Archives de Tag: Ustaritz

Juillet 2013 : Un mois de persécutions anti-Rroms

En plus des déclarations les plus puantes de racisme de divers élus, on a assisté en ce mois de juillet 2013 à de nombreuses expulsions et autres discriminations à l’encontre de Rroms tant en France que dans d’autres pays d’Europe. Le blog « Le livre noir des persécutions » a pris l’initiative de recenser quelques unes de ces persécutions à travers des extraits de la presse :

Rroms

Mercredi 3 juillet
Bordeaux (33), France : Les squats de l’avenue du docteur Schinazi à Bordeaux-Bacalan, de l’avenue Thiers et de l’avenue Gaston-Cabanes à Floirac ont reçu la visite, hier matin, de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii). Il est 7 heures lorsque les représentants de l’Office débarquent sur les différents sites, encadrés des forces de police, sur ordre du préfet Hubert Weigel, délégué à la sécurité et à la défense. Le commandant de police bulgare Mladen Blagoev participe à l’opération avec son collègue, le capitaine Georgi Yanchev.
Sud Ouest, 4 juillet 2013

Lire la suite

Publicités

De 5 à 94 ans… la même violence d’un système

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Deux événements récents ont, à juste titre, scandalisé l’opinion publique en ce début d’année 2013. Il y a tout d’abord eu l’expulsion de cette vieille dame, âgée de 94 ans, de sa maison de retraite pour loyers impayés. En pleine trêve hivernale, incapable de vivre seule, cette dame s’est retrouvée aux urgences de l’hôpital de Châteaudun avec ses cartons et sa télé. Peu après, dans une école d’Ustaritz, au Pays-Basque, c’est une fillette de 5 ans qui est expulsée de la cantine par la police municipale parce que sa famille devait 170 euros à la mairie. La fillette a cru qu’on venait l’emmener à l’orphelinat et que ses parents venaient de mourir et ses petits camarades, témoins de la scène, ont imaginé qu’elle partait en prison.

Sans nier les responsabilités du directeur de la maison de retraite et du maire dans ces deux affaires, la petite de 5 ans et la mamie de 94 ans ont aussi été victimes de la violence d’un même système, d’un système où seul compte le fric et où l’être humain n’a pas sa place. Enfants et vieillards ne sont pas plus protégés par cette violence de la société capitaliste que les adultes. Si ces deux affaires sont terrifiantes par leur violence, celle où on jette une mamie à la rue et celle où la police expulse une enfant de la cantine, à chaque fois pour des impayés, elles sont symptomatiques de la violence quotidienne qu’exerce le capitalisme sur des millions et des millions de familles, écrasées par la pauvreté, par des salaires de misère, par le chômage et la hausse des prix, accablées par les dettes et les impayés.

Lire la suite

Léa, 5 ans, sortie de la cantine par la police

La Dépêche, 11 janvier 2013 :

L’histoire promet de laisser des séquelles. Chez tous les enfants de maternelle qui ont assisté à la scène, mais surtout chez Léa, petite fille de 5 ans sortie du réfectoire de Saint-Vincent d’Ustaritz manu militari, mardi, par une policière municipale qui l’a conduite au poste de police au motif que sa cantine était impayée!

Elle, a crû que ses parents étaient morts et «quand Léa est revenue en classe dans l’après-midi, tous ses camarades pensaient qu’elle était en prison» a témoigné le directeur de l’école, Laurent Aguergaray.«C’est un procédé irresponsable, les enfants ont été traumatisés, on ne prend pas les enfants en otage de cette manière» a-t-il insisté.

Dans cette école où l’on apprend le basque depuis le plus jeune âge et où l’éducation est tournée vers les cimes des Pyrénées, les mœurs ne sont certainement pas de cet acabit. Cantine payée ou pas.

Lire la suite