Archives de Tag: usine

Les ex-Fralib lancent leur production

Mardi, c’est tisane !

Le Monde | 24.05.2015

C’est le retour des Fralib. Mardi 26 mai, la coopérative ouvrière SCOP-TI (Société coopérative ouvrière provençale de thés et infusions), qui a repris l’usine Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône), lancera sa propre marque de thés et infusions.

1675591_3_535f_des-salaries-de-fralib-manifestant-a_1e425b0cd2c76c2127347d956382459e

Sur les 182 employés que comptait le site à sa fermeture, en 2012, 58 ont choisi de tenter l’aventure en devenant coopérateurs. Ils ont investi leurs indemnités de licenciement dans la SCOP et seront progressivement réintégrés dans l’effectif au fur et à mesure de la montée en charge de l’activité. Lire la suite

Publicités

Un employé d’Arcelor-Mittal de Fos amputé de la main

A force de rogner sur les effectifs, au détriment de la sécurité, on brise des travailleurs-euses…

L'accident s'est produit dans l'unité de cokerie de l'usine Arcelor-Mittal de Fos-sur-mer.

L’accident s’est produit dans l’unité de cokerie de l’usine Arcelor-Mittal de Fos-sur-mer.

metronews.fr, 11-09-2014

ACCIDENT – Mercredi soir, un employé de 23 ans de l’usine Arcelor-Mittal de Fos-sur-Mer a dû être amputé de la main suite à un accident sur une machine. Les syndicats dénoncent le manque d’effectifs.

L’accident fait froid dans le dos. Mercredi soir, vers 23 h 30, un employé de 23 ans travaillant dans une usine Arcelor-Mittal de Fos-sur-Mer, là où le charbon est transformé pour alimenter les hauts-fourneaux, a eu la main coincée dans l’une des machines de la chaîne d’alimentation. Lire la suite

Depalor à Phalsbourg : l’usine ne renaîtra pas de ses cendres

La nouvelle a de quoi assommer le personnel : l’usine Depalor de Phalsbourg, ravagée par un incendie en  juillet 2013 ne sera pas reconstruite. Ainsi en a décidé le groupe Krono. Près de 300 emplois directs et indirects sont concernés.

depalor

L’annonce a été officialisée ce lundi 2 décembre 2013, l‘usine Depalor de Phalsbourg ne sera pas reconstruite. L’entreprise spécialisée dans la fabrication de panneaux de particules bois avait été totalement détruite par un incendie dans la nuit du 22 au 23 juillet 2013. Dès le lendemain du drame, les 142 salariés se s’étaient montrés pourtant optimistes car personne n’envisageait alors une disparition définitive du site mosellan.  Lire la suite

Foxconn : rescapée d’une tentative de suicide, une employée raconte son expérience chez le fournisseur d’Apple

Douze heures de travail par jour, six jours et demi par semaine : Yu, une employée chinoise qui a survécu à une tentative de suicide en 2010, raconte l’enfer de Foxconn, entreprise qui fournit notamment Apple.

foxconn1-tt-width-604-height-394-attachment_id-416126

Des travailleurs de Foxconn à Longhua, Shenzen (Bobby Yip/Reuters)

Le 17 mars 2010, à 8 heures du matin, Tian Yu, 17 ans, se jette du quatrième étage du dortoir de son entreprise, à Shenzen, ville-monstre du sud de la Chine, après seulement 37 jours de travail. Son geste n’est pas un cas isolé. En 2010, dix-huit employés de l’entreprise Foxconn ont tenté de mettre fin à leurs jours. Les médias internationaux avaient alors baptisé les usines de Shenzen de l’entreprise “Foxconn Suicide Express”.

Lire la suite

Argentine: le défi de l’«usine sans patron»

On l’appelle FaSinPat pour Fabrica Sin Patrones. Située à Neuquén, au centre-est de l’Argentine, cette fabrique de céramiques est un symbole des luttes sociales du pays.

