Archives quotidiennes : 23/11/2012

Les Saoudiennes pistées par SMS

La Presse, 23 novembre 2012 :

Elles ne peuvent pas voter. Ni conduire. Ni étudier sans le consentement d’un homme. Et voilà que les Saoudiennes voient le peu de liberté que leur pays leur réserve grugé par les nouvelles technologies. Depuis la semaine dernière, lorsqu’une femme quitte le pays, son «gardien» masculin, que ce soit un mari, un père ou même un fils, reçoit un SMS.

«Votre femme vient de quitter l’aéroport international de Riyad.» C’est ce message, reçu par un Saoudien qui voyageait avec sa femme, qui a alerté la militante des droits de la personne Manal Al-Chérif, qui a ensuite relayé l’information sur Twitter. Mme Al-Chérif est déjà bien connue en Arabie saoudite. L’an dernier, elle a été arrêtée et emprisonnée pendant une semaine après s’être filmée en train de conduire dans les rues du royaume wahhabite. Elle se bat toujours pour que les femmes aient le droit d’obtenir un permis de conduire.

Lire la suite

Publicités

Révolte en Egypte contre le « nouveau pharaon »

TF1, 23 novembre 2012 :

Au lendemain du renforcement considérable des pouvoirs du chef de l’Etat, accusé de devenir un dictateur, ses opposants et ses partisans défilent dans plusieurs villes du pays.

Des manifestants ont mis le feu vendredi aux sièges du Parti de la liberté et de la Justice, issu des Frères musulmans, dans trois villes d’Egypte, a rapporté la télévision publique au lendemain d’un renforcement considérable des pouvoirs que s’est adjugé lui-même le président islamiste Mohamed Morsi.

Les locaux du PLJ ont été incendiés dans les villes de Suez, Ismaïliya et Port Saïd, selon la chaîne. Un responsable du parti islamiste a en outre indiqué à l’AFP que les locaux du parti avaient été pris d’assaut dans la ville d’Alexandrie, où des accrochages ont éclaté entre manifestants pro et anti Mohamed Morsi.

Manifestation contre le président Morsi en Egypte

France Infos, 23 novembre 2012 :

Les opposants au président islamiste Mohamed Morsi ont commencé à manifester au Caire, vendredi 23 novembre, au lendemain du renforcement considérable des pouvoirs du chef de l’Etat égyptien, accusé de devenir un dictateur par ses détracteurs.

Cette décision, considérée par l’opposition comme une menace pour la marche vers la démocratie du pays et un « coup d’Etat » remettant en cause les acquis de la révolte qui a renversé en 2011 le président autocratique Hosni Moubarak, a valu à Mohamed Morsi d’être qualifié de « pharaon », comme son prédécesseur.

Lire la suite

Toulouse : Manifestation contre les violences sexistes

La Dépêche du Midi, 23 novembre 2012 :

La journée internationale contre les violences machistes et sexistes faites aux femmes sera ponctuée demain (samedi 24 novembre) à Toulouse par une Manifest’action, qui partira à 15 heures de la place Saint-Etienne. «Où qu’elles soient dans le monde, en France comme ailleurs, les femmes ne sont ni entendues, ni crues», explique le collectif organisateur qui veut en finir avec les idées reçues. «Un homme n’est pas violent parce qu’il perd le contrôle, mais parce qu’il veut prendre le pouvoir sur une femme».

L’appel est signé par AL, APIAF, ATTAC, Collectif Midi-Pyrénées pour les Droits des Femmes, Du Côté des Femmes, EELV, Faire Face, Grisélidis, Jules et Julie, Marche Mondiale des Femmes 31, Mix-Cité 31, NPA, Planning Familial 31, Solidaires, Sud étudiant.

Huit semaines de grève dans la fonction publique au Tchad

RFI, 23 novembre 2012 :

Les fonctionnaires tchadiens achèvent ce vendredi 23 novembre leur huitième semaine de grève. Ils revendiquent depuis le mois de juillet l’application d’un accord portant sur les augmentations de salaires. Les différences de lecture dudit accord ont conduit à la rupture du dialogue entre gouvernement et syndicats. Mais depuis quelques jours, les parties ont accepté de discuter indirectement sans arriver à débloquer la situation.

Après l’échec de la médiation entreprise courant septembre par les leaders religieux, plusieurs initiatives venant de politiciens, de leaders de la société civile, ont tenté de renouer le dialogue entre le gouvernement et l’Union des syndicats du Tchad (UST).

Pendant toute cette semaine, on a beaucoup entendu parler de la facilitation menée le Réseau des associations de défense des droits de l’homme du Tchad (RADHT). Selon son coordonnateur, les deux parties ont évolué sur plusieurs points. « Depuis que nous avons commencé à travailler, affirme Djidda Oumar, nous n’avons pas rencontré beaucoup de difficultés par rapport à certains préalables qu’avait posés l’UST telles que l’annulation des affectations de ses membres, la régularisation des situations des contractuels. Le gouvernement également a vraiment manifesté sa bonne disponibilité et est en train d’avancer ».

Lire la suite

Bombardier : les travailleurs de La Pocatière rejettent l’offre patronale

Les 330 syndiqués de l’usine Bombardier de La Pocatière, en grève depuis le 1er novembre, ont rejeté mercredi soir dans une proportion de 89,6 % l’offre globale de l’employeur déposée avant la rupture des négociations la semaine dernière.

L’assemblée générale spéciale a duré plus de cinq heures et les résultats n’ont été publiés dans un communiqué syndical que dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le bureau syndical avait déjà rejeté cette dernière offre patronale, qualifiée de finale. Les discussions avec la partie patronale sont en panne depuis vendredi, après que le syndicat eut quitté la table des négociations dans la nuit de jeudi à vendredi.

Un profond désaccord persiste sur la question de la sous-traitance. Mais malgré le refus de l’offre globale et finale de Bombardier, les syndiqués souhaitent un retour à la table de négociations le plus rapidement possible.

Lire la suite

Les salariés d’ArcelorMittal bloquent la circulation des trains à Florange

PARIS (Reuters) – Les militants CFDT d’ArcelorMittal à Florange (Moselle) ont bloqué jeudi la circulation des trains sur le site sidérurgique, a-t-on appris auprès du syndicat, qui veut ainsi forcer le groupe à vendre ses installations à un repreneur.

« Aucun train n’entre et aucun ne sort. Il n’y a plus rien qui circule », a dit à Reuters Edouard Martin, responsable de la CFDT.

Cette action intervient au lendemain des annonces du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, qui a déclaré que deux offres et marques d’intérêt avaient été reçues par le gouvernement pour la reprise d’une partie des installations de Florange, mais sur un périmètre plus large que les hauts fourneaux et l’aciérie.

Lire la suite