Lutte sans frontières contre la fermeture du site d’Areva à Dessel

Lang leve de internationale solidariteit ! Vive la solidarité internationale ! Hoch die internationale Solidarität !

AFP, 8 novembre 2011 :

Des salariés de quatre sites européens d’Areva ont débrayé mardi pour dénoncer l’intention du groupe de fermer le site belge de Dessel (nord), a indiqué à l’AFP une responsable du comité de groupe européen, dans l’attente de la présentation d’un plan d’action le 12 décembre.

Les quatre sites européens de fuel ont débrayé pour soutenir les salariés de Dessel, où la direction a l’intention de fermer le site, a déclaré Maureen Kearney, responsable du comité de groupe européen qui regroupe les syndicats de plusieurs pays. La responsable n’a pas été en mesure de chiffrer la participation à ce mouvement.

Les unités concernées par ces débrayages qui ont duré deux heures étaient les sites français de Romans et Pierrelatte, le site de Lingen en Allemagne, ainsi que le site de Dessel.

Un mouvement de grève a par ailleurs touché l’usine de retraitement de déchets de Beaumont-La Hague (Manche), où des salariés se mobilisent régulièrement depuis plusieurs semaines, comme d’autres sites en France, contre la volonté de la direction de revoir des avantages accordés à ceux qui effectuent des travaux pénibles.

Mardi, jusqu’à 250 salariés de Beaumont-Hague ont érigé des barrages filtrants sur trois routes menant à l’usine, selon les gendarmes. La circulation a été fortement perturbée et des salariés non grévistes ont laissé leurs voitures sur les bas côtés de la route pour se rendre à leur travail à pied, a constaté un correspondant de l’AFP.

La direction a comptabilisé 25% de grévistes à l’appel de l’intersyndicale CGT-FO-CFDT-SPAEN-CFTC.

Les manifestants déploraient aussi l’état de santé des installations. Il y a beaucoup d’ennuis techniques parce que la maintenance est parfois insuffisante. Le seul objectif, c’est la réduction (des coûts), alors on ne fait que du curatif, pas de préventif, a déclaré Eric Vernel (CGT).

Au sujet de l’emploi et de l’avenir des sites, le fabricant de combustible nucléaire FBFC, filiale d’Areva, a annoncé le 25 octobre envisager de fermer l’usine belge (150 personnes) en raison de problèmes de surcapacité. Cette volonté a été confirmée aux syndicats fin octobre.

Or, dans un communiqué, le comité de groupe européen note que le site de Dessel est reconnu pour son excellent niveau de qualité et est rentable, et affirme que les salariés désabusés ne doivent pas rester sans solution.

En ce qui concerne la situation globale du groupe, qui suscite l’inquiétude des syndicats, les élus mettent en garde la direction sur la tentation éventuelle d’utiliser l’emploi comme la variable d’ajustement dans son plan d’action stratégique qui doit être présenté le 12 décembre.

Selon Mme Kearney, tout est suspendu à cette date, et les syndicats espèrent qu’un Comité de groupe européen se tiendra dans la foulée pour être mis au courant.

La Lettre de l’Expansion publiée lundi rapporte déjà que dans le cadre de ce plan, Areva prévoit notamment de vendre sa filiale américaine d’appareils de mesures nucléaires Canberra, numéro 1 mondial du secteur, qui compte 1.100 employés dans le monde et deux usines en France.

Interrogé par l’AFP, Areva, qui compte quelque 50.000 employés, n’a pas souhaité faire de commentaire sur ce sujet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s