Archives quotidiennes : 21/02/2016

Valls, Macron et El Khomri à Mulhouse demain

Appel de l’UD CGT 68 :

Valls, Macron et El Khomri sont de passage dans le département demain lundi, notamment à Mulhouse. L’union départementale CGT du Haut-Rhin appelle à manifester contre le projet de loi du gouvernement qui nous ferait revenir des décennies en arrière, avec des droits en moins pour les travailleurs et les pleins pouvoirs pour les patrons.

Rassemblement devant l’agence Pôle Emploi du quartier Drouot, demain lundi 22 février à 14h

Soyons nombreux !

Urgence sociale en Ariège

La Dépêche, 21 février 2016 :

Pour une fois, les manifestants avaient déserté le centre-ville de Pamiers : décidément, ce pauvre centre ne fait plus recette ! C’est au rond-point de la zone commerciale de la Bouriette, que 400 à 500 personnes se sont retrouvées hier à l’appel de l’intersyndicale (CGT-FSU-Solidaires, etc) pour manifester en situation «d’urgence sociale». L’actualité récente dans le département porte témoignage des craintes exprimées par les syndicats autour des licenciements annoncés (Johnson Controls, La Moulasse) ou des menaces qui pèsent sur les structures administratives appelées à évoluer, notamment dans le cadre de la mise en place de la Loi NOTRe. Crainte aussi sur le maintien des structures de santé.

«Il faut convaincre»

Derrière Didier Mezin, secrétaire générale de l’union départementale CGT, une vingtaine d’orateurs avaient pris place sur la butte qui marque le rond-point à l’intersection, érigée en haut lieu de la lutte «anti-casse» et bastion de la résistance, un peu à l’image de la butte Montmartre refusant de rendre les canons, où du Pog de Montségur.

Lire la suite

Maroc : Appel à la grève nationale générale du mercredi 24 février 2016

Appel intersyndical UMT, CDT, UGMT et SNE-Sup à la grève générale le 24 février au Maroc.

Frères et sœurs !

Les centrales syndicales : l’Union marocaine du travail (UMT), la Confédération démocratique du travail (CDT), l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM) et le Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNE-Sup) ayant épuisé tous les efforts visant à amener le gouvernement à la table des négociations au sujet des questions intéressant la classe laborieuse et l’ensemble des salariés, et vu l’entêtement de l’Exécutif et sa politique de la fuite en avant ainsi que ses tentatives d’imposer le fait accompli en gelant le dialogue social et en occultant le rôle constitutionnel du mouvement syndical ;

Etant donné le refus du gouvernement d’assumer ses responsabilités politiques et sociales ; vu son reniement de ses engagements et promesses, sa propension à s’en prendre systématiquement aux acquis sociaux et matériels de l’ensemble des couches populaires, à violer les libertés syndicales et son entêtement à ignorer les revendications de la classe laborieuse et de l’ensemble des salariés,

Lire la suite

Air France : Grève des agents de pistes lundi à Roissy

France Soir, 21 février 2016 :

Trois syndicats (FO, CGT, Unsa) ont appelé à des arrêts de travail lundi contre la sous-traitance partielle de leur activité à partir de juin prochain. Une manifestation est en outre prévue aux abords des terminaux, selon Karim Taïbi, délégué FO au CCE.

La mobilisation annoncée de l’ordre de 40 à 45%, qu’il confirme, « est un bon début, mais ce n’est pas fini, il y aura une suite » pour « qu’Air France n’abandonne pas les métiers de piste ». Les agents de piste sont chargés de guider les avions dans leurs manœuvres au sol, de les caler et d’effectuer le chargement et le déchargement des bagages.

Lire la suite

Vidéos : Lutte de la classe ouvrière aux quatre coins du monde

Quelques vidéos de luttes ouvrières cette semaine à travers le monde. Dans des contextes, des climats et des continents différents, des revendications similaires pour les salaires, l’emploi et les conditions de travail. Prolétaires de tous les pays, unissons-nous !

Afrique du Sud :

Mobilisation des ouvriers agricoles à Parys après le meurtre de deux ouvriers agricoles par des propriétaires blancs (20 février).

Lire la suite

Pas d’autres choix que de riposter à leur guerre sociale

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

MEDEF qui soupire n’a pas ce qu’il désire. Le MEDEF ayant, malgré le CICE, l’ANI ou la loi Macron, pas eu tout ce qu’il désirait, El Khomri, ministre de l’exploitation capitaliste, a sorti un avant-projet de loi sur la « négociation, le travail et l’emploi ». Il s’agit ni plus ni moins que de faire voler en éclat les garanties du code du travail et des conventions collectives, que ce soit sur le temps de travail, la généralisation des « référendums-chantage à l’emploi », les heures supplémentaires, la santé au travail, l’apprentissage, les indemnités en cas de licenciement sans cause réel et sérieuse, les astreintes, etc.

Cet avant-projet de loi est un nouvel acte de guerre du gouvernement contre la classe ouvrière. Et comme le patronat et les actionnaires ne sauraient attendre pour briser des décennies de conquêtes ouvrières, El Khomri menace déjà d’utiliser le 49.3 pour faire passer le plus rapidement possible sa mesure. Hollande a tempéré. Après quelque soit la forme des débats parlementaires, nous savons que nous ne pouvons pas compter sur les politiciens et que seule notre mobilisation, dans les entreprises et dans la rue, pourra faire reculer gouvernement et MEDEF.

Lire la suite

Ils osent tout !

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Avec des salaires, des retraites, des allocations-chômage ou des minimas sociaux qui stagnent tandis que les prix augmentent, y compris les tickets de transport en commun, il n’est pas étonnant qu’un certain nombre de personnes fraudent pour économiser le prix d’un ticket ou d’un abonnement. Communistes, nous sommes pour la gratuité des transports en commun, ce qui serait à la fois une mesure de justice sociale et un moyen efficace pour réduire la pollution.

chirac tourniquet

Avec les nouvelles technologies, les téléphones portables ou les réseaux sociaux, il est désormais possible de prévenir des copains d’un éventuel contrôle. Au nom de la « lutte contre le terrorisme » (sic !) les députés et sénateurs ont finalement réintégré ce 17 février à la loi sur la sécurité dans les transports publics une peine de prison pour ceux qui signalent aux autres la présence de contrôleurs ou agents de sécurité. Ainsi, selon l’article 13 de cette loi : « le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, tout message de nature à signaler la présence de contrôleurs ou d’agents de sécurité employés ou missionnés par un exploitant de transport public de voyageurs est puni de deux mois d’emprisonnement et de 3 750 € d’amende ».

Lire la suite