Turquie: la contestation dans le secteur automobile s’amplifie, Ford touchée

AFP, 20 mai 2015 :

Le mouvement de contestation qui se poursuit depuis près d’une semaine sur les sites des constructeurs automobiles français Renault et italien Fiat en Turquie s’est étendu à l’usine de l’Américain Ford, a rapporté mercredi la presse locale.

Usine Renault occupée, Bursa

Usine Renault occupée, Bursa

Le mouvement avait débuté dans la nuit du 14 mai dans la plus grande usine automobile du pays, celle de l’entreprise Oyak-Renault à Bursa (nord-ouest), les ouvriers réclamant des augmentations de salaires, et s’était étendu au site voisin de Tofas, produisant des Fiat.

Ford Otosan, une coentreprise entre le géant américain et le turc Koç Holding, a annoncé dans un communiqué que « le travail sera arrêté mercredi temporairement sur les deux sites de production à Kocaeli (nord-ouest) en raison d’un manque de pièces détachées découlant des grèves à Bursa », a indiqué la chaîne d’information CNN-Türk.

Cependant, l’agence de presse Dogan a rapporté que cet arrêt n’était pas dû au manque de matières premières et que des salariés de ces sites (plus de 6.000 ouvriers) avaient eux aussi cessé le travail mercredi matin avec les mêmes revendications que les ouvriers de la ville voisine de Bursa, où le nombre de grévistes serait d’environ 15.500.

Contactée par l’AFP, la direction de Ford Otosan à Kocaeli qui produit des véhicules utilitaires légers, a refusé de commenter.

Les employés de Renault et Tofas demandent les mêmes avantages, dont une hausse de 60% de leurs salaires, que ceux récemment obtenus par leurs collègues de l’usine locale du groupe Bosch qui fabrique des pièces détachées pour plusieurs constructeurs automobiles.

La contestation a aussi gagné la semaine dernière deux équipementiers automobiles de Bursa, coeur du secteur automobile turc, Coskunöz et Mako.

Slogan de solidarité avec les grévistes de Bursa dans une zone industrielle à Izmir

Slogan de solidarité avec les grévistes de Bursa dans une zone industrielle à Izmir

Cette grève, qui touche un secteur considéré comme une locomotive de l’industrie turque et de ses exportations, intervient à moins de trois semaines des élections législatives du 7 juin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s