Archives de Tag: Suruç

Sit-in à Istanbul en mémoire des victimes de Suruç

Samedi 25 juillet, 175 mères ont organisé un sit-in Place Galatasaray à Istanbul en mémoire de celles et ceux qui sont tombés lors de l’attentat commis par Daesh à Suruç.

Lire la suite

Manifestation à Mulhouse suite au massacre de Suruç

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce samedi 25 juillet Place de la Bourse à Mulhouse en mémoire de celles et ceux qui sont tombés à Suruç et pour dénoncer à la fois les terroristes de Daesh et le régime autoritaire et réactionnaire d’Erdogan, en particulier la récente vague répressive contre des militants progressistes et révolutionnaires en Turquie et les bombardements contre la résistance kurde en Irak. Après une minute de silence en mémoire des camarades massacrés à Suruç, nous sommes partis en manifestation à travers le centre ville jusqu’à la Porte Jeune.

100_2179100_2182 Lire la suite

Nouvelle manifestation réprimée à Istanbul

AFP, 24 juillet 2015 :

La police turque a dispersé vendredi soir à Istanbul des centaines de manifestants qui dénonçaient le groupe Etat islamique (EI) après l’attentat suicide meurtrier du début de la semaine à Suruç (sud), attribué aux jihadistes, a constaté un photographe de l’AFP.

Les forces de l’ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc contre un cortège de 500 personnes qui s’étaient rassemblées dans le district de Kadikoöy, sur la rive asiatique de la plus grande ville de Turquie.

Lire la suite

Enterrement de victimes du massacre de Suruç à Istanbul

Vidéo : enterrement de victimes de l’attentat de Suruç au cimetière Gezi d’Istanbul le 23 juillet

Marches et protestations contre l’attentat de Suruç interdites dans la province d’Urfa

Aujourd’hui la Turquie, 23 juillet 2015 :

En interdisant toutes formes de rassemblements contre l’attentat de Suruç, le gouvernement de la province d’Urfa (Sud-Est) reproduit une mesure devenue (trop) courante dans le pays.

L’explosion de Suruç du 20 juillet a fait 32 victimes : des étudiants de la Fédération des jeunes socialistes (SGDF) réunis pour soutenir la reconstruction de la ville de Kobané. Les réactions à cet attentat ne se sont pas fait attendre, à Istanbul en particulier où des manifestants se sont réunis à Istiklal et à Kadiköy. Ces manifestations pacifiques ont été durement réprimées en particulier rue Istiklal où, dès 21h, les forces de police ont utilisé des canons à eau contre les manifestants. En guise de réaction, les plus actifs de ces derniers ont alors affronté les forces de l’ordre jusque tard dans la nuit. Cette répression injustifiée est un scénario classique en Turquie. La région d’Urfa (Sud-Est) a même interdit toute marche, toute déclaration de presse et toute réunion visant à protester contre l’attentat ou simplement à rendre hommage aux victimes de l’attentat en manifestant le soutien de la population turque aux familles des victimes.

Lire la suite

Les femmes dans les rues après le massacre de Suruç

Le 23 juillet, les femmes sont descendues dans les rues dans plusieurs villes de Turquie, comme à Antioche, Ankara et Istanbul, pour rendre hommage à celles et ceux qui sont tombés à Suruç, dénoncer les criminels de Daesh et les complicités du régime d’Erdogan. Parmi les slogans : « les femmes ne resteront pas silencieuses », « Daesh assassin, AKP complice », « les femmes contre la guerre », etc.

Antioche :

Ankara :

Lire la suite

Manifestation de lycéens à Ankara

Le 23 juillet des lycéennes et lycéens ont manifesté dans les rues d’Ankara en mémoire de celles et ceux qui sont tombés à Suruç.

ank1ank2 Lire la suite

Funérailles de 18 des 32 victimes de Suruç

Aujourd’hui la Turquie, 22 juillet 2015 :

Les funérailles de 18 des 32 victimes de Suruç se sont déroulées dans différentes villes de Turquie aujourd’hui. Les victimes, principalement des jeunes étudiants, ont perdu la vie ce lundi 20 juillet au cours d’un attentat-suicide. À Istanbul, près d’une dizaine de corps ont été inhumés, sur fond de manifestations qui ne cessent d’agiter la ville depuis deux jours.

