Archives de Tag: travailleurs sans papiers

Licenciement d’un salarié sans-papier : la police, invitée surprise de l’entretien préalable

Sans-papiers mais pas sans droits ! Sans-papiers mais pas sans voix !

francaisimmigres-copie-1

Humanité, 22 DÉCEMBRE, 2014

Communiqué de presse commun des organisations 
CGT-UD-Paris, 
CGT-UD-92, 
CNT-Solidarité ouvrière-Nettoyage-Région parisienne, 
Gisti, 
Sud-Travail-Ile-de-France, 
Syndicat de la magistrature (SM), 
Union syndicale Solidaires.

Si le code du travail prévoit que salariés et employeurs peuvent être assistés lors d’un entretien préalable à licenciement, le même code ne prévoit pas que la police puisse assister l’employeur et mettre un terme à la procédure !

Saliou B. travaille avec un nom d’emprunt, comme nombre de personnes sans papiers, pour une entreprise de nettoyage dont le siège est situé à Vanves (92). Il travaille à temps partiel environ 2 heures par jour, en CDI.

Lire la suite

Publicités

Les travailleurs sociaux mobilisés à Toulouse, le conseil général ferme ses portes

Le conseil général de la Haute-Garonne a fermé son siège, jeudi 11 septembre, pour cinq jours. Dans une note aux salariés, son président, Pierre Izard (PS), explique vouloir « éviter tout risque d’incident et (…) protéger les personnes et les biens ».

1

lemonde.fr, 11/09/2014

Depuis lundi, les travailleurs sociaux se relayent devant le bâtiment, voire y campent pour protester contre l’arrêt de l’hébergement en établissements de plusieurs dizaines de jeunes isolés étrangers après leurs 19 ans.

« On ne comprend pas pourquoi, à cause de notre manifestation, le conseil général ferme ses portes à tous les usagers. Ils agitent une peur qui n’a aucune base matérielle, nous n’avons jamais eu l’intention d’y pénétrer », a protesté un assistant social, élu du personnel au conseil général, Stéphane Borras, du syndicat SUD. Lire la suite

Un salon de coiffure occupé et autogéré par ses travailleuses chinoises sans papiers

Une devanture de salon de coiffure décorée d’une affiche singulière. Photo de Valentina Camozza

Une devanture de salon de coiffure décorée d’une affiche singulière. Photo de Valentina Camozza

Article mis à jour le 23 février,

Des travailleuses et un travailleur chinois(e)s sans-papiers occupent depuis le 3 février le salon de coiffure où elles travaillent au 50 boulevard de Strasbourg, à Paris.

Jeudi 20, vendredi 21 et samedi 22 février, le salon sera ouvert de 10 h à 19h pour que les travailleuses puissent se payer ! Venez nombreux et nombreuses !
Petit récit et photos de camarades passés les soutenir.

Elles sont quatre travailleuses sans-papiers chinoises et un travailleur du salon de coiffure du 50 boulevard de Strasbourg (entre Château d’eau et la gare de l’Est), à Paris, qui n’ont pas été payées depuis décembre. Le patron est parti, sans laisser de trace. Mais Fao-Lin, Feng Zhen, Shuqin et les autres ne comptent pas se laisser faire ! Elles font grève depuis le 3 février et occupent le salon tous les jours de 10 h à 20 h jusqu’à ce qu’elles soient payées. Lire la suite

Ras-le-bol du « travail au noir » : 5 employées en grève occupent leur entreprise

Union Locale CGT du 10ème arrondissement de Paris, mardi 11 février 2014  :

Ras-le-bol du « travail au noir » : 5 employées du salon de coiffure du 50, Boulevard de Strasbourg 75010 Paris en grève occupent leur entreprise :

on_bosse_ici-94810Embauchées depuis quatre ans, depuis trois ans pour certaines et depuis plus d’un an pour les autres, pas déclarées parce que sans papiers, cinq employées du salon de coiffure du 50, Boulevard de Strasbourg (75010 Paris) ne sont plus payées depuis deux mois.

Ces salariées d’origine chinoise et en France depuis plusieurs années ont donc décidé de se mettre en grève pour obliger leur patron à leur verser ce qu’il leur doit. Depuis maintenant plus d’une semaine, elles sont présentes tous les jours dans le salon, mais ne travaillent pas.

Comme leur patron ne veut toujours pas entendre raison, avec les militants-es de la CGT (la Confédération et l’Union locale), elles ont décidé de dénoncer publiquement leurs conditions de surexploitation dans lesquelles elles sont maintenues.

Ras le bol du travail « au noir » ! Elles veulent cotiser, elles veulent être régularisées ! Lire la suite

Creil (60) : Les travailleurs sans papiers régularisés après 1445 jours de grève

Les 68 travailleurs sans papiers, en grève depuis 3 ans et neuf mois à Creil (sud-Oise), sont tous régularisés. Leur régularisation se faisait au compte-goutte depuis 1445 jours.

1369143822_761db4cad6f8e55408f66194991ff8b2_Les-travailleurs-sans-papiers-regularises-apres-1445-jours-de-greve_reference

Diallo Sita, porte-parole des travailleurs sans papiers et régularisé en 2011, apprécie sa nouvelle vie. Il se souvient de « cette crainte de ne pas rentrer à la maison le soir. Là, on prend le train sans avoir cette peur. »

Guy Lévêque, ancien co-président de l’association d’aide aux sans papiers de Creil témoigne, aussi, qu’il  » fallait faire très très attention avec les OQTF, les obligations de quitter le territoire français. Il fallait des Blancs avec eux à chaque déplacement, même dans les administrations. »

http://www.courrier-picard.fr/region/creil-60-les-travailleurs-sans-papiers-regularises-ia201b0n155258