Loi Travail : Gattaz qualifie les travailleuses et travailleurs en lutte des « voyous »

Le patronat n’en peut plus et le fait savoir par son porte-parole Pierre Gattaz. Après les pleurnicheries de MEDEF – Normandie et de CGPME de la semaine dernière, c’est à Gattaz d’exprimer personnellement son « ras-le-bol » dans le quotidien bourgeois « Le Monde ».
Sans aucun obstacle, Gattaz se lâche contre les grèves, les travailleuses et travailleurs en lutte allant jusqu’à les qualifier de « voyous et terroristes » , appelant à « l’Etat de droit » et menaçant de quitter les négociations. Tout ça en jonglant en toute liberté entre mensonges, propagande de peur et d’angoisses, et menaces.

image

S’attaquant aux blocages c’est bien au droit de grève que MEDEF se prend. S’attaquant à  la CGT et à la FO, c’est bien toutes les travailleuses et tous les travailleurs que Gattaz attaque.

Extraits :

« Le président du Medef manifeste un « ras-le-bol » deux mois et demi après les premières manifestations contre le projet de loi El Khomri. « Le pays n’a pas besoin de cela. Ces blocages, qui sont la plupart du temps illégaux, vont créer du chômage. C’est pourquoi nous demandons le retour de l’Etat de droit. » Il demande par ailleurs au gouvernement de ne surtout pas reculer. « Faire respecter l’Etat de droit, ajoute-t-il, c’est faire en sorte que les minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes, ne bloquent pas tout le pays. (…) Quand le syndicat du livre-CGT empêche la parution de quotidiens au motif que ceux-ci ont refusé de publier le tract de monsieur Martinez, il me semble que l’on est dans une dictature stalinienne ». (En attendant Gattaz a sa tribune quand il le veut)

Sur le rôle des syndicats
Très virulent à l’égard de la CGT et de son secrétaire général, Philippe Martinez, il décrit un syndicat à la « dérive », « en décalage avec les attentes des salariés » qui « bafouent les lois républicaines ». La CGT « se radicalise, elle se politise. Pour moi, le sigle CGT est égal à chômage. »

Questionné sur sa méfiance à l’égard des syndicats, Pierre Gattaz estime qu’il « faut arrêter de penser que le dialogue social doit être institutionnalisé, bureaucratisé, formaté ». « Le dialogue social ne peut pas être imposé avec des partenaires qui ont un tel comportement ou de telles idéologies », dit-il à propos de la CGT et de FO, épargnant au passage la CFDT et son secrétaire général, Laurent Berger. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s