Archives de Tag: Union Européenne

BourgeoisExit : Pour les Etats-Unis Socialistes d’Europe de Reykjavík à Ankara !

Article de Camille Boudjak publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

La victoire du « Brexit » en Grande-Bretagne a fait couler beaucoup d’encre. Les milieux nationalistes de gauche, entre autre, y voient une « victoire contre l’austérité » quant ce n’est pas une « victoire face à la bourgeoisie ». Depuis plusieurs années déjà, tout un milieu dénonce régulièrement l’Union Européenne, l’Euro, les critères de Maastricht, etc. comme source de tous les maux et mène campagne pour le retrait de l’Union Européenne, jouant parfois y compris avec les sentiments chauvins les plus puants et les plus dangereux, à termes, pour l’unité de la classe ouvrière.

Retour sur le Brexit

Il convient tout d’abord, comme après 2005 où certains célébraient une « victoire du non de gauche » en France, de ne pas se bercer d’illusions. En 2005, bien malin celui qui pouvait différencier les bulletins « non de droite » des « non de gauche ». Une partie de la gauche et même de l’extrême-gauche a certes fait campagne pour le « non » mais on trouvait aussi des réactionnaires comme Le Pen, Pasqua ou Devillers. En Grande-Bretagne, si des groupes d’extrême-gauche ont fait campagne pour un « Leftxit » (un « Brexit » de gauche), comme le SWP ou le Parti Communiste Britannique, d’autres ont fait à l’inverse campagne pour le maintien dans l’Union Européenne (comme Workers Liberty, Left Unity ou Socialist Resistance), ces organisations n’ont eu qu’un poids minime dans le résultat du référendum. Les principales forces politiques qui ont fait campagne pour le Brexit sont l’UKIP (extrême-droite) et l’aile droite du parti conservateur. Laisser entendre qu’un vote pour lequel a milité le fan club de Margareth Tatcher pourrait être un « vote de classe » voir une « victoire de la classe ouvrière », c’est au mieux mettre des ornières, au pire se moquer du monde. D’ailleurs, avant même le Brexit, la Grande-Bretagne avait déjà négocié des exemptions sur plusieurs directives de l’Union Européenne, dont celle qui limite le temps de travail à 48 heures hebdomadaires.

Lire la suite

Publicités

Des « esclaves d’État » nord-coréens en Europe

La Croix, 28 juillet 2016 :

Pyongyang aurait envoyé des milliers d’« ouvriers forcés » en plein cœur de l’Europe, a affirmé, mercredi 6 juillet, une ONG de défense des droits de l’homme.

Pour contrôler ces travailleurs, le régime menacerait leurs familles restées au pays.

Lire la suite

« Brexit » : Le repli nationaliste sans perspective

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Le référendum sur le « Brexit », a donné une majorité à la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne. En France comme ailleurs en Europe, des partis et politiciens nationalistes appellent à faire de même.

workerseurope

Ce résultat n’est en rien une victoire pour les travailleuses et travailleurs. Le fait d’avoir, par exemple, maintenu la Livre au lieu d’intégrer l’Euro n’a en rien améliorer le niveau de vie de la classe ouvrière britannique. Que parmi les principales forces politiques qui ont milité pour le « Brexit » on trouve, outre l’extrême-droite, l’aile droite du Parti Conservateur, montre à quel point cette sortie de l’Union Européenne n’est en aucun cas une victoire pour les forces progressistes et le mouvement ouvrier. La sortie de l’Union Européenne n’offrira pas le moindre pound d’augmentation aux salarié-es, retraité-es et privé-es d’emploi qui depuis des décennies subissent, outre-Manche comme partout dans le monde, politiques d’austérité et attaques anti-ouvrières.

Lire la suite

L’UE se prépare à sous-traiter la « gestion des migrants » avec Omar El Bechir

Trois mois après un accord de la honte à propos des réfugiés avec le régime autoritaire d’Erdogan en Turquie, les Etats de l’Union Européenne s’apprêtent à aller encore plus et à sous-traiter la « question des migrants » avec des dictatures comme l’Érythrée, l’Ethiopie et même le Soudan.

Rappelons concernant le Soudan, que l’Etat est toujours dirigé par Omar El Bechir, dictateur poursuivi par la Cour Pénale Internationale pour :

Lire la suite

Opposée à la politique migratoire de l’UE, MSF refuse l’argent européen

Le Monde, 17 juin 2016 :

Depuis des mois, la colère des « French doctors » montait. Cette fois, la décision est prise. Le secrétaire général international de Médecins sans frontières (MSF), Jérôme Oberreit, l’annonce dans une conférence de presse organisée à Bruxelles : MSF ne veut plus recevoir d’argent européen. Par ce geste, l’ONG marque son « opposition à la politique de dissuasion menée par l’Europe. Une politique qui consiste à repousser les gens avec leurs souffrances, loin de côtes européennes », précise M. Oberreit dans un communiqué.

L’accord entre l’UE et la Turquie a joué un rôle important dans cette décision. « Ce deal a mis à mal le concept même de réfugié et a mis en danger l’idée de protection offerte par les Etats », rappelle le secrétaire général. « Trois mois après l’accord UE-Turquie, que les gouvernements européens revendiquent comme un succès, les gens qui ont besoin de protection sont les grands laissés-pour-compte », soulignent les humanitaires.

Lire la suite

Accord de la honte entre l’Union Européenne et le régime d’Erdogan

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Ce 18 mars, les 28 Etats de l’Union Européenne ont signé un accord avec le régime d’Erdogan pour expulser tous les réfugiés qui arrivent en Grèce, y compris celles et ceux qui fuient la guerre en Syrie, vers la Turquie.

welcoim

Depuis plusieurs mois, le régime d’Erdogan multiplie les atteintes aux droits humains, réprime les journalistes, les féministes, les syndicalistes, et plus largement toutes celles et tous ceux qui critiquent sa politique. Dans les zones majoritairement kurdes, ce même régime mène une véritable guerre contre la population civile, transformant des villes comme Cizre en champs de ruines.

Lire la suite

Deux Aylan par jour, ça continue

Libération, 19 février 2016 :

En moyenne, depuis septembre, deux enfants migrants meurent chaque jour dans l’est de la Méditerranée – en mer Egée – en tentant de rejoindre l’Europe. Rien n’a donc changé depuis que le monde s’est ému du sort du petit Aylan Kurdi, retrouvé noyé sur une plage turque début septembre. Ces chiffres, donnés ce vendredi par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Haut Commissariat aux réfugiés et l’Unicef, confirment ce que Libération avait déjà dénoncé le 5 novembre en titrant «Chaque jour, deux Aylan». Depuis Aylan, 340 enfants sont morts selon le comptage de ces agences, mais ils pourraient être plus nombreux, des corps disparus en mer échappant au décompte macabre.

Des gendarmes turcs ramassent le corps d’un enfant retrouvé sur une plage du district de Bademli le 30 janvier.

On estime que 36% des migrants en mer Egée sont des enfants, un pourcentage en hausse qui risque d’accroître le nombre de décès. «C’est une catastrophe humanitaire en cours, dénonce le directeur général de l’OIM, William Lacy Swing. Il ne suffit pas de compter les vies. Il faut agir. Ce problème ne concerne pas seulement la Méditerranée ou l’Europe. Il faut un engagement mondial.» Swing compare la situation en mer Egée au tremblement de terre en Haïti en 2010 ou au tsunami asiatique de 2004 : «Ces désastres ont provoqué un sursaut d’aide humanitaire. Il faut faire de même.»

Lire la suite