Inhumation de Busra Mete, victime de l’attentat, Istanbul

Dans le quartier d’Üsküdar, sur la rive orientale d’Istanbul, une marche funèbre a été organisée sur le coup de 13h00. Le cortège a processionné solennellement sous un soleil de plomb, et ce pendant plus d’une demie-heure, avant d’atteindre la mosquée de Şakirin Camii. La marche s’est terminée en présence des familles qui ont assisté à l’inhumation de deux des victimes aux côtés des participants.

Lire la suite

Paris : Appel à mobilisation pour condamner l’attentat de Suruç en Turquie

Des jeunes pleins d’espoir avaient pris la route pour participer, durant 6 jours, à la reconstruction de Kobané… Une conférence de presse tenue par un groupe de 300 membres de la SGDF (Sosyalist Gençlik Dernekleri Federasyonu / Fédération des associations des jeunes socialistes) pour annoncer leur engagement dans la reconstruction de Kobané, ville syrienne devenue le symbole de la résistance kurde face à DAESH, a été la cible d’une explosion sanglante dans la ville de Suruç, près de la frontière Syrienne, en Turquie.

SuruçVi

Le premier bilan du drame fait état d’une trentaine de morts et de plus d’une centaine de blessés. Malgré une campagne active menée depuis plusieurs semaines et largement diffusée par la SGDF annonçant leur départ d’Istanbul pour la reconstruction de Kobanê, aucune mesure de sécurité particulière n’a été prise par les forces de sécurité turques.

Lire la suite

Celles et ceux qui sont tombés à Suruç étaient des camarades

Tract de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Selon les derniers chiffres, le bilan de l’attentat à Suruç s’élève à 33 morts et une centaine de blessés. Le 20 juillet, Daesh a commis un nouvel attentat, ciblé contre de jeunes militantes et militants qui, à l’appel de la Sosyalist Gençlik Dernekleri Federasyonunun, se rendaient à Kobanê pour aider à sa reconstruction et apporter de l’aide humanitaire sous forme de jouets et de livres pour les enfants de la ville. Peu avant l’explosion, ces jeunes militantes et militants avaient déployé une banderole où on pouvait lire : « Nous avons défendu Kobanê ensemble, nous reconstruisons Kobanê ensemble ». La plus jeunes des victimes, Okan Pirinç, n’avait pas encore 18 ans.

SuruçVi

Parmi les victimes de l’attentat, des militantes de l’ESP (Ezilenlerin Sosyalist Partisi) comme Ece Dinç et Büşra Mete, des militants du SKP (Sosyalist Yeniden Kuruluş Partisi) comme Uğur Özkan, des membres du HDP (Halkların Demokratik Partisi) comme Cemil Yıldız, Duygu Tuna, Ferdane Kılıç et son fils Nartan Kılıç ou des anarchistes comme Alper Sapan. Parmi les victimes, certaines se réclamaient du marxisme, d’autres de l’anarchisme et d’autres n’avaient pas forcément de théories bien arrêtées mais rêvaient d’un autre monde, d’un monde de liberté et d’égalité. Toutes et tous vomissaient l’obscurantisme religieux de Daesh et le régime autoritaire d’Erdogan. Certains d’ailleurs avaient affronté les forces de répression lors de précédentes luttes en Turquie. Toutes et tous, par solidarité internationaliste, voulaient contribuer à la reconstruction de Kobanê, ville symbole de la résistance contre les fanatiques de Daesh. Toutes et tous voulaient, au-delà de Kobanê, construire un monde libéré de la misère, de l’exploitation, et de l’oppression.

Lire la suite