Archives de Tag: racisme d’Etat

Danemark, Suisse, Allemagne : la confiscation des biens des migrants s’étend en Europe

Le Monde, 26 janvier 2016 :

Dissuader les migrants de venir au Danemark. L’objectif du projet de loi sur l’immigration, adopté à une écrasante majorité mardi 26 janvier par le Parlement danois, est on ne peut plus clair. Quitte à mettre en place des mesures qui font bondir les défenseurs des droits de l’homme : comme celle sur la confiscation d’une partie de leurs biens.

Il est « raisonnable que l’Etat ne paie pas pour ceux qui peuvent le faire par eux-mêmes », fait valoir la ministre de l’intégration danoise, opposée à l’immigration, Inger Stojberg. Il s’agit d’un dispositif contraire aux « standards européens et internationaux de protection des droits de l’homme », s’indigne le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU.

Lire la suite

Au Danemark, le gouvernement défend la spoliation des biens des réfugiés

L’Obs, 18 décembre 2015 :

Le gouvernement danois a défendu ce vendredi son projet controversé de confisquer bijoux et autres effets de valeur aux migrants pour financer leur accueil. Une mesure qualifiée par ses opposants de dérive autoritaire et qui rappelle la spoliation des juifs.

« L’idée de saisir les bijoux de personnes en fuite a une connotation particulièrement amère en Europe, où les Nazis ont confisqué une grande quantité d’or et d’objets de valeur aux Juifs et à d’autres », écrit par exemple le « Washington Post », en référence à la Seconde Guerre mondiale.

Lire la suite

France fausse terre d’asile

Le Canard Enchaîné, 12 août 2015 :

ffta

Des garde-côtes grecs tentent de couler des migrants

Le Nouvel Observateur, 14 août 2015 :

La scène a été filmée entre la côte turque et l’archipel grec du Dodécanèse il y a quelques jours par des pêcheurs turcs.

Ils sont arrivés et ont transpercé l’embarcation gonflable des migrants. Et le bateau coula. Cette scène a été filmée entre la côte turque et l’archipel grec du Dodécanèse il y a quelques jours par des pêcheurs turcs, rapporte vendredi 14 août France Info. C’est le quotidien turc « Hürriyet » qui a découvert la vidéo.

Lire la suite

Maroc: arrestations massives de migrants subsahariens à Tanger

PressAfrik, 4 juillet 2015 :

Deux Ivoiriens ont trouvé la mort en marge d’opérations d’évacuations forcées menées par la police marocaine à Tanger, depuis le début de la semaine. Les arrestations massives de migrants subsahariens qui se déroulent ont abouti à des détentions et déportations « en dehors de tout cadre légal », selon le Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants.

La vague d’arrestations de migrants subsahariens qui a débuté lundi 29 juin par l’évacuation d’immeubles occupés illégalement dans le quartier de Boukhalef, à Tanger, se poursuit. Vendredi une opération de police a été menée dans un autre quartier de la ville, à proximité de l’aéroport.

Lire la suite

Rassemblement ce mardi après les violences policières de lundi

Vu sur le site du Ministère de la régularisation de tous les sans-papiers :

Mardi 9 juin rassemblement à 18h pour soutenir les migrants victimes de l’État devant la halle Pajol Paris 18éme au métro Marx Dormoy ligne 12 pour protester contre les violences d’État et de sa police.

Besoin de beaucoup de personnes pour apporter un soutien aux victimes du Pouvoir Socialiste et de sa police, la même que celle de Sarkozy voir pire. Faites passer svp l’information sur un maximum de listes de soutiens, merci.

Lire la suite

Mineurs étrangers isolés – Une histoire de gosses broyés par l’Etat

Article de « Communisme-Ouvrier n°53 » , bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

« Y a-t-il une place de libre chez vous pour aujourd’hui ? Parce que là … » , nous a lancé une travailleuse sociale en passant la porte de l’un d’une longue liste de squats ouverts dans cette ville de Nord-Ouest de France pour héberger les personnes expulsé-e-s des centres d’hébergement d’urgence. « Je n’ai vraiment pas le choix là. La petite n’a que 15 ans et vient d’arriver. Le Conseil Général est en train de vérifier son dossier. On ne peut pas la laisser à la rue. »

affiche-tests-osseux-2015-600

De la place, on n’en avait plus et on était sous le coup d’expulsion. Les flics pouvaient arriver à n’importe quel moment pour expulser les résidents du squat, majoritairement les familles avec enfants, dont les demandes d’asile étaient toujours en cours d’être étudiées et à qui la préfecture avait refusé le financement de l’hébergement par « faute de moyens », disaient-ils.

Lire la suite