Archives de Tag: STN

Fin de la grève d’un mois à l’hôtel Campanile Tour Eiffel

Le Monde, 19 avril 2016 :

Les femmes de chambre de l’hôtel Campanile Tour Eiffel, dans le 15e arrondissement de Paris, ont repris le travail lundi 18 avril. 13 des 14 employés de cet établissement de 75 chambres avaient entamé une grève « illimitée » le 18 mars pour des revendications salariales et de statut. Les grévistes, parmi lesquels six salariés d’une entreprise de sous-traitance, STN, avaient prévenu qu’ils étaient prêts à poursuivre leur mouvement « jusqu’à l’Euro de foot s’il le faut », qui a lieu en juin. L’une de leurs principales revendications a été satisfaite : les salariées de STN sont embauchées par l’hôtel, qui reprend leur ancienneté.

L’accord de sortie de grève entre l’exploitant de l’hôtel, Gestion Saint Charles, filiale du Louvre Hôtels Group détenu par le Chinois Jingjiang International, et la CGT Hôtels de prestige et économiques (HPE) prévoit aussi le ralentissement des cadences « indicatives » du nombre de chambres à nettoyer par heure (le paiement à la chambre étant illégal). Ce rythme passe de 4 à 3 chambres. Est aussi acquise la mensualisation des femmes de chambre, le versement de 75 % d’un 13e mois, etc.

Lire la suite

Marseille : Repas de soutien pour les salariées en grève de la société STN

Lundi 4 avril 2016 – 12 h : Cantine du midi, 36 rue Bernard, 13003 (Belle de Mai)

Repas de soutien pour les salariées en grève de la société STN

Repas de soutien pour les salariées de la société STN qui sous-traite le nettoyage de l’hôtel Villa Massalia (Marseille 8e arrondissement). À ce jour (lundi), elles entament leur douzième jour de grève. Elles tiennent un piquet de grève chaque matin devant leur lieu de travail. Il y a besoin de sous pour alimenter la caisse de grève !

Lire la suite

Marseille : les femmes de ménage de la Villa Massalia restent mobilisées

La Marseillaise, 30 mars 2016 :

Le mouvement de grève des salarié-e-s de la sous-traitance va se poursuivre à l’Hôtel Villa Massalia à Marseille et entrer dans sa deuxième semaine, après l’échec des négociations engagées le 29 mars.

Les discussions, mardi 28 mars, entre M. Atlan, co-dirigeant de l’entreprise STN et des représentant-e-s des grévistes et du syndicat CNT Solidarité Ouvrière n’ont pas abouti.  » Nous avons malheureusement dû constater que M. Atlan avait fait le déplacement depuis Paris uniquement pour nous reformuler les propositions, émises la veille, par M. Ract, le directeur régional que nous avions déjà jugé insuffisantes  » explique le CNT dans un communiqué.

Lire la suite