En 2001, face au lock-out imposé par leur propriétaire, Luigi Zanon, et alors que le pays est en proie à une grave crise économique, les ouvriers prennent le contrôle de l’usine. En décembre 2012, après onze ans de procédures, ils ont obtenu l’expropriation de leur ancien patron. Aujourd’hui, 437 ouvriers­ propriétaires de l’usine gagnent le même salaire, et gèrent ensemble l’entreprise. L’avenir de FaSinPat est toujours incertain. Pour faire face à la concurrence, l’usine doit se moderniser mais les banques lui refusent tout soutien.

01 Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Un ouvrier de l’usine de céramiques FaSinPat débute sa journée : « J’aime venir travailler car, ici, il n’y a pas de dirigeant, pas de leader. Nous fonctionnons de façon totalement horizontale. »

01
Janvier 2013, Neuquén, Argentine.­ Un ouvrier de l’usine de céramiques FaSinPat débute sa journée : « J’aime venir travailler car, ici, il n’y a pas de dirigeant, pas de leader. Nous fonctionnons de façon totalement horizontale. »

Lire la suite

Les salariés votent l’occupation de l’usine Veninov, en liquidation judiciaire.

Les salariés de Veninov, premier producteur européen de toile cirée, placé en liquidation judiciaire, ont voté jeudi 21 juillet l’occupation de l’usine de Vénissieux, en banlieue lyonnaise, pour empêcher le départ des machines, a-t-on appris de source syndicale.

« Pour nous, l’usine est viable, on préfère attendre un repreneur, on ne va pas nousenlever notre outil de travail tant qu’on a encore un espoir de redémarrer l’activité », a déclaré à l’AFP Stéphane Navarro, délégué syndical CGT.

Comme prévu, le tribunal de commerce de Nanterre a entériné jeudi la liquidation judiciaire de Veninov, aucune offre de reprise n’ayant été déposée dans les délais impartis pour cette filiale du groupe allemand Alkor-Venilia, qui emploie 87 salariés dans son usine de Vénissieux.

Lire la suite

SODIMEDICAL / Les salariés en appellent à la générosité des Troyens

Leur salaire n’ont pas été versés depuis deux mois. Ils seront ce matin sur la place de l’hôtel de ville avec une une caisse pour recueillir les dons.

Les 54 salariés de Sodimédical ne veulent pas rendre les armes. Ils les ont prises depuis quinze mois contre le groupe Lohmann & Rauscher qui veut rayer de la carte l’usine de Plancy-l’Abbaye. Leur combat pour garder leur usine mené devant les tribunaux se poursuivra aujourd’hui sur la place de l’hôtel de ville de Troyes.
Salariés sans salaire depuis deux mois en dépit d’une décision des Prud’hommes du 17 juin dernier condamnant Sodimédical à payer son personnel sous astreinte de 100 € par jour et par salariés, ces derniers n’ont toujours rien perçu et éprouvent de sérieuses difficultés financières.
Ils en appellent ce matin à la générosité des Troyens avec une caisse qui recueillera les dons.

Secourus par trois mairies

Déjà, au travers de leur bureau d’aide sociale, trois communes, qui comptent parmi leurs habitants des salariés de Sodimédical, ont pris la mesure de la détresse matérielle du personnel. Il s’agit de la commune de Plancy-l’Abbaye, siège de Sodimédical qui compte trois administrés employés de l’usine, Romilly-sur-Seine avec deux employés et Fère-Champenoise dans la Marne qui vient au secours d’un salarié. Des secours qui arrivent sous forme de bons alimentaires mais aussi se concrétisent par des aides financières pour régler les factures les plus urgentes. La maire de Plancy-l’Abbaye à également installé une urne afin de recueillir les dons destinés au comité d’entreprise et qui seront redistribués. Les chèques au nom du comité d’entreprise peuvent être envoyés à la mairie.

Lire la suite