Manifestation contre les licenciements et la répression à Air France

20 Minutes, 22 octobre 2015 :

Des salariés unis

Toutes les catégories professionnelles et les générations sont représentées, les uniformes bleu marine des personnels navigants et des pilotes côtoient les gilets jaune ou orange fluo des personnels du cargo et de la maintenance. Les métiers et les syndicats font front autour des slogans « On lâche rien » et « Juniac boucle-la ! » « C’est historique cette intersyndicale, en dix ans j’ai jamais vu ça », affirme James, qui se sent « déçu et trahi » par la direction.

Le PDG d’Air France-KLM Alexandre de Juniac et le gouvernement sont les deux principales cibles des manifestants. « Avant, la direction utilisait les divisions au sein du personnel, mais maintenant on est tous unis », affirme Sylvain, salarié dans la maintenance, « profondément déçu par le gouvernement » : « J’ai voté PS en 2012 mais c’était la dernière fois. »

Soutien aux salariés inculpés

« On est surtout venu soutenir nos collègues », expliquent Marie et Didier, personnels navigants, à propos des six salariés mis à pied. Une pétition circule pour réclamer l’abandon des poursuites judiciaires. Selon la CGT, elle a récolté 30.000 signatures à ce jour.

Sur scène, Xavier Mathieu, ancien délégué syndical de la CGT de Continental à Clairoix, appelle à la grève générale le 2 décembre, date du jugement des six salariés inculpés, des « héros à qui il faut dire merci ».

La direction et le gouvernement dans le viseur des manifestants

Pour les salariés, cet ultime plan de restructuration est la conséquence d’une mauvaise gestion de la direction. « Air France est une belle entreprise mais l’argent gagné n’est pas bien réinvesti », déplore une hôtesse de l’air. « La direction préfère réduire les coûts plutôt que conquérir de nouveaux marchés dans un secteur aérien en pleine croissance, dénonce Emmanuel Mistrali, pilote et porte-parole du SNPL. L’Etat devrait rétablir un contexte concurrentiel équitable pour toutes les compagnies ». Les charges et les taxes pesant sur Air France ne s’appliquent pas aux compagnies low-cost ni à celles du Golfe, tancent les syndicats.

Avec le vote du droit d’alerte, « on va démontrer que la stratégie de la direction nous mène droit dans le mur », affirme Medhi Kemoune, responsable de la CGT Air France. A quelques rues de là, dans le 16e arrondissement, la direction vient d’annoncer 1.000 suppressions de postes avec des départs volontaires.

La chemise déchirée

Des employés de la SNECMA (fournisseur de moteurs à Air France), de la Poste, et des étudiants sont aussi présents. Écœuré par la surmédiatisation de la chemise déchirée de Xavier Broseta le 5 octobre dernier, Renaud a décidé de participer car « le sujet dépasse Air France ». « Si on laisse six salariés se faire démolir pour avoir arraché une chemise, on est foutu », renchérit Erwann, militant CGT.

Plusieurs salariés arborent une chemise en lambeaux devenue l’emblème de leur indignation. « Il y a eu une surréaction, interpeller des salariés au petit matin comme s’ils étaient des criminels, terroristes… Personne n’a été lynché », proteste Emmanuel Mistrali. « Quitte à choisir entre une chemise arrachée et un salarié qui se pend, moi j’ai choisi », affirme Geoffrey, salarié à la logistique.

C’est le leitmotiv des responsables politiques de gauche qui se succèdent à la tribune. Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Pierre Laurent (Parti communiste français), Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne), Eric Coquerel (Parti de Gauche)… Tous fustigent la réaction du gouvernement et sa « connivence avec le patronat ».

Une réponse à “Manifestation contre les licenciements et la répression à Air France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s