des salariés» souligne Aymeric, étudiant en psycho. «Partout en France les syndicalistes se sentent attaqués» dit Cédric Caubère secrétaire général de la CGT 31, qui a annoncé la création d’un comité de soutien à Toulouse pour les salariés Goodyear.

Lire la suite