Archives quotidiennes : 03/11/2012

Nouveau suicide à la Poste : les syndicats appellent le gouvernement à intervenir

L’Humanité, 2 novembre 2012 :

« Mais bon, ça y est, le problème est réglé. » Ce sont les derniers mots du postier qui s’est suicidé, mercredi après-midi, par pendaison, sur son lieu de travail, à La Fère (Aisne). Une heure environ avant de se donner la mort, l’homme avait envoyé à sa hiérarchie un courrier électronique avec, comme objet, un seul mot : « Adieu ».

Selon ce document qu’Europe1 publie sur son site internet, le guichetier ne supportait plus le manque de « reconnaissance » au travail. « Rien, rien du tout. Pas de bouée pour celui qui se noie à cause des décisions d’une hiérarchie aveugle, juste quelques coups de bâtons pour l’éloigner davantage du bord », a-t-il dénoncé. Le qualifiant de simple « façade », l’agent a également mis en cause « SoutienPostier », un dispositif d’alerte mis en place, en début d’année, par la direction du groupe après plusieurs suicides à la Poste.

Lire la suite

La Poste : Le Grand Dialogue a échoué !

Communiqué de SUD PTT, 2 novembre 2012 :

Mercredi 31 octobre, un guichetier se suicidait sur son lieu de travail, à La Fère dans l’Aisne, pendant la pause méridienne. Juste avant son geste il avait envoyé un mail à sa direction pour expliquer son mal-être et le manque de reconnaissance dont il était victime. Il pointait également l’inefficacité du canal soutienpostier, cellule d’alerte individuelle pour les postiers et postières en souffrance, la qualifiant de façade !

Ce nouveau drame détruit la communication des dirigeants de l’entreprise qui affirment à qui veut l’entendre qu’ils auraient pris conscience du malaise des postiers et postières et que tout aurait changé à La Poste. Plus grave, ce suicide s’est déroulé dans un des sites pilotes en expérimentation suite aux annonces du président de La Poste après le suicide de deux cadres en début d’année et qui servent de vitrine à la « nouvelle ère Bailly » !

Pour la fédération SUD PTT, le verdict est clair et sans appel : la direction en place a échoué puisque les mesures qu’elle a proposées et qui devaient selon elle résoudre la crise sociale ne règlent rien. De la même façon, la mission de la médiatrice de la vie au travail ne porte pas ses fruits : sur tous les cas que nous avons remontés, très peu ont été réglés et certain-es postier-es n’ont jamais été contactés par les services de la médiatrice.

Lire la suite

Le racisme : une honte pour l’humanité, un poison mortel pour les ouvriers

Editorial de Communisme-ouvrier N°26, bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière (novembre 2012) :

Le samedi 20 octobre, quelques dizaines de néo-fascistes de la mouvance des « Identitaires » ont occupé le chantier d’une mosquée à Poitiers, déployant une banderole où on pouvait lire « 732 », date de la victoire du chef de guerre et duc d’Austrasie Charles Martel sur les Sarazins. Il s’agit clairement d’une provocation raciste de la part de ce groupuscule d’extrême-droite à l’encontre de toute la communauté arabe vivant en France. Ce n’est malheureusement pas la première exaction de ce groupuscule raciste et néo-fasciste : à Toulouse, dans la nuit du samedi 31 mars 2012, un jeune étudiant chilien a été violemment agressé par ces brutes néo-nazies, agression entraînant une double fracture du crâne et un important hématome au niveau du cerveau ; à Lyon, dans la nuit du 8 au 9 juin 2012, c’est un restaurant de la vieille ville qui est attaqué parce que le restaurateur et les salariés sont maghrébins. Le restaurateur et deux de ses collègues sont violemment agressés par une vingtaine de ces nostalgiques des chemises brunes. L’un a une jambe cassée et douze points de suture. Ils subiront respectivement 15, 10 et 5 jours d’interruption temporaire de travail.

Si, comme toute une partie de l’extrême-droite, la mouvance des “Identitaires” cherche depuis un certain temps à se donner une image de “respectabilité” et à faire oublier que son origine est le groupuscule néo-nazi “Unité Radicale”. Ces exactions, comme à Poitiers, Lyon, Toulouse ou ailleurs, montrent bien la nature profonde des Identitaires : une bande de néo-nazis racistes et violents.

