Etat d’urgence contre les chômeurs

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

A l’heure où les chômeurs sont déjà quasiment rendus responsables du chômage, subissant contrôles et sanctions, et où les agences Pôle Emploi ne seront bientôt plus ouvertes les après-midi au public, François Hollande a dévoilé le 18 janvier dernier, lors de ces vœux au Conseil économique, social et environnemental (CESE), un ensemble de pistes visant à « lutter contre le chômage ».

Ainsi, l’exécutif s’engage à « exonérer » les PME jusqu’à 250 salariés de cotisations sociales pour les personnes embauchées à un salaire proche du smic. Concrètement, l’Etat prendra à son compte la totalité des prélèvements (2 000 euros) pour tout recrutement de salarié payé entre 1 et 1,3 smic en CDI ou CDD de 6 mois. Cela revient à inciter l’embauche à bas salaire, alors que le salaire minimum ne suffit déjà plus aujourd’hui à boucler les fins de mois pour des millions de familles !

De plus, Hollande a appelé à revoir les règles d’indemnisation des chômeurs au même moment où un rapport de la cours des comptes évoque l’idée de n’appliquer la durée maximale d’indemnisation de 36 mois qu’au personnes de plus de 55 ans (contre 50 ans actuellement) ; et de baisser l’indemnisation en changeant le principe « un jour cotisé égale un jour d’indemnisé » en « un jour cotisé égale 0,9 jour indemnisé ».

A noté également que malgré l’invalidation l’an dernier par le Conseil constitutionnel du plafonnage des indemnisations en cas de licenciement sans cause réelles et sérieuses présent dans la Loi Macron, le gouvernement promet d’ores et déjà de revenir à la charge sur ce sujet pour, selon ses termes, « simplifier la rupture du contrat de travail ».

Et enfin, Hollande promet que des accords d’entreprise pourront fixer les taux de majoration ou le nombre d’heures supplémentaires et moduler le temps de travail. En clair, travailler plus pour gagner moins en permettant de généraliser encore plus les accords d’entreprise déjà existant sous forme de chantage à l’emploi au nom de la compétitivité. Cela n’augure rien de bon sur le sort que réserve ce gouvernement de combat au Code du Travail et à nos trop maigres droits restant.

Bref, alors que chaque jour amène ses plans de licencient et toujours plus de chômage, ce gouvernement soit disant socialiste nous ressert encore et toujours sa même politique au service du patronat : faciliter encore plus les licenciements, précariser encore plus les chômeurs et arroser d’aide le patronat en incitant les embauches à bas salaires dans des conditions de travail de plus en plus dégradées. La boucle est ainsi dire bouclée !

L’Initiative Communiste-Ouvrière refuse cette logique et dénonce la politique anti-ouvrière et anti-chômeur du gouvernement.

Publicités

Une réponse à “Etat d’urgence contre les chômeurs

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s