Archives quotidiennes : 27/05/2015

Châteaubernard (16) : le piquet de grève devant Verallia n’est pas levé

Sud Ouest, 27 mai 2015 :

Au troisième jour de conflit, les salariées de Soflog ont reçu le soutien de leurs collègues de Kuehne-Nagel et des verriers CGT. Les négociations sont difficiles.

Ce mercredi 27 mai, en milieu de journée, le piquet de grève devant l’usine Verallia de Châteaubernard, près de Cognac (Charente), n’était toujours pas levé.

Lire la suite

Sephora condamné pour travail de nuit et licenciement abusif

L’Express, 27 mai 2015 :

Le verdict, très attendu, est tombé: dans l’affaire qui opposait Sephora à son ex-salarié Tewfik, licencié pour faute grave, le conseil des prud’hommes a condamné l’entreprise pour travail de nuit et octroyé des dommages et intérêts au vendeur.

Le conseil des prud’hommes de la septième chambre de commerce a suivi les demandes de Tewfik, ancien vendeur de l’enseigne de parfumerie, licencié pour faute grave le 13 septembre 2012. Deux mois après l’audience en bureau de jugement, le président a annoncé ce mercredi sa décision: il condamne Sephora à payer au salarié 1463,48 euros de préavis, 146,34 euros de congés payés afférents, 497,58 euros d’indemnités de licenciement, 1000 euros pour non-respect de la législation sur le travail de nuit, 3000 euros de dommages et intérêts pour rupture abusive et 1000 euros d’article 700.

Lire la suite

Les salariés de Samsic manifestent devant la société des Eaux d’Evian

Le Dauphiné Libéré, 27 mai 2015 :

Une douzaine de salariés de l’entreprise Samsic ont manifesté ce mercredi matin devant la société des Eaux d’Evian au sein de laquelle ceux-ci effectuent des travaux de nettoyage.

A l’appel de la CGT, ces salariés mécontents ont tenu à protester contre la « dégradation de leurs conditions de travail » et la « pression » dont ils feraient l’objet. Des revendications d’ordre salarial font également partie des griefs de ces salariés qui demain à 14 h devraient rencontrer la direction de la société Samsic pour tenter de trouver une issue à ce conflit entamé il y a près d’une semaine.

Les éboueurs du Puy-en-Velay en grève illimitée

Radio Bleue, 27 mai 2015 :

Les éboueurs du Puy-en-Velay ont entamé une grève illimitée mardi matin. Ils réclament une réelle reconnaissance de la pénibilité de leur travail et des risques qu’ils prennent au quotidien.

C’est une première au sein du service de collecte des ordures ménagères de la communauté d’agglomération du Puy-en-Velay : les agents ont entamé une grève illimitée, mardi matin. Mouvement suivi par l’ensemble des dix-huit titulaires. Seuls les contractuels ont travaillé ce mercredi, à bord de deux camions, alors que d’habitude, neuf véhicules circulent dans la communauté d’agglomération ponote. Les éboueurs réclament une prime d’insalubrité de 100 à 150 euros, du fait des risques qu’ils prennent à chacune de leur tournée : l’exposition à toutes sortes de produits et odeurs plus ou moins toxiques, le poids des poubelles ou encore les dangers sur la route…

Lire la suite

Renault face à la contestation ouvrière

Les Echos, 27 mai 2015 :

Après deux semaines de grève, Renault et ses salariés turcs auront finalement trouvé un terrain d’entente. L’usine Bursa, co-entreprise entre le turc Oyak et le constructeur français, a finalement repris le travail ce mercredi, selon un communiqué diffusé par Renault. Le site était à l’arrêt depuis le 15 mai dernier, une durée synonyme de perte importante pour Renault tant le site de Bursa est important. En 2014, l’usine, qui compte 5.100 salariés, avait assemblé 320.000 véhicules (principalement des Clio, ainsi que des Fluence et des Megane Generation). Et le site est également un fournisseur clé de moteurs (251.000 en 2014), boîtes de vitesses (239.000), berceaux (364.000), train avant et arrières (639.000). Autant de pièces qui alimentent nombre d’usines européennes et dont l’arrêt de production commençait à handicaper sensiblement l’organisation industrielle du constructeur français.

Pour obtenir le feu vert, la direction a débloqué une prime de 4.000 livres turques (1.400 euros) et a annoncé la mise en place d’un bonus de performance qui se montera à 600 livres minimum, la liberté d’adhérer au syndicat de son choix, ainsi que l’étude d’une éventuelle réévaluation des salaires, dont les résultats seront donnés dans un mois. Les salariés grévistes ne seront en outre pas sanctionnés. Débordant leurs syndicats, ceux-ci avaient arrêté le travail pour réclamer des augmentations de salaires équivalentes à celles récemment obtenues par les employés turcs de l’équipementier Bosch.

Lire la suite

Rassemblement le 28 mai devant le siège de Carrefour

Appel de la CGT Carrefour Market :

Dans le cadre des « week-ends de la colère » débutés le 6 février et devant l’attitude de la direction qui fait la sourde oreille, la Cgt organise un rassemblement devant le siège Carrefour France à Boulogne Billancourt le 28 mai entre 12h et 17h 33 avenue Emile Zola 92100 Boulogne Billancourt , métro Pont de Sèvres.

Carrefour

Ce rassemblement est destiné a dénoncer l’accord sur les salaires signé par FO, CFDT, CFTC, CGC et réclamer des salaires décents, les mêmes avantages pour tous les salariés du groupe Carrefour et de meilleures conditions de travail.

Nouvelles de la lutte des métallurgistes en Turquie

Après 13 jours de grève, les ouvriers de l’usine Renault de Bursa (Turquie) ont repris le travail ce matin après avoir obtenu la garantie qu’aucun travailleur ne sera sanctionné pour sa participation à la grève, le droit de s’organiser librement et d’élire librement leurs délégués ainsi que des primes et augmentations de salaires.

Ailleurs, dans les entreprises métallurgiques, l’exemple de Renault-Bursa continue de faire tâche d’huile. Ainsi, lundi 25 mai, 600 travailleurs ont débrayé à l’usine Ford Otosan de la province d’Eskişehir, se joignant ainsi au mouvement des ouvriers de Ford à Kocaeli.

Lire la suite