Archives quotidiennes : 10/11/2012

Sodexo va supprimer 700 postes dans le monde.

Malgré des résultats en nette progression sur l’exercice clos fin août, le groupe de restauration collective et de services aux entreprises Sodexo va intensifier ses réductions de coûts et supprimer 700 postes dans le monde face à la crise qui sévit, notamment en Europe.

« L’environnement reste tendu, et il est contrasté », avec des activités européennes « sous pression » en raison de la crise, a déclaré jeudi 8 novembre le directeur général Michel Landel, lors d’une conférence téléphonique.

Au total, 700 postes sont appelés à disparaître, ce qui est peu en comparaison des 420 000 salariés du groupe, 20employeur privé au monde, a jugé M. Landel. Sodexo vise en particulier une « réduction des frais généraux ».

Ce plan « d’efficacité opérationnelle et de réduction de coûts »doit lui permettre de réduire ses coûts pour un montant équivalent à 1 % de son chiffre d’affaires. Sa mise en œuvre« entraînera des coûts exceptionnels sur les prochains dix-huit mois compris entre 130 et 150 millions d’euros avec un impact positif du même montant en 2014-2015 et pour les exercices suivants », a précisé le groupe.

Lire la suite

Publicités

Plan social chez Candia: débrayages, blocage de la collecte de lait

LE LUDE (France / Sarthe),  09 nov 2012 (AFP) –

Les salariés de deux sites du groupe laitier Candia (Sodiaal) menacés de fermeture dans la Sarthe et l’Allier ont réagi le vendredi 9 novembre au plan de restructuration annoncé la veille par le groupe en observant des débrayages et en bloquant la collecte du lait.

Parmi les trois sites menacés -pour un total de 313 emplois-, celui du Lude dans la Sarthe, qui emploie quelque 190 salariés, s’est arrêté vendredi et les salariés ont bloqué la collecte du lait.

Le site devrait être bloqué tout le week-end en signe de protestation mais les salariés ont accepté qu’une équipe reprenne provisoirement le travail à 21H00, et jusqu’à 13H00 samedi « pour que les stocks de matières première déjà sur le site ne soient pas perdus », a indiqué Romain Pottier, représentant CFDT.

La production doit par ailleurs reprendre lundi à 05H00 du matin, selon cette source, et une assemblée générale se tenir à 12H30 ce jour-là.

Lire la suite

Iberia sabre 4.500 postes, les syndicats vent debout contre une « attaque brutale »

La compagnie aérienne espagnole Iberia, regroupée au sein d’IAG avec British Airways, a annoncé la suppression de 4.500 emplois, soit près du quart de ses effectifs, un plan dénoncé comme une « attaque brutale » et un « démantèlement » par les syndicats qui ont brandi la menace d’une grève.

Cette restructuration prévoit la « réduction de 4.500 emplois » sur un total d’environ 20.000 au sein de la première compagnie espagnole, a annoncé vendredi le groupe IAG, né en janvier 2011 de l’alliance entre British Airways et Iberia. <btn_noimpr>

Il prévoit en outre des baisses de salaires de 25 à 35% selon le syndicat UGT.

Mettant la pression sur les syndicats, le groupe a fixé au 31 janvier la date limite pour parvenir à un accord sur ce plan et a mis en garde, faute d’accord, contre « des suppressions plus lourdes et une réduction plus radicale de la taille des opérations d’Iberia ».
« Nous n’allons pas négocier du tout sur ce plan. Nous le rejetons totalement », a déclaré à l’AFP Manuel Atienza, porte-parole du syndicat UGT, à l’issue d’une réunion avec la direction à Madrid.
« C’est un plan radical de démantèlement d’Iberia », a-t-il ajouté, menaçant d’une « grève de tous les employés » s’il était maintenu.

Lire la suite

Communiqué sur le mariage pour tous

Communiqué de l‘Initiative Communiste-Ouvrière :

Le gouvernement a pris position en faveur de l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe. Cela favorisera l’égalité sur des matières importantes, notamment la pension de réversion en cas de veuvage, et pour laquelle cotisent tous les travailleurs.

L’hypocrisie reste sur des revendications importantes comme le droit à l’adoption et à la procréation médicalement assistée. La droite et l’extrême-droite, mais aussi certaines personnalité de gauche, sont opposées à ce projet. Cela devient l’enjeu d’une mobilisation des forces réactionnaires.

Lire la suite

Mobilisation du 14 novembre à Besançon

Tract d’appel de la CGT ADDSEA pour la manifestation du 14 novembre à Besançon (rendez-vous à 11 heures Place de la Révolution) :

14 novembre 2012 : Journée européenne de lutte contre l’austérité

Les organisations syndicales d’Espagne, du Portugal, de Chypre et de Grèce appellent à une journée de grève générale le mercredi 14 novembre 2012 pour protester contre les politiques d’austérité qui, au nom du remboursement des dettes des plus riches, s’en prennent à l’emploi, aux salaires, à la protection sociale et aux conditions de travail.

Comme, partout en Europe, ce sont les mêmes politiques d’austérité et les mêmes attaques contre les droits des travailleurs qui sont imposées par le patronat et les gouvernements à son service, les organisations syndicales de toute l’Europe ont décidé de faire de cette journée du 14 novembre une journée européenne de lutte contre l’austérité.

Lire la suite

Le rapport Gallois est une arme patronale contre la classe ouvrière

Article publié sur le site de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Commandé dès le mois de juillet par le premier ministre, le rapport rédigé par le commissaire général à l’investissement Louis Gallois pour la « compétitivité de l’industrie française », est une véritable arme patronale conte la classe ouvrière.

En gros, le fil directeur du rapport gallois, c’est que la France pourrait mieux soutenir ses entreprises de taille intermédiaire (de 250 à 4999 salariés), pour permettre à certaines d’accéder au marché international dans de bonnes conditions. Évidemment, l’État est mis à contribution par le biais de la commande publique, vieille lubie patronale de capitalistes qui veulent bien payer des impôts si l’état leur restitue avec intérêt. Plus difficile, il voudrait obtenir le soutien des grandes entreprises (plus de 50000 salariés), dont la stratégie est déjà orientée sur le marché international et qui peuvent se permettre d’investir un peu partout, là où c’est le plus rentable. Faute d’arguments convaincants, Gallois dégaine l’arme absolue : « il est possible de faire appel au patriotisme de leurs dirigeant ». Plus prosaïquement, il leur propose des sous-traitants plus compétitifs, c’est-à-dire, en clair, un coût du travail moins cher. La remarque sur le patriotisme, toute inefficace qu’elle soit, éclaire tout de même le sens général du rapport : c’est bien de patriotisme économique qu’il est question d’un bout à l’autre, et ce patriotisme est tout entier dirigé contre la classe ouvrière.

Lire la suite