Archives de Tag: MEDEF

Action des intermittents dans les locaux du MEDEF à Paris

Plusieurs dizaines de personnes ont occupé les locaux du MEDEF à Paris. A cette occasion une banderole a été déployée au deuxième étage :  » le déficit de l’Unedic masque les profits du patronat ».

image

Malgré la propagande du MEDEF selon laquelle un salarié aurait été molesté et violenté par les manifestant-es, c’est bien un manifestant qui aurait été agressé par le directeur de sécurité du MEDEF  (sources militantes sur place).

Lire la suite

Publicités

Loi Travail : Gattaz qualifie les travailleuses et travailleurs en lutte des « voyous »

Le patronat n’en peut plus et le fait savoir par son porte-parole Pierre Gattaz. Après les pleurnicheries de MEDEF – Normandie et de CGPME de la semaine dernière, c’est à Gattaz d’exprimer personnellement son « ras-le-bol » dans le quotidien bourgeois « Le Monde ».
Sans aucun obstacle, Gattaz se lâche contre les grèves, les travailleuses et travailleurs en lutte allant jusqu’à les qualifier de « voyous et terroristes » , appelant à « l’Etat de droit » et menaçant de quitter les négociations. Tout ça en jonglant en toute liberté entre mensonges, propagande de peur et d’angoisses, et menaces.

image

S’attaquant aux blocages c’est bien au droit de grève que MEDEF se prend. S’attaquant à  la CGT et à la FO, c’est bien toutes les travailleuses et tous les travailleurs que Gattaz attaque.

Lire la suite

(Leur société) Loi Travail : la lutte des classes, la classe en lutte mettent Gattaz en colère

Pour le patron des patrons, les discussions sur la Loi Travail ne vont pas assez vite. En plus il y a trois points qui seraient problématique pour le patronat :  le mandatement syndical obligatoire pour les petites entreprises sans représentants du personnel, c’est-à-dire la négociation des accords d’entreprise avec des salariés mandatés par un syndicat, le compte personnel d’activité (CPA) et la surtaxation des CDD (qui ne fait d’ailleurs même pas -encore? – partie du projet de loi).

Ce qui, disons-le clairement, ne représente absolument rien par rapport à TOUS les points dont le monde du travail exige tout simplement le retrait.

image

Et toujours le même refrain sur  » nous voulons créer des emplois », « il nous faut tout ça pour créer des emplois »… bref le même refrain comme avant chaque mesure ou loi anti-ouvrière suivi par, non les emplois, mais encore plus de licenciments. Ca répond en partie à la question de MEDEF : comment revenir à plein-emploi.

Le commentaire du représentant des patrons par rapport au mouvement de protestation est très intéressant. Pour Gattaz,
l’attitude de « lutte des classes » et de « détestation de l’entreprise et de l’économie de marché » adoptée, selon lui, par la CGT et FO (entendre : « travailleuses et travailleur ») est « déplorable » et qu’ il faut surtout sortir de « logique absurde de donnant-donnant ».

Ca tombe bien, les travailleuses et travailleurs en lutte contre la « Loi Travail » ne comptent pas négocier, non plus.

Concernant les menaces de Gattaz de quitter la table des négociations UNEDIC et par la même occasion laisser le gouvernement décider des suites, on voit  très mal en quoi ca le dérangerait vraiment de laisser place aux ministres profondément « anti-chomeurs » prêts à aller encore plus loin dans la casse d’allocation-chômage que ses propres négociateurs.

Ci-dessous, l’article paru dans le monde :

Lire la suite

Nouvelle manifestation des intermittents du spectacle à Toulouse

france3-regions, 18/03/2015

La Coordination des Intermittents et Précaires a appelé  à un rassemblement devant le Théatre Daniel Sorano à Toulouse à 14h. Une trentaine de manifestant a ensuite tenté de pénétrer dans les locaux du Medef mais en a été empêché par la police.

intermitt

Les intermittents demandent l’abrogation  de l’accord du 22 mars 2014.
Selon un communiqué de la Coordination, « pour toute personne ouvrant des droits de misère, la nouvelle règle qui oblige d’aller jusqu’à l’épuisement de ses  droits afin de profiter de « droits rechargeables » est une calamité : c’est la peine de misère perpétuelle.
Nous sommes d’ailleurs aujourd’hui de plus en plus confronté-es à des situations dramatiques : perte des droits, contrôles de Pôle emploi, personnes bloquées au régime général et dont l’accès  à des régimes spécifiques (intermittence, intérim,..) est devenue mission impossible. » Lire la suite

Elise Lucet au patron de Sanofi : vous gagnez « 508 fois le smic, ce n’est pas trop ? »

Vidéo ajoutée le 3 mars 2015 sur Youtube :

Extrait de L ‘émission Cash investigation ce mardi 3 mars sur France 2.

midilibre.fr, 3/03/2015 :

L’émission Cash investigation ce mardi 3 mars sur France 2 s’en prenait aux « actionnaires qui prennent nos emplois » à revoir sur FranceTvInfo. Un extrait montre la journaliste Elise Lucet interpellant le patron de Sanofi sur sa rémunération. Lire la suite

CICE : champagne pour les patrons, pain sec pour les salariés

humanite.fr, 4 Décembre

Dans l’Aube, 17 millions d’euros ont été distribués aux entreprises en 2013 
en crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE). Dans un département où le chômage
 a bondi de 8,3 % en un an. Trois illustrations d’un scandale.
François Hollande et le président du Medef, Pierre Gattaz, le 21 janvier 2014 à l'Elysée. Photo Philippe WOJAZER / AFP

François Hollande et le président du Medef, Pierre Gattaz, le 21 janvier 2014 à l’Elysée.
Photo Philippe WOJAZER / AFP



Troyes (Aube), envoyée spéciale. « Quand la nation, à travers le Parlement, consent et va consentir un effort de 40 milliards d’euros pour les entreprises, pour la compétitivité, pour baisser la fiscalité et pour baisser les charges, chacun doit être à la hauteur de ses responsabilités », a lancé, hier, Manuel Valls à l’attention du Medef.

Lire la suite

Le MEDEF pour de nouvelles attaques contre la classe ouvrière

Actu Orange, 11 septembre 2014 :

Le Medef veut profiter de « l’amour » que porte pour les entreprises le Premier ministre Manuel Valls pour proposer des mesures explosives afin de créer un million d’emplois. Promesse du patron des patrons, Pierre Gattaz.

« Il faut tout mettre sur la table pour faire sauter les blocages « , a assuré un proche de Pierre Gattaz à Europe 1. Ainsi, d’après la radio, le patronat veut la suppression pure et simple de deux jours fériés, ainsi que du Smic. C’est le modèle économique et social français dans son ensemble que veut revoir le Medef. Il veut toujours plus de flexibilité : les entreprises doivent pouvoir aménager le temps de travail en fonction de leurs contraintes, de leurs activités et aussi de la volonté des salariés.

Lire la suite