Archives de Tag: Vranken-Pommery

Luttes des travailleurs du champagne

L’Union, 26 avril 2014 :

Après un début de troisième semaine de grève durcie, les ouvriers des maisons de champagne Moët & Chandon ont repris le travail hier. Ceux de la maison Veuve Clicquot ont fait de même ce matin.

La rencontre des délégués CGT avec le président de Moët & Chandon, hier après-midi, a été plutôt fructueuse. « Elle a été rapide, car chaque partie savait où aller. Stéphane Baschiera, le président, a maintenu sa position, en se calant sur l’accord de la convention collective du champagne, mais nous sommes tombés d’accord sur un protocole de sortie de conflit », détaille Grégory Pichot, délégué CGT chez Moët & Chandon. En clair, la direction appliquera le 1 % d’augmentation de salaire conclu par le syndicat du champagne en début d’année, mais les délégués syndicaux ont obtenu un deuxième accord permettant d’apporter un complément de 0,5 % aux salaires. « Chacun a tenu ses positions. » Ce qui a permis une sortie de conflit dès hier matin et de reprendre l’activité de production sur les quatre sites de la maison.

Lire la suite

Publicités

Grève dans les maisons de Champagne

France 3 Champagne-Ardennes, 7 avril 2014 :

95% des salariés de la branche production de Vranken-Pommery ont débrayé ce 7 avril 2014 à Tours-sur-Marne. Il réclament de meilleurs primes d’intéressement. Mouvements aussi chez Moët & Chandon et Veuve Clicquot qui appartiennent au groupe LVMH.

1200 euros de prime par an en plus. C’est la revendication principale des syndicats chez Vranken-Pommery. Le mouvement, très largement suivi, demande une harmonisation des rémunérations entre les sites de Tours-sur-Marne et de Reims. Les employés menacent de mener des action plus visibles devant le siège de la maison-mère à Reims.

Pour l’instant les salariés se contentent de faire des débrayages d’un quart d’heure plusieurs fois par jour devant les sites de production.

Lire la suite

Parfum de grève chez Vranken-Pommery

L’Union, 4 juillet 2012 :

REIMS/TOURS-SUR-MARNE (Marne). Les critères financiers n’ayant pas été atteints, la prime d’intéressement a fondu. Les salariés des sites de production ne l’entendent pas de cette oreille.

C’est une première dans la structure. Les employés des deux sites de production de Vranken-Pommery ont simultanément observé un mouvement de grève hier à Tours-sur-Marne, et à Reims. Un simple avant-goût d’un mouvement social qui promet de se durcir à la fin du mois d’août, préviennent déjà les syndicats, soit juste avant la vendange.

En cause, notamment, le montant de la prime d’intéressement « qui a chuté de 2 700 € à 300 € », pour l’année 2011, souligne Noël Sainzelle, secrétaire du comité central d’entreprise de Vranken Pommery production. Depuis le 1er janvier 2011, le personnel de Pommery et celui de Vranken font désormais partie d’une même structure de location-gérance. L’ensemble des accords d’entreprise ont été renégociés, permettant aux ex-salariés Vranken de bénéficier des mêmes avantages salariaux que ceux de Pommery. « Nos salaires ont augmenté d’un côté, mais l’intéressement a littéralement chuté alors que nous nous aurions dû toucher le même qu’avant », poursuit-il.

Lire la suite