Archives quotidiennes : 21/11/2011

Le gouvernement égyptien démissionne

Reuters, 21 novembre 2011 :

Les affrontements de ces trois derniers jours en Egypte entre forces de l’ordre et manifestants réclamant une transition démocratique ont fait au moins 33 morts lors de scènes de violence rappelant le pire de la « révolution du Nil ».

Des manifestants continuent de se masser sur la place Tahrir du Caire, en Egypte, le lundi 21 novembre 2011, après l'annonce de la démission du gouvernement intérimaire.

Tous les membres du gouvernement intérimaire ont démissionné dimanche, a annoncé lundi le porte-parole du cabinet, Mohamed Hegazy.

Selon la chaîne de télévision qatarie Al Djazira, le Conseil suprême des forces armées (CSFA) a accepté cette démission.

Mais cette information n’a pas été confirmée par le porte-parole du gouvernement, et une source militaire a indiqué que les généraux s’efforçaient de trouver un accord sur un successeur de l’actuel Premier ministre, Assam Charaf, avant d’accepter sa démission.

Lire la suite

En Egypte, la place Tahrir reprend feu

Libération, 21 novembre 2011 :

L’air est saturé de gaz irritants. Des centaines de jeunes Egyptiens, le visage recouvert d’un foulard, les yeux humides, montent au front, des morceaux de pavés dans les mains. Depuis samedi, la place Tahrir a recouvré ses allures révolutionnaires. Les affrontements ont commencé vers 13 heures, après que des policiers antiémeute, casqués et armés de bâtons, ont délogé par la force quelques centaines de personnes installées sur la place.

Pour la plupart activistes et familles de victimes de la révolution de janvier, ces manifestants avaient décidé d’occuper une nouvelle fois la place, au lendemain d’une grande manifestation contre le Conseil suprême des forces armées, qui dirige le pays depuis la chute de Hosni Moubarak. Par dizaines de milliers, les Egyptiens exigeaient un retour du pouvoir aux civils via l’organisation d’une élection présidentielle en avril et non en 2013 comme prévu par l’armée.

Lire la suite

Les protestations s’intensifient dans le « grand atelier du monde »

La Tribune de Genève, 21 novembre 2011 :

Plus de 7.000 salariés d’une fabrique de chaussures pour les marques Adidas, Nike et New Balance, du sud de la Chine, ont manifesté pour s’opposer à un potentiel projet de délocalisation vers une province du sud-est. D’autres Chinois se sont pour leur part opposés aux saisies de terres.

Les Chinois continuent de se révolter. Des milliers d’entre eux ont fait grève contre des licenciements et des réductions de salaires dans une fabrique de chaussures pour les marques Adidas, Nike et New Balance. Dans la province du Guangdong, ce mouvement social a provoqué des heurts avec la police causant de nombreux blessés, selon le China Labor Watch (CNW), groupe de défense des droits de l’homme.

Dans la même région, d’autres Chinois ont manifesté ce lundi contre la saisie de terres. Ils étaient des milliers à défiler dans la ville de Lufeng, selon les habitants. Cette manifestation intervient deux mois après des émeutes au même endroit et pour les mêmes motifs lors desquelles des manifestants avaient attaqué un commissariat et saccagé des véhicules. Des photos publiées sur le site de microblogs weibo montrent des manifestants portant des bannières sur lesquelles on peut lire : « A bas la dictature », « Punissons la corruption » ou « Redonnez-nous nos droits ».

Lire la suite

Le Caire : Vidéos des protestations et de la répression Place Tahrir

Reportage d’Al-Jazeera (en anglais) en direct du Caire, 20 novembre 2011 :

Reportage d’Euronews (en français), 21 novembre 2011 :

Lire la suite

Plus de vingt manifestants tués en Egypte

Le Monde avec avec AFP et Reuters, 21 novembre 2011 :

A huit jours du premier scrutin législatif depuis le départ de Hosni Moubarak, la tension est montée en Egypte entre le gouvernement de transition et la rue. Vingt-deux personnes ont trouvé la mort depuis le début des affrontements qui ont éclaté samedi 19 novembre sur la place Tahrir, au Caire. Certains sont morts par balles, les autres par asphyxie après que la police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Plus de 750 personnes ont été blessées dans la capitale, selon le ministère de la santé. Et les heurts se poursuivaient lundi matin avec des tirs de grenades lacrymogènes sur des centaines de manifestants répartis en petits groupes place Tahrir.

La police antiémeute avait déjà tiré des gaz lacrymogènes dans la nuit pour contenir la foule près du ministère de l’intérieur, à proximité de la place. Ces scènes de violence, d’une moindre ampleur, rappellent les affrontements de la révolte contre le régime Moubarak du début de l’année.

Lire la suite

IPSOS : L’arnaque de la « prime Sarkozy »

Article publié dans « Communisme-Ouvrier » n°14 (novembre 2011), bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Face à la multiplication des luttes pour les salaires, Sarkozy a instauré une prime pompeusement appelée « prime de partage des profits » pour les entreprises de plus de cinquante salariés ayant augmenté les dividendes reversés aux actionnaires.

En fait, cela ne concerne qu’à peine un salarié sur dix, et en plus, dans bien des entreprises, le montant est tellement ridicule que cela apparaît comme une véritable provocation pour les travailleurs. Chez Securitas, le montant de cette prime annuelle devrait être… entre 3,5 et 7,5 euros ! Chez IPSOS, la direction a d’abord proposé 6 euros, avant d’accorder généreusement 24 euros par salariés. Face à cette provocation, les salariés d’IPSOS se sont mis en grève pour réclamer 1.000 euros. Le 25 octobre, après 17 jours de grève, les salariés ont voté la reprise après avoir obtenu une prime de 300 euros. Comme quoi, face au mépris des patrons, la lutte paie !

Grève des travailleurs d’Algérie Télécom

El Watan, 21 novembre 2011 :

Les travailleurs d’Algérie Télécom ont déclenché, hier, un mouvement de protestation à Alger et dans plusieurs wilayas.

Cette grève nationale a paralysé ce secteur sensible, en raison du refus «obstiné» de leur tutelle de procéder à une augmentation de l’ordre de 30% des salaires. Des clients qui se sont rendus dans les différentes antennes d’Algérie Télécom de la capitale pour s’acquitter de leurs factures d’internet se sont vu signifier de s’adresser aux services d’Algérie Poste. Selon des travailleurs rencontrés à l’antenne d’Algérie Télécom du quartier 1er Mai, la réunion du conseil d’administration, qui s’est tenue samedi, a opposé une fin de non-recevoir à leur demande d’augmentation de salaire, à l’instar des autres travailleurs qui ont bénéficié de revalorisations conséquentes.

Lire la suite