Archives de Tag: Verallia

Châteaubernard : Verallia en grève deux heures par jour

La Charente Libre, 12 mai 2016 :

Le site Verallia de Châteaubernard subit une grève reconductible de deux heures par jour depuis le 13 avril dernier. Selon Dominique Spinali, délégué CGT, «une grande majorité» des 340 salariés charentais du fabriquant de bouteilles suit le mouvement.

«On a perdu du pouvoir d’achat depuis la vente de Verallia par Saint-Gobain au fonds de pension américain Apollo en octobre dernier», souligne le représentant CGT qui estime à 1.100€ la baisse de revenus par salarié: «600€ de moins sur la prime d’intéressement et 500 sur la prime de participation.» Au-delà des revendications sur ces primes, Dominique Spinali pointe des craintes «bien plus importantes» sur l’avenir de Verallia et les conditions de travail: «On a peur. Comment comprendre la stratégie actuelle des dirigeants qui misent sur l’épuisement, laissent filer nos clients à la concurrence?»

Lire la suite

Publicités

Chalon-sur-Saône : une semaine de grève chez Verallia

Communiqué de la CGT – Saint Gobain Emballage Verallia :

De plus en plus de salariés sur le site de SGE Verallia sont victimes des conditions de travail. L’activité de la verrerie exposent les salariés à des conditions très éprouvantes comme la chaleur, le bruit, le port de charge, le travail posté…etc.

Au fil de cette pénibilité les salariés se retrouvent diminués et dans l’incapacité d’exercer leur métier. Il entre alors dans une spirale où la direction de l’entreprise leur impose de choisir :
– soit de prendre en compte leur incapacité avec une perte de pouvoir d’achat.
– soit à continuer l’exposition de cette pénibilité au prix de leur intégrité physique et morale.

Lire la suite

Châteaubernard (16) : le piquet de grève devant Verallia n’est pas levé

Sud Ouest, 27 mai 2015 :

Au troisième jour de conflit, les salariées de Soflog ont reçu le soutien de leurs collègues de Kuehne-Nagel et des verriers CGT. Les négociations sont difficiles.

Ce mercredi 27 mai, en milieu de journée, le piquet de grève devant l’usine Verallia de Châteaubernard, près de Cognac (Charente), n’était toujours pas levé.

Lire la suite

Cognac : Reprise chez Onet

Sud-Ouest, 2 mars 2011 :

Le bonheur d’être sortis d’une situation délicate la tête haute en ayant obtenu des conditions salariales un peu moins médiocres que ce qu’elles étaient auparavant.

Tel était le sentiment prédominant, hier soir, dans les rangs des grévistes d’Onet, le sous-traitant de Verallia qu’on continuera sans doute à appeler longtemps encore Saint-Gobain à Châteaubernard. Ces gens d’Onet payés avec un lance-pierres dont la colère (surtout une profonde impression d’injustice) a débordé le 16 février dernier lorsqu’ils ont cessé le travail. Début d’un bras de fer qui aura duré 14 jours, une éternité pour ceux qui ont déjà bien de la peine à joindre les deux bouts en période normale, c’est-à-dire sans amputation de salaire.

Lire la suite

Cognac : Onze jours de grève des ouvriers d’Onet

Sud-Ouest, 28 février 2011 :

Le conflit est engagé depuis onze jours au sein du sous-traitant du verrier Verallia, ex-Saint-Gobain. Les négociations reprennent aujourd’hui. Les salariés tiennent bon.

Les Cognaçais sont certes habitués aux arrêts de travail observés devant l’usine de Saint-Gobain, aujourd’hui Verallia. Mais ce qui se joue depuis le 16 février devant le verrier de Châteaubernard dépasse très clairement le cadre des grognes habituelles. Cette fois, c’est un personnel bien différent qui s’oppose. Celui du sous-traitant Onet, soit des personnes payées environ 1 250 euros par mois au lieu des 1 700 que certains ont connu avant que Saint-Gobain ne sous-traite l’affaire des expéditions.

Compte tenu de la privation de salaire engendrée par chaque jour de grève, et alors que leur pouvoir d’achat et au plus bas, ces employés sont généralement condamnés à se taire. « Avant cette grève, le moral était au plus bas. Cela faisait plusieurs mois que les salariés demandaient si on pouvait faire quelque chose pour leur salaire, mais aucun d’entre eux ne pensait un jour devoir faire grève. Maintenant on y est et on tient bon ! », rapportait ce week-end le représentant du personnel cégétiste, Olivier Magique.

Lire la suite