Archives de Tag: Tuzla

Cinquième série de photos du 1er Mai 2015

Quatrième série de photos de manifestations du 1er Mai 2015, journée internationale de lutte des travailleuses et des travailleurs (voir la première série de photos, la deuxième série la troisième série  et la quatrième série de photos ; première et deuxième et troisième série de vidéos) :

Aarhus (Danemark) :

1mai-AARHUS-DK

Accra (Ghana) :

1mai-ACCRA Lire la suite

Publicités

Bosnie-Herzégovine : la marche des ouvriers de Tuzla

Le Courrier des Balkans, 29 décembre 2014 :

Des centaines de travailleurs des entreprises en faillite du canton de Tuzla ont effectué une longue marche jusqu’aux frontières, pour demander l’asile en Croatie. Dimanche, sous la neige, ils ont été refoulés au poste frontière d’Orašje.

Quelque 120 ouvriers de Tuzla ont tenté dimanche de quitter collectivement la Bosnie-Herzégovine, en signe de protestation contre l’inaction de la classe politique. Les travailleurs, qui appartiennent tous aux entreprises en faillites Aida, Dita, Konjuh et Livnica, avaient manifesté durant des mois pour demander au gouvernement du Canton de trouver une solution à cette situation difficile, mais les promesses des politiciens n’ont jamais été tenues.

Lire la suite

Vidéos : Une classe en lutte à travers le monde

Quelques vidéos de luttes des travailleuses et des travailleurs à travers le monde en cette fin décembre 2014. Malgré des contextes différents, ce sont partout des mêmes revendications pour une vie meilleure, contre la précarité et les licenciements, pour des hausses de salaires, des embauches et l’amélioration des conditions de travail, revendications similaires qui montrent que les travailleurs n’ont pas de patrie. Prolétaires de tous les pays, unissons-nous !

– Bosnie-Herzégovine :

200 travailleurs de plusieurs usines de Tuzla manifestent et traversent la frontière avec la Croatie pour dénoncer la fermeture de leurs usines et une année sans salaires versés. (voir l’article)

Grève fin décembre des travailleurs de Cosmos à Banja Luka, qui ne sont plus payés depuis des mois.

Lire la suite

Bosnie : grand rassemblement ouvrier de plusieurs usines à Tuzla

Tuzla, Bosnie, aujourd’hui 1er décembre 2014: le rassemblement des ouvrier-e-s de plusieurs usines et… une forte présence policière.
Les paroles de l’ouvrière face aux flics venus en force protéger le bâtiment du gouvernement local : « Vous ne m’arrêterez pas ! Je suis prête à mourir ici aujourd’hui, pour que mon enfant ait de quoi manger demain. »

Les revendications concernent : l’arrêt de fermeture et privatisation d’usines, le paiement de salaires en retard (pour certaines entreprises jusqu’à 18 mois de retard), meilleurs conditions de travail, etc.

Les manifestations reprennent à Tuzla

Le Courrier des Balkans, 31 juillet 2014 :

Plusieurs centaines de citoyens sont à nouveau descendus mercredi dans les rues de Tuzla, réclamant que les « promesses de février » soient tenues. C’est dans cette ville que la révolte populaire de l’hiver avait commencé, et celle-ci n’a pas encore perdu sa vigueur : de nouvelles manifestations sont prévues à Sarajevo.

« Notre première requête est l’amnistie pour tous les participants aux manifestations de février dernier. Beaucoup de jeunes, mais aussi de travailleurs, ont été arrêtés par la police », explique Sakib Kopić, un des fondateurs du syndicat indépendant Solidarnost, et organisateur de la manifestation à Tuzla.

Lire la suite

1er Mai à Tuzla : « A bas la dictature du capital »

Cette année, c’est la première fois depuis 1992 que les travailleurs de Tuzla (Bosnie-Herzégovine) sont descendus dans les rues à l’occasion du 1er Mai. On comptait 1.000 travailleurs environ, comme ceux des entreprises Dita, Polihema, Konjuh, Guminga, Gredelj Reva, ou de l’Hôtel de Tuzla, qui tous connaissent les mêmes problèmes, ceux des salaires non payés et des fermetures d’usines.

Tuzla_1m0

« A bas la dictature du capital »

Tuzla_1m2

« Mort au capitalisme. Liberté au peuple »

Les ouvriers de Tuzla ont scandé des slogans comme : « Mort au capitalisme, liberté au peuple », « A bas la dictature du capital », « Un monde, un combat ». Les travailleurs ont manifesté devant le tribunal cantonal et des interventions demandaient l’arrestation de ceux qui se sont enrichis en volant les travailleurs et en licenciant des milliers d’ouvriers. A destination des ministres, les ouvriers en crié « voleurs » et la manifestation s’est terminée en promettant que la lutte continuerait jusqu’à la satisfaction des revendications des ouvriers et de la population.

Lire la suite

Bosnie-Herzégovine : Une révolte prolétarienne au cœur de l’Europe

Article publié dans « Communisme-Ouvrier« , numéro spécial (supplément à Communisme-Ouvrier n°41), bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Le mouvement en Bosnie-Herzégovine a commencé à Tuzla, ville industrielle avec une forte et longue tradition de luttes ouvrières, avec des manifestations d’ouvriers licenciés et de travailleurs privés de salaires, manifestations auxquelles se sont joints à partir du 5 février des jeunes chômeurs, pour arriver à l’explosion le 7 février où dans plusieurs villes des manifestants ont attaqué et incendiés des bâtiments officiels, comme le siège du gouvernement local à Tuzla et à Zenica, la présidence à Sarajevo, ou les locaux des deux partis nationalistes, le HDZ (parti nationaliste croate) et le SDA (parti nationaliste bosniaque) à Mostar.

Zagre3

Dès ses origines, il s’agit incontestablement d’un mouvement prolétarien. C’est une révolte d’ouvriers licenciés, de travailleurs privés de salaires et de prolétaires sans-emploi auxquels se sont joints d’autres catégories de la population touchée par les politiques anti-sociales et l’austérité, comme les retraités, les anciens combattants ou les victimes de guerre. La colère est dirigée essentiellement contre le chômage, les privatisations, les salaires et pensions insuffisants pour vivre (quand ils sont payés!) et aussi contre la corruption et le luxe insolents des politiciens, des hauts-fonctionnaires et autres bourgeois maffieux qui se sont enrichis sur le dos de la population avec les privatisations.

Lire la suite