Archives de Tag: travail dissimulé

Victoire pour les héroïnes du 57, boulevard de Strasbourg

L’Humanité, 1 juillet 2016 :

Après plus de deux ans de luttes, les prud’hommes ont reconnu le statut de victimes à ces travailleuses du quartier Château d’Eau, à Paris.

Épilogue heureux, triomphe flamboyant et immense soulagement pour les anciennes coiffeuses et manucures du quartier Château d’Eau situé dans le 10e arrondissement de Paris, fief de la beauté afro. Seize travailleuses, surexploitées par des gérants d’un salon de beauté du 57, boulevard de Strasbourg, ont obtenu gain de cause auprès des prud’hommes, mercredi. Le tribunal a reconnu leur statut de victimes et le travail clandestin imposé pendant des années par leur « patron » véreux. La liste des revendications qui ont abouti, rapportée par la CGT, parle d’elle-même. Les travailleuses vont toucher des arriérés de salaire calculés sur la base du Smic, le paiement de congés payés en fonction des heures supplémentaires (certaines travaillaient 80 heures par semaine). Cerise sur le gâteau, elles vont percevoir des indemnités forfaitaires égales à six mois de salaire et cinq cents euros de dommages-intérêts pour préjudice moral. Pour rappel des faits, ces travailleuses sans papiers avaient fait grève pendant des mois en 2014, avec le soutien indéfectible de la CGT, des élus et des militants du Front de gauche. Elles avaient alors signé un contrat de travail pour 35 heures par semaine et reçu des fiches de paie. Une liquidation judiciaire de l’établissement par le gérant, en juillet de la même année, avait relancé la mobilisation des travailleuses. Elles voient enfin le bout du tunnel.

Lire la suite

Publicités

LOI « TRAVAILLE ! » : ILS VEULENT DISPOSER DE NOS VIES POUR LEURS PROFITS !

Article de Leone Lantana paru dans le n°66 du bulletin Communisme-Ouvrier de juin 2016

Le gouvernement, conforté par la position de certaines centrales syndicales, se défend d’avancées inédites pour intégrer dans la loi les grandes transformations du monde du travail. Entre l’ère numérique et la précarité de l’emploi, la modernité se teinte de passéisme lorsqu’on demande aux travailleur/ses de passer leur vie, leur temps à être exploité-es et toujours exploitables.

Le droit à la déconnexion et le télétravail, défendus comme un droit au repos et une manière de mieux s’investir dans sa vie privée, seraient encadrés par la négociation collective. Un accord ou une charte devrait changer la vie de celles et ceux qui ne comptent plus leurs heures.

Le Code du travail interdit déjà le travail dissimulé, le travail qu’on ne dit pas car on l’effectue le soir ou chez soi. Il pose également des limites à la charge de travail supportée par les salarié-es au forfait, exhortant les employeurs à respecter leur vie privée. Pourquoi ces règles ne sont-elles pas déjà respectées ? Avec la loi El Khomri, tout se passe comme s’il fallait obliger les salariés à limiter leur investissement dans le travail et déresponsabiliser l’employeur en cas de sur-travail. Ce n’est pas comme si les jugements des tribunaux s’étaient multipliés en faveur des salarié-es concluant de fait aux torts des employeurs.

Lire la suite

Ras-le-bol du « travail au noir » : 5 employées en grève occupent leur entreprise

Union Locale CGT du 10ème arrondissement de Paris, mardi 11 février 2014  :

Ras-le-bol du « travail au noir » : 5 employées du salon de coiffure du 50, Boulevard de Strasbourg 75010 Paris en grève occupent leur entreprise :

on_bosse_ici-94810Embauchées depuis quatre ans, depuis trois ans pour certaines et depuis plus d’un an pour les autres, pas déclarées parce que sans papiers, cinq employées du salon de coiffure du 50, Boulevard de Strasbourg (75010 Paris) ne sont plus payées depuis deux mois.

Ces salariées d’origine chinoise et en France depuis plusieurs années ont donc décidé de se mettre en grève pour obliger leur patron à leur verser ce qu’il leur doit. Depuis maintenant plus d’une semaine, elles sont présentes tous les jours dans le salon, mais ne travaillent pas.

Comme leur patron ne veut toujours pas entendre raison, avec les militants-es de la CGT (la Confédération et l’Union locale), elles ont décidé de dénoncer publiquement leurs conditions de surexploitation dans lesquelles elles sont maintenues.

Ras le bol du travail « au noir » ! Elles veulent cotiser, elles veulent être régularisées ! Lire la suite

Ryanair condamnée à verser 9 millions d’euros de dommages et intérêts pour travail dissimulé

La compagnie aérienne irlandaise à bas coûts Ryanair a été condamnée mercredi 2 octobre à une amende de 200 000 euros et à plus de neuf millions d’euros de dommages et intérêts par le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence pour avoir enfreint le droit social français sur sa base de l’aéroport de Marseille-Provence, à Marignane, dans les Bouches-du-Rhône.

Le PDG de Ryanair Michael O'Leary, le 19 juin au Bourget.

Le PDG de Ryanair Michael O’Leary, le 19 juin au Bourget.

Le tribunal n’a pas suivi les réquisitions du parquet d’Aix-en-Provence, qui avait demandé, lors du procès à la fin de mai, la confiscation « en valeur » de quatre Boeing 737, parmi les biens « ayant servi à commettre les infractions » reprochées à Ryanair, ainsi qu’une amende de 225 000 euros. Lire la suite