Archives de Tag: suicide

Après Toulouse, Le Havre : les véritables casseurs de l’hôpital public sont aussi des assassins !

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Ah, ils en ont eu des trémolos dans la voix tous ces politiciens quand il s’agissait d’instrumentaliser une poignée d’idiots qui avaient brisé des vitres d’isolation de l’hôpital Necker de Paris le 14 juin !

Mais la casse de l’hôpital, cela fait des années et des années qu’elle dure, et ce ne sont pas que des vitres, ce sont des êtres humains qui sont brisés par les suppressions de postes successives et les conditions de travail de plus en plus insupportables. De moins en moins de personnel, un sous-effectif chronique, de plus en plus de boulot, des jours de RTT supprimés, le harcèlement téléphonique et les pressions pour faire revenir au travail sur les jours de repos, des heures supplémentaires jamais payées ni récupérées qui s’accumulent, l’impossibilité de faire correctement son boulot,… voilà ce que signifient les dizaines de milliers de postes supprimés à l’hôpital public pour les ASH, aides-soignantes, infirmières et autres agents hospitaliers.

Lire la suite

Publicités

Montivilliers : émotion à l’hôpital après le suicide d’une infirmière

Paris Normandie, 29 juin 2016 :

Une infirmière du groupe hospitalier du Havre a mis fin à ses jours, vendredi 24 juin 2016. Son mari, lettre à l’appui, met en cause les conditions de travail de son épouse.

Drame au GHH (Groupe hospitalier du Havre) (Seine-Maritime). Vendredi 24 juin 2016, une infirmière, diplômée d’État, en poste depuis une vingtaine d’années dans l’établissement, a mis fin à ses jours, en laissant une lettre à son mari. Un homme dévasté qui s’est invité à la minute de silence organisée à la mémoire de sa femme, par l’intersyndicale Sud, CGT et CFDT, mardi 28 juin 2016, à midi, pour exprimer sa tristesse et sa colère.

Lire la suite

Le chômage et le suicide des chômeurs

Etude réalisée par le Comité des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires CGT du Territoire de Belfort en septembre 2015.

chomsuicideVoir le document en PDF : SUICIDE DES CHÔMEURS

Émoi à l’agglo de Châtellerault après une tentative de suicide

Il y a dix jours, un agent de l’agglo de Châtellerault a tenté de se jeter par la fenêtre du bureau du directeur général. Une enquête interne a été diligentée.

1.200 agents travaillent au sein de la collectivité de Châtellerault (Ville, agglo, CCAS).

1.200 agents travaillent au sein de la collectivité de Châtellerault (Ville, agglo, CCAS).

Dans un premier temps, l’histoire était restée assez confidentielle. Elle a été mise sur la place publique par deux syndicats de la collectivité châtelleraudaise, la CGT et Sud.

Les faits. Mercredi 3 juin, en début d’après-midi, un agent du service financier de la communauté d’agglomération du Pays châtelleraudais est reçu en mairie dans le bureau du directeur général des services, Olivier Roussarie. Lire la suite

Troisième suicide de salarié de l’Office national des forêts depuis janvier

Charente Libre, 11 juin 2015 :

Un ouvrier forestier a mis fin à ses jours le 1er juin, portant à trois le nombre de suicides de salariés de l’Office national des forêts (ONF) depuis janvier, a-t-on appris jeudi auprès de syndicats, la direction soulignant l’absence de lien démontré à ce stade avec le travail.

L’homme, en arrêt longue maladie, s’est tué le jour où il devait reprendre son travail, près de son domicile dans les Côtes-d’Armor, a confirmé la direction de l’ONF. « Il devait reprendre lundi 1er juin, on avait organisé pour lui une visite médicale de reprise et une rencontre avec une cellule d’écoute car nous avions connaissance d’une fragilité de cette personne. Mais il a déprogrammé en prétextant une obligation personnelle », explique Yves Ducos, responsable de la délégation « Centre-Ouest Auvergne Limousin ».

Lire la suite

Mon collègue de LIDL s’est suicidé : il faisait le travail de 3 personnes

Après coup, on se dit comme le collègue de Yannick : « Je m’en veux de ne pas avoir pu déceler son mal-être … ». Dans nos services municipaux, dans nos usines, dans nos boites…, des collègues se retrouvent aussi dans une détresse totale, induite par toujours plus de pression pour servir toujours plus de profits. Stopper la machine avant qu’il ne soit trop tard. Lidl doit prendre acte.

Yannick, 33 ans, s'est suicidé dans les entrepôts de LIDL à Rousset.  (P. STOLLARZ/AFP)

Yannick, 33 ans, s’est suicidé dans les entrepôts de LIDL à Rousset.
(P. STOLLARZ/AFP)

leplus.nouvelobs.com, 5-06-2015

Témoignage :

Vendredi 29 mai, Yannick, 33 ans, employé du groupe de distribution LIDL, s’est suicidé dans les locaux d’un entrepôt à Rousset (Bouches-du-Rhône). Pour ses collègues, son geste serait lié à une surcharge de travail et une pression grandissante de sa hiérarchie. Marc C. travaillait avec Yannick. Pour lui, il est primordial que l’entreprise reconnaisse sa part de responsabilité. Lire la suite

Suicide d’un salarié de Lidl à Rousset : La CGT dénonce les conditions de travail

lamarseillaise.fr, 2/06/2015

Un salarié de l’entrepôt régional s’est donné la mort dans la nuit du 29 au 30 mai. Il était, aux dires de la CGT, soumis à un stress quotidien.

Une enquête va être menée par l’administration du travail pour déterminer les causes de ce geste. DR

Une enquête va être menée par l’administration du travail pour déterminer les causes de ce geste. DR

Un salarié de Lidl* s’est donné la mort vendredi dans l’entrepôt régional du magasin à Rousset, où il était en poste depuis une dizaine d’années. Il avait 33 ans. Cette macabre découverte est survenue après plusieurs heures de recherche du salarié, dont la disparition avait été signalée par son épouse : « Elle nous a alertés vendredi vers 17h, s’inquiétant de ne pas le voir rentrer pour aller chercher leur enfant à l’école », relate Christophe Polichetti, secrétaire général CGT. Les recherches se poursuivent jusqu’à 1h du matin. « L’un de nous s’est alors souvenu du petit local qui s’ouvre avec un code digital, dans l’entrepôt ». Le code ne fonctionnant pas, l’homme enfonce la porte : son collègue est là, pendu à une chaîne en acier fermée par un cadenas. Le choc est violent : « Je suis arrivé dès que j’ai su, témoigne Christophe. Le directeur régional** était déjà là ». Lire la suite