Archives de Tag: surrendettement

Témoignage. Un cri d’alarme pour « survivre »

Sans titre

D’après l’Humanité, 11/02/2014,

Patricia, 48 ans, subsiste depuis deux ans avec moins de 700 euros par mois. Une existence intenable qu’elle raconte dans une lettre adressée aux médias et aux élus.  Publier ce courrier est une « question de survie » pour elle.

«OBJET : DÉSESPOIR.» C’est par ces mots en majuscules, soulignés et en caractères rouges, que débute le «résumé de vie» de Patricia (1). Son appel à l’aide, rédigé dans son deux-pièces de Guéret, dans la Creuse. Car sa courte lettre, que nous publions en intégralité (lire ci-dessous), en dit bien plus sur la pauvreté que la dernière statistique de l’Insee. D’après ses derniers chiffres, datant de 2011, il y avait 8,8 millions de pauvres en France – un pays où il faut deux ans pour mesurer les niveaux de misère, quand trois mois suffisent à connaître la moindre inflexion du PIB.

« Mais combien de personnes qui souffrent ? » interroge Patricia, dans sa lettre envoyée le 1er février au préfet de la Creuse, à des dizaines de journalistes et d’élus de la République. Combien de femmes et d’hommes survivent, comme elle, avec un repas par jour. Combien survivent avec un frigo vide dès le 10 de chaque mois ? Lire la suite

Publicités

Ouarzazate : « Dégage micro-crédit, dégage ! »

Actualutte, 3 juillet 2013 :

Dans la région de Ouarzazate, au Maroc, 4600 personnes refusent de rembourser les prêts des organismes de micro-crédits, réclament l’audit de ces institutions et leur convocation devant les tribunaux. ATTAC/CADTM Maroc a rejoint ce mouvement populaire et fait de son combat contre ces crédits de la honte l’un de ses axes de lutte.

Les analyses et témoignages de Mina Amzil, Fatimazahra Elbelghiti et Rabia Elhouari (ATTAC/CADTM Maroc) démontrent encore une fois à quel point le micro-crédit se nourrit de la pauvreté des femmes et l’accentue jusqu’à mettre en danger leur santé physique et mentale, fonctionne main dans la main avec la Banque mondiale et constitue l’une des multiples facettes de la gestion néolibérale de la dette.

Lire la suite

Des pauvres plus pauvres et des riches plus riches, selon l’Insee

Nouvel Observateur, 24 avril 2013 :

En France, 1 enfant sur 5 vit dans une famille pauvre et le revenu moyen a globalement diminué. Une étude de l’Insee pointe le creusement des inégalités entre 1998 et 2010.

Après les révélations sur le patrimoine des ministres du gouvernement, qu’en est-il de celui des Français ? Une étude publiée par l’Insee mercredi 24 avril fait le point sur les revenus des ménages. Résultat : la crise de 2008 s’est traduite par le creusement des inégalités entre les Français et par l’augmentation de la pauvreté. L’enquête, dont les chiffres s’arrêtent en 2010, fournit aussi des données sur le niveau d’endettement de la population. Tour d’horizon des mauvaises nouvelles.

Lire la suite

Espagne : Pompiers et serruriers refusent les expulsions

L’Indépendant, 22 février 2013 :

Pompiers et serruriers ont rejoint cette semaine le mouvement social contre les expulsions de propriétaires surendettés en Espagne, une question très sensible dans l’opinion publique notamment après le suicide de plusieurs personnes qui ne pouvaient faire face à leurs dettes. Ces derniers jours, les pompiers de plusieurs régions, ainsi que l’Union des serruriers, ont refusé de répondre à des ordres de la justice qui leur demandaient d’ouvrir les portes de logements pour en expulser les occupants. « On ruinait la vie des familles et on nous transformait en bourreaux. Cela nous mettait très mal à l’aise et nous avons décidé de ne plus participer à cela », a expliqué à l’AFP David Ormaechea, le président de l’Union des serruriers. « Il ne s’agit pas de désobéissance civile », a-t-il ajouté.

Mardi, dans la ville de La Corogne en Galice, dans le nord-ouest de l’Espagne, face au refus d’un serrurier, la police a fait appel aux pompiers pour ouvrir la porte de l’appartement d’une femme de 85 ans qui n’avait pas payé son loyer. Mais les pompiers, arrivés sur les lieux accompagnés de dizaines de militants anti-expulsions, ont à leur tour refusé d’ouvrir la porte et quelques-uns se sont mêlés aux manifestants. Dans la foulée des pompiers galiciens, ceux d’autres régions comme la Catalogne et Madrid ont annoncé qu’ils refusaient de participer désormais aux expulsions. « Nous portons secours aux personnes en danger. C’est une contradiction d’aider les banques qui vont jusqu’à mettre en danger la vie des personnes », a affirmé à l’AFP Antonio del Rio, représentant syndical des pompiers de Catalogne.

Lire la suite

Annulation des dettes publiques et des dettes personnelles des travailleurs

Déclaration commune du Groupe Socialiste Internationaliste et de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Au mois de septembre 2012, le Groupe socialiste internationaliste a lancé un appel « pour la constitution de comités unitaires pour l’annulation de la dette » qui s’opposait au Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) et aux politiques d’austérité et réclamait à la fois l’annulation immédiate de la dette publique et de la dette privée des travailleurs.

Au même moment, l’Initiative communiste-ouvrière lançait une campagne « pour l’annulation de toutes les dettes personnelles » et réclamait dans sa plate-forme « l’annulation pure et simple de la dette publique ». Ces appels et nos analyses convergent sur de nombreux points :

Lire la suite

Des manifestants envahissent une succursale de Bankia à Madrid

Le Monde, 26 octobre 2012 :

Le suicide d’un homme, retrouvé pendu jeudi 25 octobre dans le sud de l’Espagne au moment où il devait être expulsé de son logement, a provoqué la colère des militants luttant contre les expulsions.

Une centaine se sont rassemblés en face d’une agence de la banque Bankia à Madrid et certains ont décidé de s’y installer. « Ça sera notre nouvelle maison », lance l’un d’eux en entrant dans cette agence à deux pas de la Puerta del Sol, lieu emblématique des manifestations des indignés espagnols.

Lire la suite

Tout augmente… sauf les salaires

Tract de l’Initiative Comuniste-Ouvrière : 

Un français sur cinq est à découvert tous les mois. Près de 9 millions vivent en dessous du seuil de pauvreté (964 € par mois). Il y a officiellement plus de 3 millions de chômeurs, sans compter toutes celles et ceux qui sont radiés sous des prétextes futiles, et plus de 10% de chômeurs. Voilà la situation réelle que vit la classe ouvrière, les salariés et les chômeurs aujourd’hui.

Cette année, le prix du gaz a augmenté de 8,4%, malgré les promesses de François Hollande. pendant que GDF fait des bénéfices énormes (plus de 90 millions d’euros par an !), les sept millions de personnes qui se chauffent au gaz en France vont devoir se serrer la ceinture encore un peu plus.

Lire la suite