Lire la suite

Grève en Inde chez Hyundai Motors

IndustiALL :

Une grève a eu lieu le 30 octobre 2012 pour la quatrième fois chez Hyundai Motors en Inde pour demander la réintégration des derniers 27 travailleurs qui avaient été licenciés en 2008, la reconnaissance du syndicat des salariés de Hyundai Motors en Inde (HMIEU) et une nouvelle négociation de l’accord sur les salaires.

L’attitude intransigeance de la direction de Hyundai Motors en Inde et son refus de reconnaître de véritables droits syndicaux a forcé une fois de plus la main-d’œuvre à faire grève. Le 30 octobre 2012, les travailleurs et travailleuses sous la conduite du syndicat des salariés de Hyundai Motor en Inde (HMIEU) ont fait grève à Irungattukottai près de Chennai. Comme la police leur a refusé l’autorisation de manifester pacifiquement près de l’usine, ils ont manifesté près des bureaux du commissaire adjoint au travail dans le complexe industriel SIPCOT.

Cette grève a lieu à la suite de l’accord salarial conclu récemment le 18 octobre 2012 entre la direction de Hyundai en Inde et le syndicat uni des salariés de Hyundai (UUHE).

Lire la suite

Béziers : Des salariées d’Alliance Healthcare en grève

Midi Libre, 2 novembre 2012 :

Jeudi, des préparatrices de commande en pharmacie d’Alliance Healthcare ont fait grève . Elles demandent une réorganisation de leurs horaires de travail.

Une partie des salariés d’Alliance Healthcare étaient en grève jeudi. Postées à l’entrée du site biterrois, sur la Zac de Montimaran, ces préparatrices en pharmacie débrayaient pour réclamer une réorganisation de leurs horaires de travail.

Alliance Healthcare est une entreprise spécialisée dans la répartition pharmaceutique et de la distribution de produits de santé. « Il y a un an, l’organisation de la journée a changé : nous sommes passés de deux équipes à une seule », commentent les grévistes. Une semaine sur trois, ces employées – majoritairement des femmes – travaillent de 11 h à 14 h puis de 16 h 45 à 21 h.

Lire la suite

Portugal : grève dans la plus grande banque

AFP, 2 novembre 2012 :

Un mouvement de grève a paralysé partiellement aujourd’hui le réseau de la banque publique Caixa Geral de Depositos (CGD), première entité bancaire portugaise, dont une centaine d’employés ont manifesté à Lisbonne contre les coupes salariales et un projet de privatisation.

« Cette manifestation est l’expression publique du sentiment de révolte qu’éprouvent les salariés de la Caixa face aux coupes salariales, à la suppression des primes et aux autres coupes annoncées dans le budget 2013 », a déclaré à l’AFP, Joao Lopes, président du principal syndicat du groupe, le STEC (Syndicat des travailleurs des entreprises du groupe CGD), à l’initiative du mouvement de grève.

Lire la suite

Vers de nouvelles attaques contre la classe ouvrière

Extrait de Communisme-ouvrier N°26, bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière (novembre 2012) :

Le gouvernement PS est en place depuis 6 mois et un certain nombre de « gestes » qu’aurait pu faire n’importe quel gouvernement d’alternance n’ont pas été fait, comme par exemple le rétablissement de la gratuité de la saisine des prudhommes, une amnistie des militants, notamment syndicalistes, condamnés dans les luttes sociales comme le mouvement pour la défense des retraites de 2010, ou l’abrogation des journées de carence pénalisant les travailleurs malades.

Par contre, on sent déjà pointé toute une série de mesures contre la classe ouvrière. Dans les actuelles négociations entre syndicats, patronat et gouvernement, sur la « sécurisation de l’emploi », le MEDEF a fait connaître ses revendications : institution d’une sur-période d’essai supplémentaire, fin de l’obligation de motiver les licenciements et la fin des « incertitudes juridiques » concernant un licenciement, etc… Bref un renforcement de la précarité au nom « de la lutte contre la précarité ». Mais le pire est sûrement à venir avec la remise prévue pour le 5 novembre du rapport Gallois sur la compétitivité des entreprises. Il est déjà question de faire baisser les cotisations sur les salaires jusqu’à 3,5 fois le SMIC, une cure d’austérité dans le secteur public, et une hausse de la CSG et de la TVA. Bref, encore une fois, de faire payer les travailleurs, le tout avec un discours sur le « coût du travail » qui serait trop élevé et un silence absolu sur ce qui coûte vraiment, sans rien apporter, à la société : le coût du capital.

Lire la suite