Archives de Tag: UPM

Entre 650 et 1 000 manifestants dans les rues de Rouen

Info Normandie, 17 février 2015 :

A l’appel de la CGT, une manifestation se déroule ce mardi après-midi pour la défense de l’emploi. L’occasion de soutenir les salariés d’UPM qui se battent contre la suppression de 196 emplois.

Ils sont quelque 650 selon le chiffre communiqué par la police (un millier selon les organisateurs) à manifester dans les rues de Rouen ce mardi après-midi, à l’appel de la CGT. Cette manifestation, pour la défense de l’emploi, rassemble des salariés de diverses entreprises de l’agglomération venus soutenir l’action des salariés de la papeterie UPM (ex-Chapelle d’Arblay) dont un projet de la direction prévoit la suppression de 196 emplois.

Lire la suite

Publicités

Levallois-Perret : Manifestation des salariés de Stracel

L’Alsace, 26 octobre 2012 :

Plus de 80 salariés de la papeterie strasbourgeoise Stracel ont manifesté hier toute la journée, à Levallois-Perret, devant le siège français de leur propriétaire, le groupe finlandais UPM. Leur plan social a été légèrement amélioré.

Quel raffut ! Tambours, cornes de brume, sifflets… La musique n’était pas harmonieuse. Mais ce n’était pas le but : « On veut leur en mettre plein les oreilles. Pour se faire entendre ! », expliquait Alain Bartzen. Le délégué syndical FO a manifesté hier toute la journée avec plus de 80 salariés de l’entreprise de papier strasbourgeoise UPM-Stracel à Levallois-Perret, en proche banlieue parisienne, sous les fenêtres du siège français de la société finlandaise UPM. Deux cars sont ainsi partis de Strasbourg hier à 1 h du matin pour être au rendez-vous du comité central d’entreprise (CCE). Ils entendaient soutenir leurs collègues délégués syndicaux en train de négocier le plan social du site alsacien.

« En terme de décoration, ici, ils n’ont pas dû voir cela souvent », rigolait un des manifestants, Thomas Schultz. En effet, la rue Danton et le petit jardin devant le siège d’UPM ont été recouverts d’une surprenante pellicule blanche… comme s’il avait neigé à Paris, un 25 octobre. « Il s’agit de papier. De notre papier. Nous nous sommes amusés ces derniers jours à en couper des milliers de morceaux », expliquait Alain Bartzen.

Lire la suite

Stracel (Strasbourg) : La grève continue

France 3 Alsace, 20 septembre 2012 :

Depuis mercredi, des salariés protestent contre le plan social en cours. 120 postes seraient supprimés.

Depuis mercredi, plusieurs dizaines de salariés CGT de la papeterie Stracel de Strasbourg ont entamé une grève pour protester contre le plan social en cours après l’annonce par le groupe finlandais UPM d’une négociation exclusive avec deux repreneurs potentiels.

Les salariés ont décidé ce matin en assemblée générale de poursuivre le mouvement. Ils avaient appris hier la fermeture de leur usine n’était pas forcément justifiée. Un cabinet d’experts a conclu que le site serait viable et que le plan social ne serait pas économiquement obligatoire.

Lire la suite

Strasbourg : Les salariés de Stracel en grève, l’usine à l’arrêt

Dernières Nouvelles d’Alsace, 19 septembre 2012 :

Depuis 6 h ce matin, Stracel (Strasbourg) est à l’arrêt. À l’appel de la CGT, les salariés se sont mis en grève et ont stoppé la production de papier magazine.

Ils ont également bloqué tous les accès du site, empêchant la livraison de bois et la sortie de camions. Ils entendent ainsi faire pression sur la direction au moment où se déroule à Paris une réunion du comité central d’entreprise consacrée au plan social qui avait été annoncé au début de l’été.

Le groupe UPM, propriétaire de Stracel, a en effet décidé de céder l’usine à deux fabricants de carton, le Belge VPK Packaging Group et l’Allemand Klingele, associés dans Blue Box Partners, à charge pour eux de reconvertir le site.

Lire la suite

Strasbourg : Salariés en grève, Stracel à l’arrêt

Dernières Nouvelles d’Alsace, 16 avril 2012 :

Pour la première fois depuis que le groupe papetier UPM a annoncé sa décision de vendre ou, à défaut d’acquéreur, de fermer Stracel, les salariés de l’usine strasbourgeoise se sont mis en grève. À l’appel des syndicats FO et CGT, ils ont cessé le travail ce matin à 6 h pour une durée de 24 heures, condamnant à l’arrêt l’unité de production de papier magazine.

Dans la foulée, plus de 150 employés du site (qui en compte 260) ont pris position devant l’hôtel du département où se déroule ce matin une réunion entre les représentants des collectivités locales alsaciennes et la direction du groupe finlandais.

Lire la suite