Archives de Tag: torture

Un étudiant italien torturé et tué par la police en Egypte ?

I 24 News, 16 février 2016 :

La thèse privilégiée est celle d’une bavure policière dans un pays où les tortures sont fréquentes.

L’étudiant italien qui a été torturé et retrouvé mort au Caire la semaine dernière avait sept côtes cassées, des signes d’électrocution sur son pénis et une hémorragie cérébrale, selon une source haut placée au sein de l’autorité de médecine légale égyptienne , rapporte dimanche The Guardian.

Lire la suite

Égypte : dans les « chambres de torture » des Frères musulmans

Le Point, 10 décembre 2012 :

Pendant que des milliers de partisans du président égyptien Mohamed Morsi chassaient mercredi soir ses opposants qui assiégeaient le palais présidentiel, faisant cinq morts, d’autres scènes tout aussi sanglantes se déroulaient près de cette même enceinte.

D’après le quotidien égyptien Al-Masry Al-Youm (proche de l’opposition), les manifestants arrêtés ont été envoyés dans des « salles de torture », en face du palais. Façonnée à la main grâce à des barrières de fer, la « chambre centrale de torture » se trouvait face à la mosquée Omar Ibn Abdel Aziz, sur la rue al-Merghany.

« Ces salles étaient interdites aux journalistes, raconte au Point.fr le journaliste Mohamed el-Garhi. J’ai pu m’y infiltrer, car je connaissais bien un confrère de Misr 25 TV, une chaîne appartenant aux Frères musulmans. » À l’intérieur, des policiers en uniforme, mais aussi des agents en civil, du poste de police de Nozha. Outre les forces de sécurité figurent 15 membres de la confrérie des Frères musulmans, qui répondent aux ordres de 3 individus barbus. « Ce sont eux qui décident qui doit être là ou pas », raconte Mohamed el-Garhi dans son article. Comprenez : leurs ordres surpassent ceux des forces de la sécurité centrale.

Chambres improvisées

D’après le journaliste, il existait plusieurs « chambres » de ce type. « Les chambres étaient improvisées, et il n’était pas évident de déterminer leur nombre », explique Mohamed el-Garhi dans son reportage. « Lorsqu’un individu était arrêté, une chambre était édifiée près du bâtiment. » Une dizaine de manifestants est jetée dans la pièce où se trouve le reporter. Ils viennent d’être arrêtés lors du rassemblement de mercredi réclamant l’abrogation du décret présidentiel du 22 novembre, ainsi que l’annulation du référendum sur la nouvelle Constitution.

Lire la suite

Etudiants torturés en Mauritanie

PANA, 20 février 2012 :

Le Syndicat national des étudiants de Mauritanie (SNEM) dénonce des arrestations et ‘actes de tortures’ contre plusieurs de ses membres détenus dans différents commissariats de police de Nouakchott, dans un communiqué transmis dimanche à la PANA à Nouakchott.

Les étudiants arrêtés pour faits de grève en vue de satisfaire une revendication liéee à l’augmentation généralisée de la bourse ‘subissent tortures, traitements dégradants et inhumains sous la forme de privation de sommeil, interrogatoire pendant des heures, privation sensorielle dans des cellules obscures, à moitié nus menottés, yeux bandés, usage de coups de matraques, usage d’armes à feu chargées et de couteaux pour intimidation et menace envers les étudiants et leurs familles’, selon le communiqué.

Lire la suite

Iran : Un militant kurde mort sous la torture

Révolution en Iran, 1 août 2011 :

Ourmia : Naser Xanizade, un militant kurde prisonnier au centre de détention d’Ourmia a été tué par les gardiens de la prison, selon un rapport daté d’aujourd’hui.

Âgé de 33 ans, Naser Xanizadeétait originaire de la ville de Bukan et on dit qu’il était membre du Parti Démocrate du Kurdistan d’Iran.

Il avait été arrêté à Marivan il y a quatre mois, puis transféré au centre de détention de Bokan où il a subi d’intenses tortures inhumaines.

Ensuite, il a été emmené en cellule d’isolement au centre de détention de Ourmia où il été violemment torturé puis tué.

Lire la suite

Syrie : des dizaines de milliers de personnes manifestent contre le régime

Le Monde, 15 avril 2011 :

Un mois jour pour jour après le début du mouvement de contestation en Syrie, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, vendredi 15 avril, contre le régime, dans plusieurs régions du pays, notamment dans le Nord-Est, à majorité kurde, à Deraa, dans le Sud, et à Damas.

Dans la capitale, des milliers de manifestants qui avaient commencé à défiler dans les faubourgs de la ville, en direction de la place des Abbassides au cri de « le peuple veut renverser le régime », ont été dispersés par les forces de sécurité, dépêchées en masse, avec bâtons et grenades lacrymogènes. « J’ai compté quinze bus transportant des ‘moukhabarat’ [police secrète]. Ces derniers ont été déployés dans les ruelles situées au nord de la place pour traquer les manifestants. Ils hurlaient ‘espèce de maquereaux, espèce d’infiltrés. Vous voulez la liberté, on va vous la donner!' » a raconté un témoin interrogé par Reuters.

Lire la suite

Tortures en Syrie

Dépêche AFP, 15 avril 2011 :

Des personnes, arrêtées lors de contestations du régime, rapportent à HWR avoir été torturées « avec des appareils d’électro-chocs, des câbles et des fouets ».

L’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch (HRW) accuse les services de sécurité et de renseignement syriens d’avoir torturé de nombreux manifestants parmi les centaines arrêtés depuis le début du mouvement de contestation il y a un mois.

Lire la suite

Ce qu’il s’est passé pour les femmes de la place Tahrir

Article publié le 25 mars par Youphil sur la répression et les tortures infligées aux manifestantes par les forces de répression au Caire le 9 mars 2011.

Francès Salinié, coordinatrice Egypte d’Amnesty International en France, raconte les conditions de détention de 18 Egyptiennes arrêtées le 9 mars.

« Le 8 mars, à l’occasion de la journée de la femme, il y a eu un grand rassemblement d’Egyptiennes sur la place Tahrir au Caire. Ces femmes étaient au cœur de la révolution égyptienne. Elles représentaient un quart des manifestants, ce qui est énorme pour l’Egypte. Mais elles ont été écartées des changements et du référendum.

Lire la suite