Archives de Tag: Tétouan

Guerre d’usure entre enseignants stagiaires et autorités marocaines

France 24, 24 février 2016 :

Des enseignants stagiaires qui manifestaient ont été violemment réprimés par la police dans plusieurs villes du Maroc, en début de semaine. Ces violences sont récurrentes dans le pays, où les enseignants stagiaires sont en grève depuis quatre mois, afin de réclamer la suppression de deux décrets ministériels controversés. Mais pour l’heure, les négociations semblent au point mort.

Le 22 février, les enseignants stagiaires se sont rassemblés dans une quarantaine de villes marocaines, comme ils l’avaient déjà fait auparavant. Ce jour-là, des violences ont notamment éclaté à Tanger, Kénitra, Tétouan, Khémisset ou encore Guelmim, faisant une trentaine de blessés.

Lire la suite

Publicités

Coût de la vie au Maroc : C’est insupportable !

Yawatani, 27 octobre 2014 :

Des manifestations au niveau de Tétouan, Fès, Meknès, Berrechid, et d’autres villes du royaume ont été organisées dernièrement, afin de protester contre la hausse des factures d’eau et d’électricité.

D’autres régions peuvent, également, entamer une vague de contestations, notamment Oujda, Azilal ou encore Kénitra, où le prix des fluides impacteraient, défavorablement, le budget des petites bourses. Certes, ces manifestations n’ont pas été agressives pour inquiéter les forces de l’ordre, il n’en demeure pas moins vrai que ceci ne représente qu’une partie microscopique d’un iceberg qui risque de peser lourd sur l’agenda du gouvernement.

Manifestation réprimée à Tétouan

H 24 Infos, 2 août 2013 :

Une manifestation organisée aujourd’hui à Tétouan pour protester contre la grâce royale dont a bénéficié un pédophile espagnol a été « violemment réprimée » cet après-midi selon Youssef Raissouni, jeune responsable du bureau de Rabat de l’AMDH.

Ce sit-in, organisé par les sections locales de Tétouan et de M’diq de l’AMDH (Association marocaine des droits humains) et du Mouvement du 20 Février, devait se tenir devant le tribunal de la ville. Mais à peine les premiers manifestants sont arrivés, un peu avant 5 heures, devant le tribunal, que les forces de l’ordre sont intervenues, « arrêtant au moins 5 personnes dont deux membres dirigeants des bureaux locaux de l’AMDH ». Il y aurait également des blessés, car la police aurait généreusement distribué les coups pour disperser les manifestants.

A l’heure où nous publions ces lignes, des manifestants seraient encore réunis devant le tribunal, malgré les tentatives des forces de l’ordre de les déloger.