Archives de Tag: Tchad

Idriss Déby dégage ! Vive la révolte de la population tchadienne !

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Le viol de la jeune Zouhoura par des fils de dignitaires du régime Idriss Déby suivi par la répression sanglante des manifestations lycéennes du 15 février à N’Djamena ont soulevé la colère de la population tchadienne contre le régime Idriss Déby au pouvoir depuis 25 ans. La journée « villes mortes » du 24 février a été un succès tant à N’Djamena que dans les autres villes du pays comme Abéché, Moundou, Mao, Mongo et Sahr. Cette mobilisation intervient alors que Idriss Déby a annoncé une nouvelle fois sa candidature (et donc sa réélection) pour les élections du 10 avril 2016. Pour la population tchadienne, 25 ans de dictature d’Idriss Déby, c’est 25 ans de misère, de corruption, d’arbitraire et de répression, 25 ans de pouvoir d’un clan qui se croit tout permis, 25 ans de trop !

Tchad1502Ne

Bien sûr, le départ d’Idriss Déby ne suffira pas à répondre aux aspirations de la population et en particulier à celles des travailleurs et des travailleuses des villes et des campagnes. Bien des candidats à la succession d’Idriss Déby ne rêvent que de s’installer dans le fauteuil présidentiel pour profiter du même système de corruption sans apporter la moindre amélioration aux conditions de vie de la grande majorité de la population. Aux travailleuses et aux travailleurs des villes et des campagnes du Tchad de s’organiser pour faire dégager Idriss Déby et défendre leurs propres revendications contre les brutalités policières, l’oppression des femmes, la misère et le chômage.

Lire la suite

Publicités

Tchad : De la colère après le viol de Zouhoura à la révolte contre le régime

Dès que le viol de Zouhoura est connu, les violeurs ayant publié une vidéo de la jeune fille en larmes sur les réseaux sociaux, des manifestations s’organisent à N’Djamena. Lycéennes et lycéens surtout veulent à la fois témoigner de leur solidarité avec Zouhoura et exiger que les coupables soient condamnés. Les coupables, en effet, sont les fils d’un ministre et de quatre généraux, les fils de hauts dignitaires du clan Idriss Déby au pouvoir depuis 25 ans, et le crime pourrait très bien resté impuni.

Premières manifestations à N’Djamena le 15 février :

Tchad1502NTchad1502Nc Lire la suite

Protestations et répression au Tchad

La contestation se poursuit au Tchad. A Faya-Largeau, suite à des arrestations de lycéens par des militaires, des manifestations ont eu lieu ce vendredi 26 février. Des militaires, certains venus depuis N’Djamena, ont occupé tous les points stratégiques de la ville pour faire taire toute contestation dans les rues. Selon certaines sources, il y aurait deux morts dans la répression des manifestations à Faya-Largeau.

tchad26

Ce samedi 27 février, on apprend qu’une vingtaine de lycéens, arrêtés dans les villes de Faya-Largeau et Massaguet, pour leur participation aux manifestations de ces derniers jours, sont transférés au pénitencier pour adultes de Koro Toro.

Lire la suite

Images de N’Djamena le 24 février : Ville morte contre le régime de Déby

Le viol collectif de la jeune Zouhoura par les fils d’un ministre et de quatre généraux a soulever l’indignation et la colère de la population tchadienne. Si les coupables, face à la pression populaire, ont été arrêtés, beaucoup craignent qu’ils ne soient rapidement libérés et que le régime fasse tout pour éviter un procès public. Surtout, le régime a répondu par une violente répression aux manifestations lycéennes en solidarité avec leur camarade. Abachou, un jeune lycéen de 17 ans, est ainsi tombé sous les balles de la police. En protestation contre le régime de Déby, une opération ville morte était lancée ce 24 février. Quelques images des routes et marchés de N’Djamena ce 24 février :

N'Djamena1 Lire la suite

Tchad : La colère monte contre le régime de Idriss Déby

Jeune Afrique, 24 février 2016 :

Marchés déserts, boutiques fermées, circulation réduite : les Tchadiens ont largement suivi mercredi, l’opération « ville morte » lancée par la plate-forme « Ça suffit ». Celle-ci demande le départ du président Idriss Déby Itno, qui se présentera à un cinquième mandat en avril.

Comme lors d’un jour férié, les deux grands marchés sont restés déserts à N’Djamena. Toutes les boutiques à travers la ville sont restées portes closes et les élèves des lycées et collèges n’ont pas été en cours. La circulation des voitures et des motos-taxis était quant à elle réduite.

Lire la suite

Lycéens dispersés lors d’une manifestation à N’Djamena

VOA, 19 février 2016 :

La police a dispersé des lycéens qui voulaient manifester jeudi dans la capitale tchadienne contre la mort d’un des leurs, tué par balle pendant une marche de protestation après le viol d’une jeune fille.

« Nous avons voulu témoigner notre soutien à notre collègue abattu par la police lors de la manifestation ‘justice pour Zouhoura’ (lundi) et la police s’est permis de venir dans l’enceinte de nos établissements pour nous pourchasser », a déclaré à l’AFP un élève du lycée Félix-Eboué. La police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les élèves.

Lire la suite

Tchad : cinq personnes interpellées après l’agression sexuelle d’une jeune femme

Le Monde, 16 février 2016 :

La justice tchadienne a réagi à l’enlèvement et au viol de la jeune Zahara Mahamat Yosko, alias Zouhoura, qui agite le pays depuis le week-end dernier. Cinq personnes, dont le fils du ministre des affaires étrangères, ont été interpellées et déférées, mardi 16 février, a annoncé le procureur de N’Djamena, Bruno Louapambe Mahouli. Quatre individus sont encore recherchés.

Plusieurs centaines de jeunes Tchadiens avaient manifesté à N’Djamena, le 15 février, pour réclamer justice contre le viol présumé de la jeune fille de 17 ans, dont les images ont été diffusées sur les réseaux sociaux. La manifestation, dispersée par la police anti-émeutes, a fait un mort, un adolescent de 17 ans, Abachou Hassan Ousman, élève au lycée de la Liberté. De nouveaux rassemblements ont été signalés dans la capitale mardi.

Lire la suite